26/11/2016

Hasta la victoria siempre !

Ce matin, Fidel Castro nous a quittés … Revenons au 16 mai 1998 … En tant que Président du Parti socialiste genevois, je rencontre à l’hôtel Intercontinental de Genève, durant 4 heures, un mythe révolutionnaire : Fidel Castro. Il a convié à une rencontre quelques dirigeants de la gauche locale et un groupe de l’association Suisse-Cuba. Je suis en compagnie de Carlo Sommaruga. J’assiste au plus grand One man show de ma vie. C’est une vraie bête de scène, un politicien rusé, ayant un charisme hors du commun. Plein d’humour, il use d’anecdotes pour nous faire rire, nous pousser à adhérer à ses thèses et nous faire réfléchir. Par exemple, lorsque l’éclairage subit quelques perturbations de tension, il nous glisse : « Ces hôtels de luxe en Suisse sont exceptionnels. Ils recréent l’ambiance de mon pays (Cuba connaissant quelques problèmes de distribution électrique) pour ne pas me dépayser. » Autre exemple : Une femme passe, avec un petit enfant dans ses bras, devant le salon dans lequel nous nous trouvons. Elle s’arrête, curieuse, pour entrevoir le héro révolutionnaire cubain. Le bambin se met à pleurer. Elle tente de le calmer et de le faire taire. Castro stoppe son discours et interpelle la maman. « Laisse s’exprimer ton enfant » lui lance-t-il. Il poursuit émerveillé : « Les bruits d’un enfant sont bien plus importants que mes déclarations. C’est lui qui représente l’avenir. » Avec facétie et ironie, il félicite les riches USA qui arrivent à atteindre un taux de mortalité infantile équivalent à celui de Cuba, pays pauvre, victime du blocus économique décrété abusivement par les Etats-Unis. Il nous parle de tout et surtout des sujets gênants pour lui. Il nous démontre la petitesse de marge qu’il a de faire progresser son pays vers le multipartisme menacée par la CIA et enfermé par le blocus américain. La moindre ouverture, l’infime détente, et hop, la CIA investit, notamment financièrement, pour mettre en danger les acquis de la Révolution. Il a réponse à tout et énonce, sur chaque thématique, de solides arguments. Enfin une voix dissonante dans l’esprit unique qui hante le monde. Mais, repartons en direct … Naturellement, au-delà de ses succès en matière éducative, de santé ou de culture, l’ouverture de son pays, que vit Cuba actuellement, est bienvenue. Nous voyons peut-être émerger un nouveau modèle politique, alors que nous cherchons le nôtre. … Quoi qu’on en pense, Fidel restera l’une des grandes personnalités du 20ème siècle.

14/11/2016

Electromobilité à Genève

Electromobilité : les premières bornes de recharge sortent de terre au P+R de Bernex. Un site de recharge permettant d'alimenter simultanément quatre véhicules électriques a été mis en fonction le 14 novembre 2016 au P+R de Bernex. Ce nouvel équipement, le premier réalisé en surface à Genève dans un grand parking public, est appelé à être complété prochainement par de nombreux autres.

Lire la suite

29/10/2016

"Lettres à Anne"

Je dévore le bouquin « Lettres à Anne » de François Mitterrand. C’est le recueil des missives que l’ancien Président de la République française a envoyées à sa maîtresse, le grand amour de sa vie, Anne Pingeot, de 1962 à 1995. Sur près de 1’275 pages, s’écoule une vie de passion, forte en émotions exaltantes, pleine d’intérêts divers, souvent tourmentée. A travers des phrases enflammées, les mots d’amour mettent en lumière une double vie d’une personnalité écartelée entre son couple public formé avec Danielle, la militante, peut-être sa plus fidèle amie, la mère de ses premiers enfants, et celle qui le fait vibrer et qui lui offrit une fille cachée durant des années. Cœur tendre, amoureux romantique, l’élu socialiste est bien loin du politique cynique qu’il incarnait. La belle plume mitterrandienne jette sur le papier des écrits que toutes les femmes rêveraient de recevoir de leur amoureux, surtout à l’heure des tweets et des sms. Le talent littéraire de cet homme d’Etat offre encore davantage de volume à ces envois entichés. A travers ces 1'218 lettres, nous rentrons dans les coulisses de cet amour : bonheur, politique, art, envie, doute, espoir, … nous passons en revue tous les états de la vie. Indécence, d’avoir publié ces écrits secrets ? Non, juste l’envie, pour cette femme dissimulée, de partager cet amour, de prendre une place à la hauteur de cette relation intime d’une force incommensurable. Nicolas Sarkozy a jugé ce livre comme une impudeur. Qui sommes-nous pour juger la vie des autres ? Moi, j’aime cet hymne dédié à la femme, que « Tonton » a tant aimé. Les dernières lignes de son ultime courrier résument bien ce bouquin, ce récit d’une vie amoureuse : « Mon bonheur est de penser à toi et de t’aimer. Tu m’as toujours apporté plus. Tu as été ma chance de vie. Comment ne pas t’aimer davantage ? »

14/10/2016

La Ville de Vernier et SIG inaugurent la plus grande crèche du Canton

L'Espace de Vie Enfantine des Libellules a été agrandi. Il offre désormais 157 places à des enfants d’habitantes et d'habitants de Vernier et de collaboratrices et collaborateurs des Services Industriels de Genève. Créé en 2007, l'Espace de Vie Enfantine des Libellules disposait déjà de 105 places de crèche. Mais la demande demeure importante, ce qui a entraîné l'extension du bâtiment. « Les places de crèches ont été doublées dans notre ville entre 2006 et 2016 », précise Thierry Apothéloz, Conseiller administratif de la Ville de Vernier, chargé notamment de la petite enfance. « Nous sommes soucieux de répondre aux besoins des parents tout en étant exigeant sur la qualité de l’accueil ».

 

Avec 157 places, l'Espace de Vie Enfantine des Libellules devient ainsi la plus grande crèche sur un seul site dans le canton de Genève. « Au-delà des chiffres, explique Christian Brunier, Directeur général de SIG, l'agrandissement de cette crèche s'inscrit dans notre politique de ressources humaines, basée sur l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des collaborateurs. »

 

Les enfants ont investi les locaux agrandis à la rentrée 2016 dans les délais et selon le budget imparti au projet. Les principaux travaux ont été réalisés durant les périodes de fermeture annuelle de la crèche. L'été 2015 a été consacré au gros-oeuvre et l'été 2016 aux finitions.

 

Durant le reste de l'année, les travaux ont été menés afin de minimiser au maximum les nuisances pour les enfants et le personnel encadrant. Les moments importants de la journée des enfants tels que les repas ou la sieste ont été pris en compte, ce qui représentait un réel défi.

 

La Ville de Vernier et SIG se félicitent de la poursuite d'un partenariat constructif, dans les valeurs du développement durable et respectant les besoins respectifs des deux entités : SIG, propriétaire du bâtiment, a conduit les travaux. Vernier exploite l’espace de vie enfantine avec ses équipes éducatives.

27/09/2016

Travaux au barrage du Seujet

Dès fin septembre, les Services Industriels de Genève procèdent à d’importants travaux au barrage du Seujet. Après plus de 20 ans d’activité, un des trois groupes de production hydroélectrique du barrage doit être rénové afin de minimiser les nuisances que subissent actuellement les riverains. Ces travaux auront peu d’impacts pour les habitants et les badauds. Ils devraient se terminer à fin juin 2017.

Lire la suite

25/08/2016

Le Jet d’eau fête ses 125 ans au bord du lac Léman

Depuis 125 ans, le Jet d’eau déploie son panache sur la rade de Genève. Il a été inauguré en 1891 pour la Fête fédérale de gymnastique et illuminé quelques jours plus tard pour les 600 ans de la Confédération. Depuis lors, il a pris de la hauteur : il est passé de 90 à 140 mètres. En 2016, le Jet d’eau compte deux nouveautés : la cabine d’éclairage avec des projecteurs LED moins gourmands en énergie et la passerelle qui le rend accessible à tous. Le Jet d’eau a été enclenché ce matin par le célèbre écrivain genevois, Joël Dicker.

Lire la suite

07/08/2016

Désadministrons nos entreprises

Plusieurs grandes entreprises et institutions sont très bureaucratiques. Les années passant, elles accumulent les rapports, indicateurs, contrôles, PV, documents ou actes administratifs. Elles empilent les couches administratives, sans remettre en question l’existant. Stressées par l’élaboration de ces colossaux travaux, elles oublient de se poser ces questions toutes simples : A quoi sert cette action ? Quelle valeur est créée par celle-ci ? Quelle décision prépondérante ai-je prise grâce à elle ? Supprimer le superflu administratif pour se concentrer sur les activités créant de la valeur devrait pourtant être au cœur de l’optimisation de chaque société ou administration. La diminution des coûts devient ainsi une conséquence d’une amélioration et non pas un but, souvent linéaire et contre-productif. Ce potentiel de simplification est sous nos yeux. Tous les jours, avec un bon sens critique, vous pouvez bouleverser des habitudes coûteuses. Prenons un exemple … L’usage est de rédiger des procès-verbaux dans maintes séances. Si le PV d’un Conseil d’administration ou d’une séance de direction peut être utile, voire obligatoire, parfois même légalement, est-il utile dans des réunions plus sectorielles ou plus opérationnelles ? En posant la question aux participantes et participants, la réponse sera rapidement positive, une négation pouvant passer pour un manque d’intérêt. Mais, à vrai dire, leurs réponses sont-elles justifiées ? Reposez la même question, mais cette fois-ci, individuellement, en faisant un tour de table. Et complétez-la en exigeant de chacune et chacun de donner l’exemple de sa dernière utilisation ayant créé de la valeur pour l’entreprise. Vous verrez vite la limite d’utilisation de ces documents. On vous dira peut-être qu’on utile ces traces pour savoir ce qui a été dit, il y a plusieurs mois. Mais là encore, pour quoi faire ? Pour prouver à l’autre qu’il s’est trompé. Pour lui démontrer qu’il a changé d’avis. Bref que des éléments négatifs créant davantage de tensions que d’efficience. Durant des années nous avons accumulé de la bureaucratie. Partout ! Dans les administrations comme dans les multinationales. Il est temps d’alléger ces structures, de les rendre plus agiles. La désadministration est une optimisation sous le coude de chaque manager. Chaque société devrait s’engager dans un pacte de simplification rendant le service à la clientèle plus simple et moins cher ; et le boulot des collaboratrices et collaborateurs plus motivant. Alors osons le changement ! Christian Brunier, Directeur général de SIG, une entreprise où le potentiel de désadministration reste important. Mais, l’action est en cours …

16:44 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4)

16/06/2016

L’usine des Cheneviers fête ses 50 ans

En juin 1966, le canton de Genève inaugurait l’usine d’incinération des déchets des Cheneviers. En 2001, SIG en reprenait l’exploitation. Aujourd’hui, il s’agit de bâtir une usine de dernière génération à l’horizon 2023. Elle produira autant d’énergie renouvelable, avec moins de déchets. Retour sur une histoire d’un demi-siècle, celle de la gestion des déchets à Genève.

Lire la suite

15/06/2016

Mon discours pour le vernissage de l’expo Magnum au Pont-de-la-Machine

Vernissage de l’exposition « Picture Yourself, portraits et autoportraits Magnum Photos ». Quartier Libre SIG - Pont de la Machine.

 

Je prononce un discours de bienvenue et improvise sur ce texte : Salutations protocolaires, mais pas trop ! Au nom de SIG, je vous souhaite la bienvenue à Quartier Libre ! Quartier Libre SIG : Lieu intergénérationnel de découvertes culturelles, cet espace d’expositions accueille le public sur le pont de la Machine, site idyllique de Genève. Il offre un programme d’expositions diversifié, interactif et pédagogique dans les domaines de l’environnement, du patrimoine, de l’humanitaire, et de culture, en sens le plus large du mot. A travers cet espace, SIG exprime sa mission de service public et sa proximité avec les Genevoises et Genevois en participant à l’animation de la cité. Les expositions présentées répondent à ses engagements pour la valorisation du patrimoine, l’accessibilité à la culture et la sensibilisation aux enjeux de la société. Et dans ce registre, tout spécialement le Développement durable. La durabilité et la responsabilité, tout en parle, mais trop peut agissent. SIG met en pratique ce développement durable quotidiennement, dans tous ses actes, recherchant l’équilibre constant, et si délicat, entre l’économique, le social et l’environnemental. L’Office fédéral de l’énergie a classé les nombreuses entreprises électriques suisses en fonction des critères de la transition énergétique, si vitale pour notre planète, mais aussi pour notre économie. SIG arrive en tête. Nous avons déjà réalisé 86% de ces objectifs, alors que certaines entreprises ne sont qu’à 44% et que la moyenne se situe dans les environs du 60%.

 

Mais, passons à l’exposition qui nous réunit ce jour … Jusqu’au 11 décembre 2016, SIG reçoit cette exposition, de la célèbre agence Magnum Photos. Elle présente des portraits et autoportraits mythiques de six photographes de renommée internationale, qui ont marqué l’histoire de cet art. Ces photographes, ces grosses pointures, sont : 1) Philippe Halsman, l’inventeur de la jumpologie - qui vient de jumping -  qui force ses sujets à bondir et surtout à tomber le masque. C’est lui qui nous le confie, je cite : « lorsque vous demandez à une personne de sauter, son attention est essentiellement portée sur l’action de sauter et le masque tombe, révélant la vraie personnalité ». Rappelez-vous les sauts de Marylin Monroe, Grace Kelly ou de Salvador Dali. Sans oublier certains Chefs d’Etat. 2) Elliott Erwitt, repéré par le célèbre Robert Capa. Il est l’un des inspirateurs de la photographie moderne, un photographe tous azimuts … Chiens et stars du cinéma, enfants et chefs d’état, autant de sujets pour nous faire regarder le monde autrement. Il voue son amour, et souvent ses clichés, aux enfants et aux chiens, et possède une sérieuse dose d’humour. Il a d’ailleurs produit des émissions comiques de TV. 3) Le britannique Martin Parr, dont la photographie oscille entre provocation et excentricité, jongle avec la dérision et l’ironie, pour sublimer le banal et porter un regard acide, mais combien lucide, sur notre société. 4) L’Italien Paolo Pellegrin se veut être le témoin de notre époque, de sa beauté autant que de sa brutalité. Il a d’ailleurs été publié par « Reporters sans frontières ». 5) Bruce Gilden est le maître de la photographie de rue. Il n’hésite jamais à s’approcher des passant-e-s pour les « flasher » de près. L’espace urbain est son terrain de chasse. Il révèle une réalité sociale que l’on refuse souvent d’affronter. 6) Et enfin Steve McCurry, photoreporter d’une sensibilité et d’un humanisme rare. Ses portraits sont saisissants d’intensité. Certains possèdent le clair-obscur des toiles de maîtres. Il a couvert de nombreux conflits, - Conflit Iran-Irak, Guerre du Golfe, Ex-Yougoslavie, Afghanistan - pour montrer surtout les conséquences humaines - plutôt inhumaines - de ces terribles conflits. Lui aussi a été édité par « Reporters sans frontières », sous le titre « 100 photos de Steve McCurry pour la liberté de la presse ».

 

Lors de votre passage dans l’exposition et afin de vous faire vivre une immersion totale dans le monde du portrait et de l’autoportrait, un photomaton particulier (voir photo)Christian Brunier Juin 2016.jpg, qui adopte le style des photographes exposés, est installé au centre de l’exposition. Dès maintenant, je vous invite à en profiter pour repartir avec votre portrait à la manière du photographe de votre choix.

 

Je souhaite adresser quelques remerciements aux personnes qui ont contribué à la réalisation de ce projet : Magnum Photos (Paris) qui a mis à disposition l’exposition, et en particulier, Andrea Holzherr, directrice des expositions et Karin Friesenbichler pour leur collaboration. Philippe Richard et Serge Ribordy de l’atelier Richard pour les lettrages. Virginie Fürst pour la conception et la réalisation des supports de communication. Laurence Janin pour la rédaction des textes de l’exposition. L’atelier de menuiserie et de serrurerie SIGBAT pour le montage de l’exposition. Toute l’équipe de Quartier Libre SIG pour la coordination générale, la promotion et la médiation culturelle de cette exposition. Et toutes les personnes qui ont participé directement ou indirectement à ce projet. Karl Lagerfeld dit : « Ce que j’aime avec la photographie, c’est qu’elle capture un moment disparu à jamais, impossible à reproduire ». En cheminant dans cette expo, passez donc un moment exceptionnel, impossible à reproduire.

10/06/2016

Eoliennes à la Montagne de Buttes : La demande de permis de construire a été déposée

Verrivent SA a déposé une demande de permis de construire pour l’installation de 19 éoliennes sur le site Montagne de Buttes. Cette phase de la procédure représente une étape majeure vers la construction du futur parc éolien neuchâtelois, qui produira 100 millions de kWh par an, soit 10% de la consommation électrique du canton de Neuchâtel. La société Verrivent SA, détenue à parts égales par les Services industriels de Genève (SIG) et par Groupe E Greenwatt, est chargée du développement et de l’exploitation du futur parc de la Montagne de Buttes. Les trois communes neuchâteloises de Val-de-Travers, des Verrières et de la Côte aux-Fées accueillent favorablement le projet de 19 éoliennes, projet auquel elles ont été associées pour y apporter leur précieuse contribution.

Lire la suite