03/07/2007

Une entreprise qui n’innove pas, meurt !

 « Une personne qui n’a jamais commis d’erreur n’a jamais tenté d’innover »
Albert Einstein
SIG a décrété 2007, l’Année de l’innovation. Dans ce cadre et pour le journal d’entreprise « Grand Angle », j’écris, en tant que Directeur de l’innovation et de la communication de cette entreprise publique, un édito sur cette thématique si importante.

Priorité à l’innovation

 

L’innovation est-elle une mode ? Beaucoup le pensent. A tort ! Dans un monde qui bouge de plus en plus vite, où les exigences des clients se multiplient, une entreprise, qu’elle soit publique ou privée, doit innover continuellement pour satisfaire ses parties prenantes, se différencier de ses concurrents, générer de la motivation chez ses collaboratrices et ses collaborateurs et surtout créer de la valeur.
SIG innove depuis longtemps, mais pas assez
Notre entreprise innove depuis longtemps. Notre gamme de produits « SIG Vitale » ou notre programme « éco21 » sont d’illustres exemples.
Pourtant, lors de notre première notation sociétale, l’innovation a été l’un de nos points jugés insuffisants.
Nous avons donc décidé de corriger le tir, notamment en considérant ce domaine comme une priorité d’entreprise, en créant une direction fonctionnelle « Innovation et communication », en lançant un programme sur les ressources techniques valorisant l’innovation technique, en mettant en place un système de management des idées et en décrétant 2007 « Année de l’innovation ».

L’innovation est un état d’esprit

Pour ouvrir les comportements à l’innovation, il est essentiel d’impulser un nouvel état d’esprit.
Cette libération des imaginations passe particulièrement par la communication et la sensibilisation, et par la formation des collaboratrices et collaborateurs.
La mobilisation de l’encadrement est en cours. Le rôle des managers est essentiel pour stimuler l’innovation. Dans bien des entreprises, trop de cadres bloquent l’émergence des idées et asphyxie l’imaginaire de leurs collaboratrices et collaborateurs.  Pour éviter cela, SIG souhaite que ses cadres deviennent des moteurs de créativité.
A titre d’exemples, les cadres de direction viennent de vivre un séminaire sur cette thématique piloté par le professeur Eric Lardinois, une sommité du domaine. Une conférence donnée par l’une des responsables de l’innovation de la SNCF a eu lieu sur notre site du Lignon. Le séminaire réunissant les managers de proximité et les cadres supérieurs a accueilli un théâtre d’entreprise valorisant l’innovation, ainsi qu’Antoine Héron, l’ancienne tête pensante de l’innovation du groupe Renault. Ces différentes rencontres ont suscité assurément de l’enthousiasme et ont permis de mieux faire comprendre l’importance de l’innovation. Plusieurs formations consacrées aux méthodes d’innovation sont données à un grand nombre d’employés SIG. Enfin, un site intranet sur le thème de l’innovation a vu le jour.

Une méthode pour concrétiser les bonnes idées

Insuffler un climat favorable est une condition incontournable pour concrétiser une politique d’innovation. Mais celle-ci doit être appuyée par quelques méthodes et outils, tout en veillant à ne pas mettre en œuvre une lourde bureaucratie.
Un système de management des idées doit juste permettre qu’une idée émise soit étudiée sérieusement, et si elle est bonne, soit concrétisée. Sans un tel outil, les idées innovantes risquent fort d’être bloquées ou de se perdre dans la nature.
Cet outil est en cours de mise en œuvre à SIG, sous la houlette d’une équipe rassemblant la richesse de la diversité de l’entreprise tant en termes de fonctions, d’âges, de sexes ou d’ancienneté.

Libérons nos imaginaires

L’innovation à SIG doit émerger dans tous les secteurs : idées de nouveaux produits et prestations, réinvention des processus, recherche et développement technique ou modes de management innovants. Les experts estiment le gain moyen effectif généré par une forte politique d’innovation participative à 1'000 euros par an et par collaborateur.
La libéralisation du marché de l’électricité va nous faire perdre des parts de marché. Face à ce défi, l’innovation représente un réservoir de croissance pour notre entreprise.
Il est donc l’heure de casser les carcans qui empêchent le personnel SIG d’exprimer ses idées novatrices afin de construire un service public motivant, entrepreneurial et par conséquent innovant. Osons !

18:47 Publié dans Vie prof | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.