01/05/2007

Vive la Fête du Travail

Y’a pas de Mai !
Le 1er Mai est, pour moi, toujours un jour de fête. Je relis le discours, très militant, que j’avais prononcé lors du 1er Mai 1996.
11 ans plus tard, il reste malheureusement d’actualité …
Discours du 1er Mai 1996
Chères amies, chers amis,
Aujourd'hui, la Fête, la belle Fête du travail, a un goût amer. En effet, comment ignorer la propagation du chômage, le développement de la pauvreté ou la montée du désespoir social? La Suisse, 2ème pays le plus riche du monde, a pourtant le pouvoir de contrer ces fléaux. Ne rien entreprendre est un fatalisme inacceptable, une non-assistance aux personnes en danger social.
De plus en plus, la droite se range aux côtés de l’aile dure du patronat. Le débat concernant la loi sur le travail l’a prouvé une nouvelle fois. Démolissant tout compromis, la majorité bourgeoise a choisi la voie dangereuse de la déréglementation en promouvant le développement du travail de nuit et du dimanche sans véritable compensation.
En fait, la droite offre à ses amis patrons une arme contre les droits élémentaires des travailleuses et des travailleurs de ce pays. Dans un tel conflit, les blessures sociales risquent d’être très graves. Ainsi, cette loi odieuse permet par exemple au patronat :
          . d’exiger, sans autorisation, jusqu’à 500 heures supplémentaires par an et par employé-e;
          . de faire travailler le personnel la nuit sans aucun droit de compensation;
          . d’obliger le personnel de la vente à travailler six dimanches par an sans compensation.

De plus, le travail de nuit débutera à 23 heures au lieu de 20 heures.

 

Au nom de la mondialisation, du profit, de la performance et de la compétition tout est permis pour les détenteurs de l’économie. Le spectre du nouvel ordre mondial ne respecte que l’argent. L’être humain est réduit à une ressource, à un simple moyen de production que l’on jette sans vergogne pour délocaliser ou réorganiser.

 

Dans trop d’entreprises, les conventions collectives sont cassées, les salaires bloqués ou diminués, les licenciements multipliés et le rythme du travail accéléré. Le stress, l’insécurité et la déprime forment désormais le quotidien de trop de travailleuses et travailleurs. Jusqu’à quand allons-nous accepter l’inacceptable ?

 

Le monde du travail doit cesser de courber l’échine. Il doit prendre conscience de sa force. Les travailleuses et les travailleurs doivent se regrouper au sein des syndicats pour être plus puissants. Comprenons que sans nous, sans notre accord, le patronat ne peut rien entreprendre. Le personnel est la plus grande richesse qu’une entreprise peut avoir. Il est temps de durcir le ton et d’affirmer nos droits.

 

La crise économique ne doit pas permettre n’importe quoi. Si le dialogue entre les partenaires sociaux - que nous avons toujours privilégié - n’est plus possible, nous utiliserons d’autres moyens pour faire entendre notre voix. Si l’arrogance patronale refuse de tenir compte de nos préoccupations, c’est bien dans la rue que nous porterons nos revendications.

 

Evidemment, tous les patrons ne sont pas à mettre dans le même sac. Mes critiques visent ceux qui profitent de la conjoncture pour exploiter leur personnel, ceux qui ont cessé d’entreprendre pour abuser des mécanismes spéculatifs, ceux qui ont élevé la Bourse à l’état de temple. Cette logique financière est destructrice et violente. Elle appauvrit ici la population, affame le Tiers-monde et ruine l’environnement de la planète.

 

Nous, nous voulons un développement économique maîtrisé au profit des êtres humains et des entreprises véritablement citoyennes. Nous voulons un pouvoir politique capable d’être un contre-pouvoir à cette folie spéculative.

 

En Suisse, comme dans le monde, le nombre de fortunés augmente aussi vite que le désespoir social. Ceci n’est pas un hasard. La répartition des richesses est totalement inégalitaire. A Genève, 5 % des contribuables détiennent les 84 % de la fortune imposable.

 

Or, cette société à deux vitesses n’est pas une fatalité. Refusons l’univers impitoyable des actionnaires et des spéculateurs, construisons l’avenir - notre avenir - sur des valeurs d'éthique, de justice et de partage.

 

Pour lutter contre le chômage, la droite reste les bras ballants attendant désespérément le redémarrage de la croissance. Dans notre canton, depuis le début des années 90, plus de 30000 emplois ont disparu. Or le Conseil d’Etat monocolore ose affirmer dans les points soi-disant «positifs» de son bilan que «des entreprises de premier ordre s’installent à Genève et créent des emplois». Crier victoire dans ce domaine est d’une arrogance totalement indécente par rapport aux milliers de femmes et d’hommes qui cherchent désespérément un emploi. Certes il n’existe pas de remède miracle contre le chômage. Mais, ce n’est en tous cas pas l’inaction qui va nous permettre de sortir de la spirale du manque d’emplois.

 

Ce n’est pas non plus la diminution des budgets de l’enseignement et de la formation qui va nous aider. Nous devons développer une politique d’innovation et d’imagination en la matière qui passera obligatoirement par un meilleur partage du travail, du temps libre et des richesses. Dans ce contexte, il y en a sept qui risquent bien de perdre leurs jobs à l’Hôtel-de-Ville.

 

Genève a besoin d’une réelle politique en faveur de l’emploi. Les syndicats et la gauche ont émis plusieurs propositions allant dans ce sens. Cependant, la droite reste bien sourde à ces remèdes. Si seulement, les partis bourgeois et les milieux économiques mettaient autant d’énergie à combattre la crise, qu’ils en ont mis pour défendre les fortunés lors de la campagne sur les initiatives fiscales.

 

Pour la droite, le chant des sirènes de l’ultracapitalisme retentit plus fortement que le bruit des soucis de la population. En cette période de dénigrement de l’être humain, la résistance contre l’ultralibéralisme n’est pas une réticence aux changements mais bien une résistance contre un retour en arrière. Nous ne voulons pas d’une société construite sur l’égoïsme, d’une jungle à la «De Pury ».


 

Et ne nous laissons pas piéger par les tentatives de culpabilisation de nos adversaires. Savoir dire Non, défendre les acquis ne sont pas des combats ringards. S’opposer aux supporters de l’odieux «Livre blanc» - aux hooligans de l’argent - est au contraire une preuve de modernisme.

 

Quand on apprend que le PDG de la société AT&T a empoché 20 millions de francs suisses l’an passé alors qu’il a parallèlement viré 40000 employés, comment ne pas dire : Stop ! Quand on sait que des sociétés distribuent des dividendes records alors qu’elles renvoient leurs employés par charrettes entières, comment ne pas dire : Trop c’est trop !

 

Oui, nous en avons marre du culte de la rentabilité, de la loi de la compression du personnel. La résistance contre ces  drogués de la productivité est d’autant plus urgente que le risque de transformation de cette dictature économique en dictature politique n’est pas improbable. En effet, pour protéger leurs richesses indécentes, leur opulence face à ceux qui n’ont plus grand chose, les privilégiés sont tentés de recourir à l’Etat policier. Aux Etats-Unis, par exemple, les plus riches construisent désormais leurs propres villages, de petites cités presque idéales, qu’ils entourent de cordons sécuritaires.

 

Après le mur de Berlin, c’est maintenant le mur de l’argent qui s’élève entre les différentes classes sociales. Combattre le capitalisme sauvage à présent, c’est défendre la liberté de demain! Mais, au-delà de notre force d’opposition, nous devons valoriser notre puissance de proposition afin de construire les bases d’une nouvelle société.

 

La gauche, les syndicats, les associations, le mouvement social sont des réservoirs fantastiques d’idées novatrices. Imaginer le futur pour qu’il soit meilleur - pour qu’il soit ouvert à tous - est l’un des objectifs des forces de progrès. Changer la vie n’est pas un rêve révolu, une utopie irréaliste. C’est l’essence de notre combat. La sauvagerie du libéralisme économique doit être une parenthèse qui doit se refermer au plus vite. Cadences infernales, dégraissage, restructuration, chômage, exclusion : voici ce que nous offre le libéralisme économique. Ca suffit ! Cette façon de vivre n’est pas celle que nous désirons.

 

Comme alternative, notre volonté est de mettre en place un projet solidaire qui place enfin l’être humain au centre de toute préoccupation. Nous repoussons la pensée unique du libéralisme économique. Nous ne nous laisserons pas enfermer dans un sectarisme idéologique, dans l’uniformisation des consciences bien rabotées dans le moule du capitalisme sauvage. Nous disons un Non ferme à ce prêt-à-penser institué par les nantis. Le progrès passe par la multiplication des idées, par la richesse de la différence et par les couleurs de la diversité.

 

Le lancement d’un référendum contre la nouvelle loi sur le travail va parfaitement dans ce sens. Uni, décidé à défendre ses droits et à construire une économie différente, le monde du travail est maintenant en mouvement pour s’élever contre toutes ces injustices.

 

Non à l’ultralibéralisme, Non au Nouvel Ordre mondial, Oui à la solidarité, Oui à une société plus humaine tels sont les messages que nous devons transmettre en ce jour de 1er Mai !

 

Photo prise par Jean-Charles Rielle (Congrès 2007 du PSG)

10:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.