18/04/2007

Un p’tit jour de politique française : 18 avril 2007

29 Germinal (date du calendrier révolutionnaire)
Ayant les nationalités suisses et françaises, il me semble normal de me mêler un peu de politique française à quelques jours des Présidentielles.
Pétition européenne en faveur de Ségolène Royal
Avec enthousiasme, je signe une pétition de soutien à Ségolène Royal, lancée par les socialistes européens. Vous pouvez aussi la signer en envoyant un e-mail à :

(…) Avec Ségolène Royal, nous attendons que soit rapidement engagé le chantier d’une Europe plus sociale et plus démocratique, d’une Europe ouverte sur le reste du monde, d’une Europe puissante et protectrice. (…) Parce que nous sommes convaincus que l’intérêt de l’Europe passe par l’élection, dans le plus grand nombre de pays de l’Union possible, de gouvernements de gauche qui pourront relancer concrètement et efficacement le projet d’une Europe plus juste, nous soutenons en France la candidature de Ségolène Royal.
La citation du jour :
Lionel Jospin : « Le socialisme n’a jamais été une doctrine figée, mais bien une aspiration et un mouvement. Une aspiration à un monde meilleur et un mouvement de transformation de la société. »

NON aux BASM (Bombes A Sous-Munitions)
L’avis de Ségolène Royal :
"Les BASM représentent (...) un fléau qu'il faut bannir. Après le Laos, le Kosovo, l'Irak et tant d'autres pays, les BASM viennent une nouvelle fois s'illustrer tristement au Liban. (...). Ce sont les populations civiles, et parmi elle plus encore les enfants, qui en sont les principales victimes. Il faut que cela cesse. Le combat qui a été mené, hier, par votre association contre les mines antipersonnel a été couronné d'un succès éclatant. Je ne doute pas que celui contre les BASM le sera aussi très bientôt. Soyez assurée que vous m'y trouverez à vos côtés."

 

L’avis de Nicolas Sarkozy :
"Il me revient que d'autres pays accepteraient enfin de se mobiliser en faveur d'un instrument international juridiquement contraignant, évitant à la France le risque d'une initiative isolée et vaine. Dans cette hypothèse je ne verrais alors que des avantages à ce que notre pays se joigne à un processus international visant à bannir l'emploi de ces engins explosifs".
L’une s’engage clairement, l’autre conditionne son soutien. La différence n’est pas mince. Encore une bonne raison de voter pour Ségolène Royal !
Signez la pétition contre les SPAM : http://www.sousmunitions.org/je-signe/

 

Après le Liban, l’Irak, l’Afghanistan, le Kosovo, les bombes à sous-munitions doivent être mises « hors-la-loi »
Il n’y a pas de « guerre propre », mais il y a des armes plus « sales » que d’autres. Dans vingt-cinq pays, notamment au Liban et en Irak, mais aussi en Afghanistan ou au Kosovo, au Laos ou au Vietnam, des millions de sous-munitions ont été déversées, semant la dévastation dans des zones habitées, où leur utilisation est devenue la règle. Au mépris des Conventions de Genève, elles tuent ou mutilent des milliers de victimes civiles, pendant et après les conflits. Elles entravent l’accès des secours humanitaires et interdisent les projets de reconstruction.
Larguées par centaines par des obus ou « bombes-mères », ces bombes miniatures sont dispersées selon les caprices des vents et des conditions au sol. La maîtrise de la cible finale s’est ainsi perdue : ces armes ne font plus aucune distinction entre civils et soldats. Aujourd’hui, plus personne ne peut ignorer le scandale des bombes à sous-munitions, dont 98 % des victimes sont des civils.
Aujourd’hui, une cinquantaine d’Etats sont engagés dans le « processus d’Oslo », devant déboucher,  en 2008, sur un traité international d’interdiction des bombes à sous-munitions.
C’est pourquoi, nous demandons solennellement aux gouvernements de s’engager à :
• Interdire, sur le plan national, la production, l'utilisation, la commercialisation, le transfert des bombes à sous-munitions, et détruire les stocks existants.
• Soutenir résolument le « processus d’Oslo » pour l’adoption d’un traité international d’interdiction des bombes à sous-munitions en 2008.
• Mettre à disposition les moyens nécessaires, notamment financiers, pour la dépollution, le marquage, l’information sur la prévention des dangers et l’assistance aux victimes de sous-munitions.

 

 

18:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Je suis française et je ne voterai certainement par pour cette buse de Ségolène Royal. A l'Elysée (dieu nous en garde !), au moment de décider du déclanchement éventuel du feu nucléaire, elle voudrait consulter pralablement les cItoyens par référendum...

Écrit par : Claudia | 20/04/2007

"dieu nous en garde !" d'un président maniaque qui appuirait sur ce satané bouton, nous plongeant instantanément dans le cauchemar nucléaire suicidaire. Un président qui disposerait ainsi de la mort de ses concitoyens serait un grand criminel. Et quelle pourrait bien être la menace qui justifierait une action aussi folle ?
Il ne faudrait pas confondre la politique avec la sexualité.

Écrit par : sylvère labis | 25/04/2007

Les commentaires sont fermés.