31/05/2007

Un p’tit jour de politique : 31 mai 2007

 

Plus d’expulsion sans relogement

Je signe l’initiative populaire intitulée « Plus d’expulsion sans relogement ». Cette initiative demande notamment qu’il ne peut être procédé à l’expulsion de locataires tant qu’une solution de relogement n’ait été trouvée et tant que le taux de vacance des appartements loués dans le canton de Genève est situé au-dessous du seuil de 1,5 %.

 

Les malades avant les brevets

Je signe une pétition de « Médecins sans frontières » intitulée « Les malades avant les brevets ».

Le traitement de millions de malades dans les pays pauvres dépend de médicaments produits en Inde à des prix abordables. 85 % des malades du sida soignés par « Médecins sans frontières » le sont avec des antirétroviraux génériques fabriqués dans ce pays. La société NOVARTIS attaque la loi indienne qui contient des dispositions permettant de faire primer la santé sur les brevets. Cette action en justice par ce grand groupe pharmaceutique pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’accès aux médicaments des plus démunis. La pétition exhorte NOVARTIS d’abandonner son procès contre le gouvernement indien.

www.msf.fr/petition

 

Transferts d’actifs

Je soutiens le transfert de certains actifs de l’Etat de Genève à SIG et aux TPG, et reste plus réservé sur le transfert concernant l’aéroport, sa valeur me semblant sous-estimé.

L’extrême-gauche combat ces lois de transferts arguant que celles-ci marquent le début de privatisation. Hérésie !

Je rappelle que si SIG ou les TPG étaient privatisés, le peuple aurait le dernier mot, car ces privatisations seraient soumises au vote populaire.

Il est, de plus, certain qu’il est plus difficile de privatiser des entreprises ayant des actifs, qu’une entreprise n’en ayant pas. La population n’aime pas brader aux privés des ouvrages et installations qu’elle a préalablement payés.

Il paraît normal que des industries publiques puissent être propriétaires des actifs qu’elles exploitent. C’est simplement de la bonne gestion. Cette cohérence permet, en outre, de déployer une véritable stratégie industrielle et ainsi d’optimiser le service aux citoyens.

Aujourd’hui, lorsque les TPG veulent adapter leurs locaux ou lorsque SIG désire moderniser l’usine d’incinération des Cheneviers ou une station d’épuration des eaux usées, ces entreprises publiques doivent négocier longuement avec le propriétaire : l’Etat de Genève. Peut-on réaliser cet investissement ? Quand ? Qui paie ? Cette situation génère des lourdeurs, de la bureaucratie et du temps perdu.

Défendre le service public, c’est aussi lui permettre d’être efficace. Le scléroser est la meilleure façon de le pousser vers le démantèlement et la privatisation !

N’oublions pas non plus que si l’Etat est privé de la rentrée financière résultant de ces transferts d’actifs, il se retrouvera dans une situation budgétaire fort difficile et sera vraisemblablement obligé de procéder à des coupes budgétaires douloureuses.

Et puis, il faut se souvenir encore que SIG et les TPG appartiennent majoritairement ou totalement à l’Etat. Crier à la privatisation est une manœuvre électoraliste qui ne tient pas l’argumentation.

 

Les libéraux veulent encore baisser les impôts
Michel Halpérin veut conquérir la Présidence du Parti libéral genevois. Son programme : Baisser les impôts. La dernière fois que les libéraux ont voulu ceci, ils ont ruiné le canton, en affirmant que cette baisse de recettes allait relancer l’économie. Résultat : Les caisses se sont vidées et seuls les plus riches ont capitalisé un peu plus d’argent, les classes moyennes et les défavorisés continuant à tirer la langue.

05:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

30/05/2007

Deux fondateurs du MCG règlent leurs comptes

Lu dans le Courrier sous la plume de Philippe Bach :
 
GRAND CONSEIL GENEVOIS - Fondateur démissionnaire du Mouvement citoyen genevois, Georges Letellier a tenté de rendre inéligible Eric Stauffer.


Les noms d'oiseaux (et même pire) ont volé. Vendredi, en fin de soirée, le Grand Conseil genevois a été saisi d'un projet de loi du député populiste hors parti Georges Letellier. Ce dernier s'est proposé de rendre inéligibles toutes les personnes qui ont des dettes ou qui ne seraient pas en mesure de fournir un certificat de bonne vie et mœurs.


En clair, c'est l'ex-allié de M. Letellier, Eric Stauffer, qui est visé par cette loi d'exception, quand bien même l'auteur du projet s'est indigné lorsqu'on lui a reproché de vouloir régler des comptes. Même s'il a tout de même brandi les preuves des nombreuses dettes accumulées par M. Stauffer lors de ses faillites successives.
Le ton est rapidement monté, M.Stauffer a rappelé le passé de M. Letellier «qui se vante d'avoir tué des gens en Afrique du Nord». «Je n'ai fait que mon devoir d'homme, de soldat et de Français lors de la guerre d'Algérie», a répliqué le député hors parti, «lorsqu'on est dans ce genre de confrontation, on tire en premier».

M. Letellier –qui est issu du Front national– a d'abord fait partie de l'Union démocratique du centre, avant d'organiser une dissidence de ce parti avec Eric Stauffer. C'est notamment grâce au financement substantiel de M.Letellier et des coups médiatiques montés par Eric Stauffer qu'est né le Mouvement citoyen genevois (MCG). Duquel M. Letellier a rapidement claqué la porte. Aujourd'hui, les deux hommes se font la guerre.


Ce que le socialiste Christian Brunier s'est fait fort de rappeler à M. Letellier. «Vous reprochez ses dettes à M. Stauffer, mais lorsque vous l'avez débauché, vous étiez au courant de ses ennuis financiers.»


Le droit de se redresser

A droite, certains étaient disposés à examiner la loi en commission. Mais le magistrat en charge du Département des institutions, Laurent Moutinot, a relevé le caractère inadmissible et antidémocratique consistant à priver quelqu'un de ses droits parce qu'il aurait fait de la prison ou aurait des dettes. «Vous glissez sournoisement vers un système où certains seraient privés de leurs droits, et cela en dehors de tout contrôle démocratique.»

Pour rappel, M. Moutinot a fait de la prison pour objection de conscience. Tout comme le député des Verts Christian Bavarel. L'écologiste a également ajouté qu'il a fait faillite dans le passé, deux aspects de son itinéraire qui étaient mentionnés dans sa présentation lors de sa candidature. «Vous refusez en quelque sorte le droit aux gens de se redresser.» Ce qui lui a valu les applaudissements de nombreux députés et les félicitations de la radicale Michèle Ducret, active à la Chambre de commerce, d'industrie et des services. A l'arrivée, la loi a été refusée par 66 voix contre 10 et 5 abstentions.

06:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

29/05/2007

Un p’tit jour de politique : 29 mai 2007

Les Socialistes et les Verts corrigent une loi injuste pour les familles monoparentales
Les Socialistes, soutenus par les Verts, ont déposé un projet de loi afin d’éviter une situation catastrophique pour les familles monoparentales dont le conjoint ne paie pas de pension alimentaire.
En effet, entre 600 et 1300 femmes et enfants verront leurs aides (paiement de la pension alimentaire) brutalement coupées le 1er juillet 2007. Cette mesure touchera les familles ayant déjà bénéficié des aides avant l’entrée en vigueur de la loi. Elles n’auront eu que 6 mois depuis l’entrée en vigueur de la loi pour trouver des solutions : déménager pour un loyer moins cher, obtenir un nouvel emploi, réduire fortement leurs charges. Des solutions impossibles à mettre en œuvre en 6 mois !
La loi prévoit que les familles monoparentales puissent recevoir ces aides pendant 3 ans, temps minimum pour trouver des solutions tout en protégeant les enfants. Malheureusement on ne prévoit pas de mesure transitoire suffisante pour les familles ayant déjà bénéficié d’une aide. On va ainsi mettre des centaines de familles dans des situations très difficiles.
Est-ce ainsi que nous traitons les familles en difficulté ?
Les Socialistes et les Verts proposent que l’on corrige la loi et que l’on donne à toutes les familles monoparentales le même délai, soit 3 ans.
D’autres mesures devront être rapidement proposées afin de ne pas abandonner ces familles : déductions des frais de garde, hausse des allocations familiales etc. Les Socialistes reviendront avec des propositions !

Je suis l’un des signataires de cette modification de loi, impulsée par la députée PS Virginie Keller Lopez.

J’adhère au PS français

Ayant la double nationalité (suisse et française), en ces temps très difficiles pour les socialistes français, j’adhère au Parti socialiste français.

L’extrême-droite soutient Sarko
Le leader de la droite extrême d’Italie du Nord Gianfranco Fini a signé la préface italienne de l’ouvrage « Témoignage » de Nicolas Sarkozy.
Le MSI (parti néo-fasciste italien) a lancé une campagne d’affichage pour féliciter Nicolas Sarkozy de sa victoire aux Présidentielles françaises.
Ce rapprochement des droites dures européennes n’annonce rien de très bon et rappelle un temps que les démocrates souhaiteraient révolu.

 


 

05:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Questionnaire de Proust

Je réponds au questionnaire de Proust :
Principal trait de caractère : Le dynamisme
Qualité que je privilégie chez un homme : L’intégrité et l’humour
Qualité que je privilégie chez une femme : L’intégrité et l’humour
Ce que j’apprécie le plus chez mes ami-e-s : La loyauté
Mon principal défaut : Mon impulsivité
Ma plus grande qualité : Le courage
Mon occupation préférée : Aimer
Mon rêve de bonheur : Aimer et être aimé par ceux que j’aime
Quel serait mon plus grand malheur : La mort de mes enfants et de ma compagne, vivre sans liberté
Ce que je voudrais être : un artiste de génie
Le pays où je voudrais vivre : La Suisse ou la France
La couleur que je préfère : Le rouge orangé
La fleur que j’aime : La rose ou le coquelicot
L’oiseau que je préfère : La corneille
Mes auteurs favoris  : Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, André Breton, Emile Zola, Jean Ziegler, Louis Aragon, Charles Bukowski, …
Mes poètes préférés : Léo Ferré, Paul Eluard, Jacques Brel, Jacques Prévert, Pablo Neruda, Aimé Césaire, …
Mes héros dans la fiction : Robin des bois, le justicier en faveur des pauvres ; Titeuf.
Mes héroïnes favorites dans la fiction : Marge Simpson, Morticia Addams
Mes compositeurs préférés : Miles Davis, Phil Woods, Phil Collins, Wolfgang Amadeus Mozart, George Gershwin, …
Mes peintres favoris : Picasso, Dali, Ben, Warhol, Niki de Saint Phalle, René Magritte, Joan Miro, …
Mes héros dans la vie réelle : Gandhi, Willy Brandt, Olof Palme, Che Guevara, Patrice Lumumba, Martin Luther King, Thomas Sankara, Salvador Allende, mon fils, …
Mes héroïnes dans la vie réelle : Aung San Suu Kyi, Rosa Luxemburg, ma compagne : Ariane Wisard-Blum, ma fille.
Les mots que j’aime : Les déclarations d’amour
Les mets que j’aime : J’adore les mets des restos gastronomiques, à l’exception des fruits de mer, de la viande de cheval et des poissons ayant trop de goût.
Ma boisson préférée : Un bon vin. Les jus d’orange et de citron frais.
Ce que je déteste par-dessus tout : Le fascisme et les idées nauséabondes et haineuses qu’il transporte
Le don de la nature que je voudrais avoir : Le talent de peindre
Comment j’aimerais mourir : En faisant l’amour …et le plus tard possible.
Etat présent de mon esprit : Boulimique de plaisirs
Faute qui m’inspirent le plus d’indulgence : La jalousie
Mon film préféré : Missing de Costa-Gavras
Ma devise : Carpe Diem !

28/05/2007

Un p’tit jour de politique : 28 mai 2007

Logiciels libres
Avec mes collègues députées socialistes Lydia Schneider-Hausser et Françoise Schenk-Gottret, nous déposons une résolution, au Grand Conseil genevois, demandant d'équiper les postes de travail informatiques des parlementaires en s'appuyant sur des standards ouverts et des logiciels libres dès la prochaine législature.
Quartiers confessionnels
Après des mois de travaux, le Grand Conseil genevois vote enfin pour l’instauration de quartiers confessionnels dans les communes qui le souhaitent. Cette solution, préconisée depuis des lustres par la majorité des socialistes, permet l’équilibre entre la laïcité moderne et la liberté de croyance exigée par la Constitution fédérale. Espérons que les député-e-s mettront autant d’énergie pour se battre en faveur des vivants …Félicitons aussi toutes les communautés religieuses qui ont fait preuve d’ouverture et de modération.
Votation fédérale : NON à la 5e révision de l’AI

Sur le plan fédéral, les socialistes s’opposent vigoureusement à la 5e révision de l’assurance-invalidité. Cette révision est une scandaleuse régression sociale qui, sous prétexte de lutter contre les abus, contraindra les soi-disant "faux invalides" au travail forcé ou à l’assistance. De plus, rien n’est prévu en ce qui concerne les employeurs, alors que la mise à disposition de places de travail constitue la clé de la réinsertion. Enfin, la révision ne permettra aucune économie ; elle va simplement générer un transfert de charges vers l’assistance sociale. Au lieu de péjorer l’ensemble des invalides, sous prétexte qu’il y a des abus, l’Etat devrait faire la chasse aux vrais tricheurs.


17:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

25/05/2007

Un p’tit jour de politique : 25 mai 2007

Uniforme à l’école : Quelle horreur !
Le député du MCG (Mouvement des citoyens genevois) Cerutti est sûr que si nous obligeons les écoliers à porter l’uniforme, les jeunes récalcitrants rentreront dans le rang et que cette mesure apportera de l’ordre au sein de l’école.
Le député Cerutti, policier de profession, devrait savoir, que l’institution dans laquelle il bosse oblige ses collaboratrices et collaborateurs à porter l’uniforme. Malheureusement, ceci ne permet ni de faire rentrer dans le rang les mauvais élèves, ni de ramener l’ordre dans ce corps si important pour notre démocratie.
Le député de droite extrême Eric Bertinat cite, quant à lui, l’enseignement japonais en modèle. Ecole de la compétition extrême, ce pays connaît l’un des plus haut taux de suicides chez les écolières et écoliers. Un vrai modèle  ???
Pour avoir une jeunesse respectueuse, certains députés devraient apprendre à la valoriser, à la respecter et à arrêter de la stigmatiser en l’assimilant à la délinquance.
Une députée libérale rappelle à juste titre que les jeunes de nazis ou la jeunesse stalinienne portaient des uniformes et n’étaient pourtant pas des exemples à suivre. Bien dit !
Cette motion est balayée. Ouf !
Renaud (non, pas le chanteur) tente de sauver Martine
Le député libéral – mais néanmoins sympathique - Renaud Gautier propose un ticket gauche-droite pour le Conseil d’Etat en présentant une liste Martine Brunschwig-Graf (Libérale) / Robert Cramer (Vert). Est-ce un moyen désespéré pour sauver Martine ?
A coup sûr, Renaud a semé le trouble dans le camp bourgeois. Continue Renaud et on te confiera bientôt la direction de la campagne de la gauche !

20:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

23/05/2007

Marrons-nous ! Le rire doit être une priorité politique !

Un enfant rit 400 fois par jour. Un adulte 20 fois en moyenne. Changeons notre système éducatif. La vie doit générer du plaisir. Il est scandaleux de voir que l’être humain perd le sens du rire.

Lorsque l’on sait que le rire stimule l’hormone du plaisir et que de ce fait, il renforce le système immunitaire, permet un sommeil serein, stimule la sexualité et le bien-être, améliore la gestion du stress … bref génère une vie meilleure.

Une minute de rire équivaut à 45 minutes de relaxation.

En 1939, l’humain riait 19 minutes par jour. Aujourd’hui, on estime qu’il ne rit plus qu’une minute. C’est ridicule !

Mobilisons-nous pour voir la vie d’un œil meilleur. Elevons l’humour en tant que valeur suprême de l’humanité. Introduisons le droit de rire dans nos Constitutions. Amusons-nous. Bouffons la vie par les deux bouts. Promouvons la guélotologie (guérison par le rire).

 

18:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Un p’tit jour de politique : 23 mai 2007

Blogs des socialistes suisses
Le Parti socialiste suisse propose toute une série de blogs de socialistes suisses (Jacqueline Fehr, Alain Berset, Reto Gamma, Moritz Leuenberger, Christian Levrat, …Christian Brunier et bien d’autres encore), retrouvez-les à l’adresse suivante :
http://www.sp-ps.ch/index.php?id=37&L=1&tx_wecdiscussion%...
Toutes et tous derrière la TV
Retrouvez votre parlement préféré – le Grand Conseil genevois – sur Léman bleu Télévision
Jeudi 24 mai 2007 à 17 h. et 20 h. 30
Vendredi 25 mai 2007 à 16 h., 17 h. (Projet de loi sur les cimetières) et 20 h. 30
Demain, à 16 h. 30 sur Léman bleu Tv
Débat sur la loi sur les cimetières avec Ariane Wisard-Blum (Les Verts), Michel Ducret (Parti radical), Pierre Weiss (Parti libéral) et Christian Brunier (PS).
Taxe écolo pour aider le rail
Nous, les socialistes, proposons de taxer le CO2 pour développer le rail en Suisse. Cette perception écolo inciterait à la diminution du CO2 en encourageant une utilisation rationnelle des énergies et injecterait environ 4 milliards de plus par décennie pour accroître l’offre ferroviaire. Cette impulsion rendrait la réalisation possible de projets écartés pour l’instant tels que la troisième voie ferrée entre Genève et Lausanne. Un petit effort pour les pollueurs, un grand pas pour le chemin de fer et la lutte contre le réchauffement climatique.
Contre les débordements  antidémocratiques des néo-nazis

Je cosigne et soutiens une résolution au Grand Conseil genevois initiée par Guy Mettan.
Considérant :

  • le souhait de Mme Micheline Calmy-Rey, présidente de la Confédération helvétique, et de Mme Christine Egerszegi, présidente du Conseil national, de se rendre sur la prairie du Grütli le 1er Août prochain pour y prononcer un discours à l'occasion de la Fête nationale ;
  • l'absence de bonne volonté manifestée par les cantons riverains et le Conseil fédéral pour assumer les frais de sécurité suscités par cette manifestation ;
  • le fait que cette prairie, symbole de la liberté et de l'identité suisses, acquise par le peuple suisse par souscription nationale, risque d'être abandonnée aux seuls skinheads et néo-nazis le jour de la Fête nationale
cette résolution invite :
  • les cantons confédérés riverains du lac des Quatre-Cantons et le Conseil Fédéral à prendre toutes les mesures utiles pour que les deux premières citoyennes de Suisse puissent tenir le discours prévu le 1er Août prochain sur la prairie du Grütli ;
  • le Conseil d'Etat de la République et canton de Genève à contribuer aux frais de sécurité de la manifestation jusqu'à concurrence de dix mille francs.

Le pays qui se flatte d'être le berceau de la démocratie européenne et l'un des modèles de démocratie directe dans le monde peut-il censurer ses deux premières citoyennes pour des motifs purement matériels? Doit-il abandonner la prairie du Grütli, symbole de sa liberté et de son identité nationales, aux extrémistes de droite qui font tout pour que la présidente de son Gouvernement et la présidente de son Parlement ne puissent s'y rendre?

Un pays qui est prêt à sacrifier des dizaines de millions de francs pour accueillir un championnat européen de football et qui consacre chaque des millions de francs pour assurer la sécurité du sommet économique mondial de Davos peut-il renoncer à dépenser 200 000 francs pour fêter dignement sa fête nationale et lui éviter d'être prise en otage par des gens qui s'opposent clairement aux libertés d'autrui?

La réponse est non.
C'est pourquoi nous pensons que Genève, qui est souvent considérée avec étonnement, et parfois avec incompréhension, par les autres cantons confédérés, se doit de montrer l'exemple et d'empêcher qu'une telle infamie soit commise sans réagir.

17:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

21/05/2007

De retour de Provence

Avec nos amis les Charbonnier et les Etienne, nous avons passé un week-end prolongé en Provence avant une longue semaine parlementaire.

Avec une équipe regroupant notamment 4 député-e-s et une ancienne Conseillère municipale de Carouge, rassemblant 3 partis différents (PDC, Verts et PS), il a été difficile de ne pas parler politique. Néanmoins, la déconne a égalé la politique, ce qui est très sain.

Brève de comptoir

Entendu sur une terrasse de resto à Aix-en-Provence d’un monsieur découvrant la composition du nouveau gouvernement français et donc le retournement de vestes de certains : « Parmi les nouveaux ministres, certains doivent avoir mal au cul ce matin. »
Coin des amoureux
Si vous cherchez un oasis de romantisme à Aix-en-Provence, foncez vous restaurer, yeux dans les yeux, chez « Charlotte » (32, rue des Bernardines). Cuisine simple, mais exquise, sous une tonnelle au pied d’un robuste figuier, vous découvrirez un havre de convivialité avec un charme exquis.
A noter aussi le restaurant « Le brin de thym » à Arles !
DésAménagement
Entre Marseille et la Camargue, nous longeons le littoral. Dans un site qui pourrait être idyllique, nous voyons, consternés, une multitude d’usines, des sites pétrochimiques gigantesques, des axes routiers dans tous les sens, des concentrations commerciales et des aménagements chaotiques. Les odeurs sont insoutenables. « Port le Bouc » porte bien son nom. Les élus qui ont permis un tel massacre devraient être traînés en justice ou forcés à habiter ces lieux. Heureusement, nous retrouvons la beauté aux Baux-de-Provence, à Arles et en Camargue.

 

Pour une assurance obligatoire perte de gain maladie

Mon intervention au Grand Conseil genevois sur le projet de loi de l’Alliance de gauche instituant une assurance obligatoire perte de gain maladie (Mémorial du Grand Conseil)

 

Je crois que nous sommes face à une question difficile. En fait, nous sommes à la recherche de l'équilibre - l'équilibre entre la dignité et les droits des employés - et les possibilités de contribution d'une entreprise.
Il n'y a personne ici, tant à droite qu'à gauche, qui puisse se réjouir de la situation d'un employé gravement malade et qui n'aurait pas d'assurance perte de gain. Cet employé cumulerait de graves problèmes de santé et une situation financière personnelle dramatique. Nous sommes tous sensibles à de tels drames humains, quelle que soit notre idéologie.
D'un autre côté, il est vrai que, là aussi, on peut être inquiet - que l'on soit de droite ou de gauche - de faire porter un fardeau trop lourd aux entreprises, et spécialement aux PME et PMI, puisqu'on sait qu'il s'agit du tissu économique de ce canton. C'est donc bien une question d'équilibre entre le social et le développement économique.
En ce qui concerne le social, on l'a dit, personne ne se réjouit de voir quelqu'un malade et sans moyens de subvenir à ses besoins parce qu'il n'a pas d'assurance perte de gain. Il faut donc que l'on fasse quelque chose ! Quelle que soit notre pensée aujourd'hui, on voit qu'il y a des gens - on peut se battre sur les chiffres, mais cela concerne entre 15 et 20% des employé-e-s - qui ne sont pas couverts par une assurance perte de gain, et ça n'est pas normal !
Alors, est-ce une charge trop lourde pour les entreprises ? Peut-être est-ce la question ? Ce qui est étonnant, c'est que toutes les entreprises de ce canton qui sont des grandes entreprises - les entreprises publiques, les PME et PMI qui ont une convention collective - assument aujourd'hui cette assurance perte de gain. Elles ne l'assument toutefois pas toutes seules ! Personne ne l'a dit jusqu'à présent, mais ce ne sont pas uniquement les entreprises qui assument cette assurance: ce sont aussi les employés !
Le projet de loi l'indique clairement, à l'article 2, alinéa 3: «Les salariés et les employeurs cotisent à parts égales.» C'est important ! Parce qu'on nous donne l'impression que toute la charge reposera sur les entreprises ! Sur quelques nouvelles entreprises, puisque, je le rappelle, la plupart des entreprises à Genève, aujourd'hui, assument leur responsabilité sociale et ont des assurances perte de gain. Nous parlons donc uniquement de quelques entreprises ! Et, comme par hasard, il y aurait des secteurs d'activité qui ne pourraient pas assumer cette charge !
Monsieur Cuendet, vous m'étonnez ! Vous reconnaissez l'existence de situations dramatiques, mais vous estimez qu'il n'y a pas de souci, que ce n'est pas très grave, et que les personnes qui vivent de telles situations doivent recourir à l'aide sociale... Alors que vous nous dites continuellement ici qu'il faut limiter l'Etat social et que les gens doivent prendre leurs responsabilités ! Eh bien, ce projet de loi appelle justement à la responsabilité, à la responsabilité sociale des entreprises ! C'est peut-être un concept relativement neuf pour vous, néanmoins, pour les entreprises, il l'est de moins en moins ! Je peux vous dire que la plupart d'entre elles ont aujourd'hui une vocation sociale bien plus grande que les partis qui disent les représenter !
Autre élément: les employés assument leur rôle en payant eux-mêmes la moitié de la cotisation d'assurance perte de gain. Alors, ils se prennent en charge eux-mêmes et ne s'adressent pas aux services sociaux de l'Etat, comme vous les incitez à le faire ! Aujourd'hui, vous mettez vos théories politiques habituelles au panier, parce que ça vous arrange conjoncturellement et parce que vous avez peu d'arguments ! Vous savez très bien que, dans un Etat social responsable qui se respecte, tous les collaborateurs et collaboratrices doivent avoir une assurance perte de gain, dans le public comme dans le privé ! C'est un effort que l'on demande aux employés et aux entreprises: la plupart des employés et des entreprises l'assument aujourd'hui. Ce projet de loi ne demande qu'une seule chose, c'est de généraliser cela pour l'appliquer à des entreprises qui ont peut-être un peu moins de conscience sociale que la grande majorité d'entre elles.
M. Kunz a fait appel à l'abbé Pierre, mais je ne sais pas comment il interprète l'abbé Pierre ! Si certains essayent de récupérer l'abbé Pierre, nous, nous voulons juste appliquer ses idéaux sociaux ! (Applaudissements.)
Au vote, la droite balaye ce projet de loi.

20:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)