19/06/2007

Un p’tit jour de politique : 19 juin 2007

Alzheimer politique
Guy Mettan, démocrate-chrétien genevois, annonce le dépôt d’une motion pour le droit de vote à 16 ans.
Pourtant, lors de la dernière législature du parlement genevois, son parti avait shooté, à l’unanimité, mon projet de loi sur la même thématique, à l’époque moins à la mode.
Les démocrates-chrétiens avaient déjà des problèmes de synchronisation des bras avec le cerveau au moment des votes, désormais ils ont des graves problèmes de mémoire …Le docteur Unger va avoir du boulot !
Balle perdue de la police genevoise
Les députés genevois ont affronté l’équipe Seniors du CS Chênois à l’occasion du centième anniversaire de ce club de foot. Nous avons bien tenu la première mi-temps, ayant plusieurs occasions et n’encaissant aucun but. Comme je le disais au terme de cette première partie de jeu à l’un des joueurs chênois : « Et vos femmes vous croient lorsque vous leur dites que vous vous entraînez chaque semaine. »
En seconde partie, j’ai commencé, moi aussi, à les croire, car ils ont fait la diff physiquement, nous infligeant 3 buts.
Un des buts est l’œuvre du député MCG et policier Cerutti qui a balancé un magnifique autogoal à notre gardien qui était Roger Golay, député MCG et aussi flic.
Encore une balle perdue de la police genevoise … Bon, il faut reconnaître qu’ils n’ont pas l’habitude d’être sur le terrain.
Après la rencontre, les députés ont pris leur revanche à l’apéro, ayant tout de même plus d’entraînement que les sportifs dans ce domaine.
Lu dans « Le Courrier » du jour
La traversée de la rade faisait son retour jeudi dernier au Grand Conseil (genevois) à l’occasion d’une résolution de soutien au principe d’une grande traversée votée par les députés. La gauche aura tout essayé pour éloigner les bétonneurs du lac. Le socialiste Christian Brunier a ainsi évoqué le « syndrome de la Côte d’Azur » avant d’appuyer : « Vous connaissez la Côte d’Azur ? » « Non ! » se sont récriés plusieurs députés hilares sur les bancs libéraux. « On n’a pas les moyens ! ». Après la gauche caviar, la gauche Croisette ?
La grande bouffe
L’ONU affirme que la production permettrait de nourrir 12 milliards d’individus, soit environ le double de la population mondiale. Or, une partie de l’humanité subit la malnutrition.
Il est temps que l’économie serve l’humain, et non l’inverse.
La citation du jour
Lionel Jospin : La méthode politique du socialisme se fonde sur des réformes qui, progressivement, changent l’ordre des choses. Elle repose sur une volonté de transformation, mais n’ignore pas les héritages historiques, la réalité économique et la complexité du monde. Elle croit en la primauté du politique, en ce qu’il recherche le bien public. 
Elle me manque ...
Ma compagne s'est faite opérée aujourd'hui. Ceci ne concerne pas mon blog, seuls les registres privé et amoureux étant concernés. Mais, putain, elle me manque ... même si j’ai passé la plupart de la journée auprès d’elle.

23:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Il n'est pas très malain de réclamer, comme le fait M. Brunier, une sorte de paternité sur la motion que vient de déposer M. G. Mettan et le PDC, motion visant à faire baisser à 16 ans l'âge minimum pour voter. La seule caractéristique intéressante de cette motion, en effet, est qu'elle constitue un excellent révélateur de l'incohérence crasse de certains acteurs de la politique genevoise. Or manifestement M. Brunier et le PS font partie de cette catégorie.
Voilà des partis qui s'affichent pourtant régulièrement en grands défenseurs de la famille et qui la semaine dernière, sous la conduite de leurs deux ténors, vantaient devant le Grand Conseil les mérites et l'urgence d'une autre motion, réclamant elle l'intervention de l'Etat afin "de sensibiliser les jeunes de 18 à 25 ans sur la problématique de l'endettement". Selon eux notre jeunesse est trop immature pour affronter seule cette problématique et pour surmonter sans l'aide de la collectivité les conséquences de cette dérive.
Et voilà deux partis qui n'en prétendent pas moins que même si on n'est pas capable de gérer son portermonnaie à 20 ans on en sait assez pour donner son avis dès 16 ans sur les grandes questions politiques genevoises, notamment celle des finances publiques.
Comprenne qui pourra !

Écrit par : Pierre Kunz | 21/06/2007

Les commentaires sont fermés.