14/04/2007

De beaux rendez-vous culturels

 

J’ai oublié de vous dire que durant les vacances de Pâques, nous avons aussi vécu de grandes émotions artistiques.

 

 

Nous avons assisté notamment à un concert fulgurant de l’Orchestre de la Suisse Romande et d’un groupe de jazz, tous deux placés sous la baguette de Lalo Schifrin. Ce grand monsieur est un compositeur talentueux et très polyvalent, puisqu’il a écrit tant des œuvres classiques, que des standards de jazz ou des succès de variétés tels que la célèbre musique de « Mission impossible ». Il est, de plus, un pianiste concertiste et de jazz exceptionnel. Trop peu de musiciens savent exercer leur talent dans des musiques différentes. Lui est un Gerschwin actuel !

 

 

J’ai tout spécialement été scié par le trompettiste et tromboniste de jazz James Morrison. Il est déjà très rare qu’un génial trompettiste soit un tromboniste épatant. Mais, en plus, il lit la musique avec talent, possède une technique hors du commun, improvise comme un dieu, possède un sens mélodique frémissant et tape comme un dingue dans les aigus. J’ai rarement admiré un tel musicien. Je suis émerveillé comme un bambin découvrant pour la première fois ses pieds.

Au Musée Rath de Genève, nous avons découvert l’expo « Zizi Jeanmaire – Roland Petit, Un inventaire pour la danse », à ne manquer sous aucun prétexte … Ces deux grandes figures de la danse et de la chorégraphie, ont marqué aussi le cinéma, la variété, le music-hall, le théâtre ou la mode. Au détour de chaque objet présenté, on rencontre les grands noms avec lesquels Zizi Jeanmaire et Roland Petit ont collaboré. On a l’impression de lire le dictionnaire des artistes qui ont révolutionné le siècle écoulé : Niki de Saint Phalle, Edmonde Charles-Roux, Picasso, Jean Cocteau, Yves Saint-Laurent, Joseph Kosma, Jacques Prévert, Serge Gainsbourg, Antoni Clavé, Max Ernst, Jean Tinguely, Rudolf Noureev ou Jean Genet. L’exposition est un voyage à travers deux carrières agissant en synergie, en amour et en connivence. On y parle de la danse, de la création artistique, on y retrouve des moments forts, des objets symboliques, des amitiés. Une importante sélection de costumes apporte une dimension scénique, mesurant le chemin entre l’idée conceptuelle et la réalisation. Peintures, sculptures, dessins, costumes, maquettes ou bouts de décors et photographies forment le fil conducteur cette intrusion dans ces deux vies pleines de richesses, démultipliant le regard sur l’ART et l’AMOUR.

 

 

17:07 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.