09/06/2007

Pour une politique nouvelle de l'Union Européenne envers Cuba

En tant que député, je signe cette pétition.
 
L'association France Cuba suit avec attention l'évolution des relations entre l'Union Européenne et Cuba et s'inquiète des prochaines décisions du Conseil des Affaires générales des Relations extérieures de l'Union Européenne, lequel pourrait maintenir ou renforcer la Position Commune Européenne qui, depuis 1996, impose des conditions aussi arbitraires qu'excessives à l'établissement de relations économiques et politiques normales entre l'Union Européenne et Cuba.
 
Cuba est un pays souverain qui doit affronter le blocus économique et financier des Etats-Unis depuis 1962. Malgré 15 condamnations successives de l'ONU, les Etats-Unis ont renforcé ce blocus par la loi Torricelli en 1992 et en 1996 par la loi extra territoriale Helms Burton, laquelle impose l'ordre politico-commercial étasunien à toute la planète et asphyxie économiquement Cuba.
 
En juin 2004, avec la création de "la Commission d'Aide à un Cuba libre" à laquelle 80 millions de dollars ont été attribués pour déstabiliser le pays, les Etats-Unis ont réaffirmé clairement leur détermination à se débarrasser du gouvernement de Cuba afin d'y installer un gouvernement à leur convenance.
 
Toutes ces mesures qui violent le droit international et la souveraineté de Cuba ont été systématiquement ignorées par l'Union Européenne. Mieux encore, la Position Commune Européenne est venue systématiquement renforcer et valider la politique des Etats-Unis à l'encontre de Cuba.
 
S'est-on interrogé sur ce que souhaite l'immense majorité du peuple cubain ? Qui doit décider du système politique et social de Cuba ? Le peuple de Cuba ou les administrations de Washington et de Bruxelles ? Les réussites sociales reconnues par les plus hautes instances de la communauté internationale dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la culture, ne sont-elles pas un témoignage du respect des droits de l'homme à Cuba ?
 
On aurait pu espérer que le chaos provoqué en Irak par la politique belliciste des Etats-Unis aurait amené l'Union Européenne à adopter vis-à-vis de Cuba une attitude indépendante, basée sur le respect de la souveraineté et soucieuse d'établir un dialogue constructif.
 
La politique de vue étroite de l'Union Européenne envers Cuba doit être changée rapidement.
 
Nous dénonçons le zèle avec lequel l'Union Européenne cède aux pressions des Etats-Unis et s'aligne sur leur politique d'affrontement à Cuba, sans proposer une voie autonome et différente de relations entre les pays. Pourtant les dernières évolutions en Amérique devraient faire réfléchir.
 
Depuis les dernières élections au Congrès aux USA s'est profilée une tendance qui pourrait s'orienter vers une transformation des relations de Washington avec ses voisins Latino-Américains et des Caraïbes.
 
Par ailleurs l'Union Européenne affirme vouloir développer ses rapports avec le Mercosur et les pays ACP. Or il y a aujourd'hui une la collaboration croissante des états Latino-Américains et des Caraïbes dans laquelle le Cuba joue un rôle actif et constructif reconnu dans cette région.
 
Que précisément maintenant la politique européenne continue de parier sur la pression économique et politique du président américain, Bush, apparaitra comme contreproductif dans un tel contexte : une telle politique détériorera le prestige et les possibilités de coopération pour la France (et pour toute l'Union Européenne) dans la majorité des pays d'Amérique Latine et des
Caraïbes. Ils les rendront plus difficiles au cours des années et à terme impossibles.
 
Aussi, au nom du respect de la souveraineté de chaque peuple, au nom de l'intérêt de l'Europe, nous demandons :
 
Que la « Position Commune de l'Union Européenne envers Cuba » destructrice de l'année 1996 soit abandonnée définitivement et, qu'on développe à la place une politique de coopération sur une base juste et raisonnable, dans le respect de l'indépendance et de la dignité de chaque pays.
 
Les sanctions de l'Union Européenne contre Cuba doivent inconditionnellement disparaitre.  A la place, l'Union Européenne devrait s'efforcer de soutenir des conversations politiquement ouvertes et honnêtes avec le gouvernement cubain.
 
Cuba doit pouvoir poursuivre sa propre route vers le développement et pour cela, et avant tout, doivent cesser les tentatives de déstabilisation élaborées par l'administration américaine, qui violent les droits humains, et qui ont été dernièrement renforcées.  Nous exigeons des états membres de l'Union Européenne qu'ils interviennent auprès du gouvernement des Etats-Unis d'Amérique pour réclamer conformément aux décisions de l'ONU, la levée du blocus et de toutes les lois et mesures s'y rapportant.
 
L'Union Européenne doit aussi intervenir auprès du gouvernement des Etats-Unis d'Amérique pour exiger au-delà de la fermeture urgente de la prison de Guantanamo, la restitution de ce territoire à la République de Cuba.
 
Quelques états membres de l'Union Européenne, en raison de leur passé colonialiste, ont en outre le devoir d'intervenir dans l'Union Européenne pour que Cuba obtienne l'aide économique, technique et scientifique pour le développement de son économie dans le sens du développement durable. En ce sens Cuba a pu obtenir par ses moyens propres, partiellement, des réalisations remarquables.  Cela mérite notre respect!
 
Pour ce motif nous exhortons expressément la présidence française, ainsi que l'Union Européenne et tous ses membres, à adapter leur politique envers Cuba sur la base des critères exposés.
 
Il est urgent que l'Union Européenne mette en œuvre une politique nouvelle envers Cuba, indépendante et orientée vers l'avenir ! Cela ne pourra que renforcer le prestige de l'Europe et le développement de ses relations avec l'Amérique Latine au-delà même de Cuba.
 
Transmettez vos signatures à petitionue@gmail.com

 

08:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.