27/07/2007

Un p’tit jour de politique : 27 juillet 2007

Le chiffre du jour qui me révolte …
40 millions d’Américain-e-s, dont beaucoup d’enfants, n’ont plus d’assurance santé, faute de moyens.
Qui peut croire encore au rêve américain ?
Céréale killer
Durant la campagne des Présidentielles françaises, Nicolas Sarkozy se donnait une image écolo affirmant que la défense de l’environnement était prioritaire et signant le Pacte de Nicolas Hulot.
L’élection passée et gagnée, Sarko donne son OK pour que les produits biologiques puissent contenir jusqu’à 0,9 % d’OGM.
Les belles promesses partent en fumée. Encore du CO2 en plus !
Sarkozy rénove la gauche
Le Président français Sarkozy, sous prétexte « d’ouverture », débauche à « gauche » : Eric Besson, Jean-Marie Bockel, Jean-Pierre Jouyet, Martin Hisch, Fadela Amara, Dominique Strauss-Kahn, Bernard Kouchner, …
Son but : naturellement déstabiliser l’opposition et la dépecer de plusieurs de ses leaders.
Moi, je dis MERCI Sarko !
Plus, il réussira à recruter les éléphants du PS et les arrivistes soi-disant à gauche, plus il libérera les socialistes et la gauche de leurs carcans et de leur sclérose historique. Il donnera réellement une forte chance à la rénovation profonde de la gauche française.

Machiavel a trouvé son fils à travers Sarkozy. Pas sûr !?!

 

 Photo : wordpress.com
Fruits défendus
Info inquiétante et scandaleuse de la Commission européenne : 65% des fruits que nous dévorons sont couverts d’insecticides et de désherbants.
Totalitarisme à dimensions multiples
Alexandre Soljenitsyne a été au goulag parce qu’il combattait courageusement, comme un Juste, le totalitarisme stalinien.
Maintenant, le vieil écrivain est décoré par son ami Vladimir Poutine, garant du totalitarisme russe.
Comment peut-on se mobiliser jusqu’à l’emprisonnement contre la dictature stalinienne et applaudir le despote Poutine ?
L’humain est bizarre !
La Chine sur le podium des dictatures
Amnesty international a enregistré, en 2006, près de 1000 exécutions en Chine.
Les chiffres sur la peine de mort étant secrets dans cette dictature, les milieux de défense des droits humains estiment que le nombre réel d’exécutions pourrait s’élever à 8000.

A quelques mois des Jeux olympiques de Pékin, l’opinion publique doit s’élever pour que la Chine cesse d’être sur le podium des pires violations des libertés.

P.S. L’appel du Pape à boycotter Amnesty international – pour punir cette organisation de son soutien au droit à l’avortement – ne favorise que les régimes sanguinaires et autocratiques.

 

16:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

26/07/2007

Journal des bonnes nouvelles : excision interdite en Erythrée

L’Erythrée interdit l’excision.
Dans un pays où près de 90% sont excisées, cette décision est importante.
La plupart de ces mutilations sont commises à domicile sans anesthésie ni stérilisation.

Les auteurs de cet acte de torture seront désormais passibles d’amendes et de peines d’emprisonnement.

 

Photo : www.griooworld.com
En juin 2006, avec ma compagne Ariane Wisard-Blum, nous avons élaboré une motion contre l’excision. Nous l’avons déposée au Grand Conseil genevois avec de signatures de député-e-s vert-e-s et socialistes :
http://www.geneve.ch/grandconseil/data/texte/M01694.pdf
Nous attendons toujours le dépôt officiel de la réponse du gouvernement.
Voici le texte de mon intervention parlementaire sur cette thématique :
M. Christian Brunier (S). Je crois, je l'espère en tout cas, que l'ensemble de ce parlement condamne l'excision, qui est un acte inacceptable, assimilable bien entendu à une torture. Je rappelle que ces mutilations sexuelles sont illégales dans notre pays au sens de l'article 22 du code pénal suisse, qu'elles sont bien sûr contraires aussi à la Convention européenne des droits de l'homme et que, alors que beaucoup ont l'impression que l'excision, cela ne se fait qu'ailleurs, l'Unicef considère qu'il y a près de sept mille femmes et jeunes filles excisées qui vivent aujourd'hui en Suisse. Que des femmes excisées vivent sur notre territoire, c'est évident, mais il est fort probable que l'excision se pratique aussi sur notre territoire ou dans des territoires très proches de Genève... (Commentaires.) Monsieur Weiss, c'est un sujet très important !
Une voix. On n'a rien dit ! Vous avez probablement de mauvaises oreilles !
Le président. Est-ce que je peux vous demander d'éviter les apartés ? Je vous rappelle, Monsieur le député, que c'est à la présidence que vous vous adressez.
M. Christian Brunier. Tout à fait, Monsieur le président, mais je crois que c'est un sujet suffisamment grave pour qu'on ait un climat serein dans ce parlement.
Dans une ville internationale comme Genève, on ne peut pas rester les yeux fermés et se dire que ce n'est qu'un problème qui se passe ailleurs. S'il y a potentiellement problème, nous devons le savoir et agir. Il y a d'ailleurs eu un certain nombre de témoignages ces dernières semaines dans les médias. Les femmes qui ont subi cet acte de torture commencent à parler et il faut les féliciter pour leur courage.
Il faut dire également qu'un colloque a été organisé par le service de l'Etat de Genève pour la promotion de l'égalité entre hommes et femmes. Il y a été dit clairement que l'Etat devait s'engager dans la lutte contre ce fléau. C'est dans cette perspective que cette motion s'inscrit. Je crois que c'est le devoir des autorités d'agir, et c'est là l'impulsion que nous voulons donner.
Je rappelle aussi, et c'est important, que cette mutilation n'a rien à voir avec un fait culturel ou avec un rite religieux, comme certains le prétendent de temps en temps. Dernièrement le secrétaire général de l'association des imams du Sénégal, un pays très touché par ce drame, a déclaré: «Il n'y a rien dans le Coran qui impose l'excision».
Que demande cette motion, qui est très simple ? Elle demande d'essayer d'enquêter pour savoir exactement, en toute transparence, ce qui se passe à Genève et dans les zones voisines, je le redis, mais aussi dans les lieux de vacances des jeunes filles vivant à Genève, qui partent des fois dans des pays étrangers et reviennent excisées. Nous devons connaître la vérité pour savoir comment agir contre ce fléau.
Bien sûr, il faut faire appliquer la loi strictement; s'il y a des actes d'excision à Genève, il faut que les bourreaux soient arrêtés et, bien entendu, condamnés. Il faut prendre des mesures de prévention, notamment par rapport aux personnes cibles, aux victimes potentielles, c'est-à-dire les jeunes filles qui sont à l'école primaire. Il doit y avoir des campagnes d'information auprès des personnes susceptibles d'être touchées par ce drame, auprès des familles aussi, puisqu'il y a des croyances, des mythes qui poussent les familles à continuer de faire pratiquer cet acte sur leurs filles. Et puis, il faut former les professionnels de la santé, du social et de la psychologie, car ils sont aujourd'hui mal armés pour répondre à cette problématique. J'ai eu à ce sujet des échanges avec M. Unger, par rapport à la chirurgie de reconstruction.
Genève, capitale des droits de la personne, doit agir au niveau de la solidarité internationale. La Suisse s'est engagée dans certains programmes pour lutter contre l'excision dans des pays qui sont très touchés par ce fléau et il faut que Genève participe à cette dynamique tant au niveau local qu'international. C'est pour cela que nous vous proposons d'envoyer cette motion directement au Conseil d'Etat, je ne pense pas qu'une commission améliorera le texte... (Protestations.) ... je crois qu'il faut vraiment l'envoyer directement au Conseil d'Etat pour qu'il puisse agir et je vous invite toutes et tous à dire unanimement stop à ce genre de cruauté.

 

16:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Un p’tit jour de politique : 26 juillet 2007

Le chiffre du jour qui me révolte …
132 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent dans l’agriculture mondiale, selon l’ONU, au lieu d’aller à l’école.
Insécurité à Sarkoland
Selon les statistiques du garde des Sceaux de la République française, le nombre de mineurs condamnés pour délits de violence a augmenté de près de 40 % ces cinq dernières années, soit en grande partie sous le règne du Ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy.
Une nouvelle fois, l’illusionniste Sarkozy a fait croire à la France qu’il agissait efficacement contre l’insécurité.

Dans la vraie vie, le résultat concret est bien moins glorieux.

 

Et les automobilistes dangereux …
A Genève, le nouveau Conseiller administratif Pierre Maudet veut lutter vigoureusement contre les cyclistes dangereux. C’est bien !
Mais, Pierre, n’oublie pas de déployer autant d’énergie pour combattre les automobilistes fous du volant, bien plus gênants et mortels que les tarés du vélo.
Aussi nul en sexe qu’en politique
« C’est mécanique, les hommes, quand ils sont amoureux, ne bandent plus. » dixit Eric Zemmour dans son ouvrage « Le premier sexe ».
Zemmour écrivait déjà des tas d’inepties dans ses commentaires politiques du Figaro, mais niveau sexe, il n’a pas l’air meilleur.
US Go home !
Selon une étude de l’Organisme de recherches du Congrès américain, les conflits afghan et irakien coûte chaque mois aux USA 12 milliards de dollars.
En un mois, pour ces deux guerres, Bush jette par les fenêtres l’équivalent d’une fois et demie le produit intérieur brut annuel du Sénégal.

 

 

 

Séjour à Majorque
Je reviens d’un trop court séjour à Majorque.
Je n’ai qu’un souhait. J’espère que le gouvernement espagnol protégera vigoureusement l’environnement de cette île merveilleuse, celle-ci ayant déjà suffisamment subi un urbanisme désordonné.

 

 

 

 


 

 

15:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2007

Un p’tit jour de politique : 18 juillet 2007

Inégalité fiscale genevoise

 

 

Revenu communal annuel moyen par élève à Onex = 18'000 CHF

 

 

 

Revenu communal annuel moyen par élève dans le canton de Genève = 39'000 CHF

 

 

 

Je me dis que j’ai bien fait d’élaborer une motion pour revoir rapidement la péréquation financière entre les communes à Genève.

 

 

 

 

 

Sarko : Excellent en communication. Désastreux en pratique.

 

 

 

Nicolas Sarkozy parle bien de l’école. Il veut notamment donner davantage de moyens aux écoles des quartiers difficiles, améliorer les mesures de soutien pour les élèves en difficulté et renforcer les cours de rattrapage. Fort bien !

 

 

 

Pourtant, au-delà des mots, son gouvernement envisage de supprimer 17'000 postes d’enseignants. Alarmant !

 

08:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

11/07/2007

Nouvelle loi sur le chômage à Genève

Lu dans « Le Temps » d’aujourd’hui sous la plume de Cynthia Gani :
 

La nouvelle loi sur le chômage fait bégayer le PS genevois

 

Genève : Le référendum de la gauche dure divise le Parti socialiste

 
«Une erreur politique.» Voilà ce que vient de commettre le Parti socialiste genevois selon Christian Brunier, député PS au Grand Conseil. En cause: la position de son parti, qu'il estime «incohérente» concernant la nouvelle loi sur le chômage. L'élu affirme que les socialistes auraient dû soutenir le référendum lancé vendredi dernier par A gauche toute!, puisqu'ils avaient combattu à l'unanimité la réforme de la loi votée par le parlement le 28 juin dernier.

Le dilemme des dirigeants

A l'origine, le comité directeur du PS, divisé, avait recommandé à ses élus de s'abstenir lors du vote. La consigne avait agacé plus d'un député, au point d'être ignorée au Grand Conseil. Opposés à la révision, qui vise surtout la suppression du système des emplois temporaires cantonaux fustigé par la Confédération, les socialistes ont proposé des amendements. Au nombre de leurs exigences: le recul de la limite d'âge donnant droit à des mesures de longue durée à 50 ans au lieu de 55, l'inscription dans la loi d'un droit à des mesures de prise en charge pour les chômeurs en fin de droits, ou encore la fixation d'un salaire minimum pour les bénéficiaires du programme d'emploi et de formation. Mais les autres groupes n'ont pas suivi. Même les Verts ont balayé les amendements du PS.

Une fois la loi votée, restait à se déterminer sur le référendum. Là aussi, les socialistes ont tergiversé. Ils ont attendu que la gauche dure lance le mouvement pour réfléchir à leur positionnement. Finalement, lundi soir, le comité directeur a décidé de ne pas soutenir le référendum. «Le PS a dû faire un choix entre un projet non satisfaisant et l'illusion de revenir à une situation passée qui ne peut plus être», expliquait le parti dans un communiqué de presse mardi.

 «Manque de cohérence»

«Les socialistes ont décidé de ne pas mettre leurs forces dans le rejet d'une loi qui n'est pas satisfaisante à bien des égards, mais qui a le mérite de proposer des réformes», argumente le PS. Citant l'exemple de la future création d'un socle d'emplois dans l'économie sociale et solidaire.

Une attitude qui ne convient pas à Christian Brunier, à l'instar «d'une partie des élus qui ne sont pas satisfaits, affirme-t-il. Le comité directeur aurait dû être plus cohérent par rapport à la base. D'autant qu'il ne s'agissait pas de lancer le référendum, mais uniquement d'y apporter notre soutien. Si nous n'étions pas en plein été, j'aurais demandé une assemblée générale extraordinaire!»

Les soubresauts du PS autour de la nouvelle loi sur le chômage ne sont pas encore terminés, semble-t-il. Selon le député Alberto Velasco, il est probable qu'en cas d'aboutissement du référendum d'A gauche toute!, les socialistes recommandent aux Genevois de suivre les référendaires. Contre la nouvelle loi à laquelle ils disaient pourtant hier vouloir «donner une chance»...
 
http://www.letemps.ch/template/regions.asp?page=7&article=211074
 

07:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

10/07/2007

Un p’tit jour de politique : 10 juillet 2007

Référendum contre la loi genevoise sur le chômage
 
« A gauche toute » a décidé de lancer un référendum contre la loi genevoise sur le chômage.
 
Le PS s’est battu seul au Parlement contre cette loi, la droite, avec l’aide des Verts, refusant notamment d’introduire des dispositions en faveur des jeunes et des plus de 50 ans.
 
Personnellement, j’avais des doutes sur le lancement d’un référendum. Pour s’engager dans une telle démarche, il faut avoir des forces militantes importantes pour recueillir les signatures en plein été et avoir l’argent pour mener la campagne. Face aux différentes lois divagantes votées par la majorité de droite au Grand Conseil, il est indispensable de fixer nos priorités en matière référendaire.
 
Mais maintenant, le référendum, qu’on le veuille ou non, est lancé.
 
Dans ce contexte, il est évident que les socialistes, en cohérence avec leur position au Parlement, doivent le soutenir.
 

Or, le Comité directeur du PSG a décidé, hier soir, le contraire. Ceci est une erreur politique.

 

L’Entente genevoise et l’élection au Conseil des Etats

 
Après le jet d’éponge du radical John Dupraz pour l’élection du Conseil des Etats, le Parti radical soutient le ticket libéralo-PDC Brunschwig-Graf/Jobin. Pourtant, il y a quelques jours, plusieurs radicaux se réjouissaient de voir M.Jobin en difficulté suite aux attaques sur les dépenses inconsidérées qu’il avait lui-même décidées pour sa fête de départ de l’Aéroport. Beau retournement de veste. Tout ce que je déteste en politique !
 
Le Parti libéral est peu enthousiaste de voir M.Jobin sur sa liste. « Difficile de se faire une opinion très certaine quant à la force de frappe de Jean-Pierre Jobin » a déclaré le Président des Libéraux à la Tribune de Genève. Un tel soutien va motiver l’opinion publique …
 
 
Contre les longs transports d’animaux
 
Je soutiens une pétition contre les longs transports d’animaux, demandant à l’Union européenne de limiter ces déplacements d’animaux vivants destinés à l’abattage ou à l’engraissement à une durée maximale de 8 heures.

 


 

11:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

09/07/2007

Un p’tit jour de politique : 9 juillet 2007

C’est l’anniversaire de ma maman !
 
Non à la guerre en Irak
 
Comme tous les jours, les massacres sont contagieux en Irak.
 

Hier, plusieurs attentats à la bombe ont coûté la vie à 26 personnes à Bagdad.

Plus de tabac dans les lieux publics en Angleterre
 
Comme la plupart des pays européens, l’Angleterre interdit de fumer dans tous les espaces publics fermés.
 
A Genève, la droite a voté contre cette idée en commission de la santé du Grand Conseil. Débat en plénière dès septembre.
 
Quand on connaît les dangers de la fumée passive, chaque jour perdu est une mise en danger inacceptable de la santé publique.
 
 
Le blog de Langaney
 
Le généticien, anthropologue, André Langaney s’intéresse beaucoup à mon couple. Dans son blog, on peut lire notamment dans un texte attaquant mes engagements écolos : « Quand le rose passe au vert …cherchez la femme ! » Il a raison, ma compagne m’influence beaucoup, mais le socialisme n’a pas attendu notre relation amoureuse pour intégrer la défense de l’environnement dans son programme politique.
 
Mais, au-delà des attaques politiques (oxygène de la démocratie), le professeur Langaney ne fait pas l’économie des sous-entendus sexuels : « A force de tirer Ariane et son fil … » ou « les socialistes et les verts, en particulier, copulent à tour de jambes. Au point qu'il devient difficile de glisser une feuille de papier à cigarettes entre leurs positions sans la retirer humide ! » André Langaney a écrit « Le sexe et l’innovation ». Va-t-il débuter un livre sur la vie sexuelle de la gauche genevoise ?
 
Eh professeur Langaney, il me semble qu’un intellectuel de votre talent a bien d’autres choses à entreprendre et à écrire …
 
http://alanganey.blog.tdg.ch/la-politique-autrement/rions...
http://alanganey.blog.tdg.ch/la-politique-autrement/quand-le-feu-rose-passe-au-vert.html

 

06:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

06/07/2007

La fête à Jobin sous l’œil de la Cour des comptes

Lu dans « La Tribune de Genève » de ce jour sous la plume de Frédéric Julliard :

 

 

 

 

 

En l'honneur de son directeur, l'aéroport a transformé un hangar en salle de spectacle. Le monde politique veut des explications sur la soirée à 354'000 francs.

 

 

 

Pour célébrer dignement le départ de son directeur Jean-Pierre Jobin, en novembre 2005, l'aéroport de Genève a vu grand : la halle d'entretien des avions a été transformée en une salle de banquet et de spectacle! Une scène a été montée pour l'occasion et plusieurs artistes sont venus animer la soirée.

 

 

 

Prix de cette fête grandiose: 364’000 francs pour les seuls coûts externes, donc sans compter les heures de travail qu'y ont consacrées des employés de l'aéroport (la «Tribune» d'hier).

 

 

 

Le montant suscite l'indignation dans le monde politique. Les députés Christian Brunier et Eric Stauffer ont demandé des explications au Conseil d'Etat.

 

 

 

Le mouvement A gauche toute! a, quant à lui, décidé de saisir la Cour des comptes, chargée de vérifier la bonne utilisation de l'argent public. Face à ces attaques, Jean-Pierre Jobin, candidat PDC aux élections fédérales d'octobre, rappelle que l'aéroport reverse des millions chaque année à l'Etat, et que, après avoir mené à bien le développement de l'institution pendant treize ans, il méritait quand même une belle fête.

 

 

 

Buffet oriental

 

 

Selon nos informations, la logistique, les animations et les spectacles ont coûté à eux seuls plus de 200'000 francs. Le mandat a été confié à une société privée genevoise, spécialisée dans l'organisation d'événements. Le reste des coûts se répartit entre les vins, le repas et un buffet oriental. Ce dernier a coûté 20'000 francs environ, soit une trentaine de francs par invité.

 

 

 

Préférant garder l'anonymat, l'organisateur des spectacles explique que la fête s'est déroulée dans la halle d'entretien des avions, à l'aéroport. «Il a fallu transformer un hangar en salle de spectacle en plein hiver, dresser une scène, monter des éclairages ?» Plusieurs artistes se sont produits pendant la soirée, notamment Le Quatuor, un groupe musical et comique français.

 

 

 

La réception comptait plus de 600 invités. Selon l'organisateur, son coût n'a rien d'extravagant pour un événement monté à partir de zéro, dans un lieu pas prévu pour cela. La facture aurait même pu être bien plus lourde: «Je me souviens d'une banque qui a fait venir Joe Cocker. A lui seul, le concert revenait à un demi-million...» Sauf qu'il s'agit ici d'argent public, rappelle Salika Wenger, conseillère municipale d'A gauche toute!: «Rien ne justifie une fête d'une telle ampleur payée par le contribuable. C'est pourquoi nous saisissons la Cour des comptes, qui est la mieux armée pour examiner l'affaire.»

07:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

04/07/2007

Rabais fiscal

Lu dans « Le Courrier » :
 

Les employés du World Economic Forum avaient droit, jusqu’en 2005, à un rabais gracieux de 10 % de  leurs impôts, comme on peut le lire en forme de réponse du Conseil d’Etat à une interpellation du député socialiste Christian Brunier. Un sacré cadeau de l’Etat pour ce lobby privé qui œuvre … à démanteler toute forme d’Etat dans le monde. Parfois, trop de masochisme tue le masochisme. (Philippe Bach)


07:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/07/2007

Une entreprise qui n’innove pas, meurt !

 « Une personne qui n’a jamais commis d’erreur n’a jamais tenté d’innover »
Albert Einstein
SIG a décrété 2007, l’Année de l’innovation. Dans ce cadre et pour le journal d’entreprise « Grand Angle », j’écris, en tant que Directeur de l’innovation et de la communication de cette entreprise publique, un édito sur cette thématique si importante.

Priorité à l’innovation

 

L’innovation est-elle une mode ? Beaucoup le pensent. A tort ! Dans un monde qui bouge de plus en plus vite, où les exigences des clients se multiplient, une entreprise, qu’elle soit publique ou privée, doit innover continuellement pour satisfaire ses parties prenantes, se différencier de ses concurrents, générer de la motivation chez ses collaboratrices et ses collaborateurs et surtout créer de la valeur.
SIG innove depuis longtemps, mais pas assez
Notre entreprise innove depuis longtemps. Notre gamme de produits « SIG Vitale » ou notre programme « éco21 » sont d’illustres exemples.
Pourtant, lors de notre première notation sociétale, l’innovation a été l’un de nos points jugés insuffisants.
Nous avons donc décidé de corriger le tir, notamment en considérant ce domaine comme une priorité d’entreprise, en créant une direction fonctionnelle « Innovation et communication », en lançant un programme sur les ressources techniques valorisant l’innovation technique, en mettant en place un système de management des idées et en décrétant 2007 « Année de l’innovation ».

L’innovation est un état d’esprit

Pour ouvrir les comportements à l’innovation, il est essentiel d’impulser un nouvel état d’esprit.
Cette libération des imaginations passe particulièrement par la communication et la sensibilisation, et par la formation des collaboratrices et collaborateurs.
La mobilisation de l’encadrement est en cours. Le rôle des managers est essentiel pour stimuler l’innovation. Dans bien des entreprises, trop de cadres bloquent l’émergence des idées et asphyxie l’imaginaire de leurs collaboratrices et collaborateurs.  Pour éviter cela, SIG souhaite que ses cadres deviennent des moteurs de créativité.
A titre d’exemples, les cadres de direction viennent de vivre un séminaire sur cette thématique piloté par le professeur Eric Lardinois, une sommité du domaine. Une conférence donnée par l’une des responsables de l’innovation de la SNCF a eu lieu sur notre site du Lignon. Le séminaire réunissant les managers de proximité et les cadres supérieurs a accueilli un théâtre d’entreprise valorisant l’innovation, ainsi qu’Antoine Héron, l’ancienne tête pensante de l’innovation du groupe Renault. Ces différentes rencontres ont suscité assurément de l’enthousiasme et ont permis de mieux faire comprendre l’importance de l’innovation. Plusieurs formations consacrées aux méthodes d’innovation sont données à un grand nombre d’employés SIG. Enfin, un site intranet sur le thème de l’innovation a vu le jour.

Une méthode pour concrétiser les bonnes idées

Insuffler un climat favorable est une condition incontournable pour concrétiser une politique d’innovation. Mais celle-ci doit être appuyée par quelques méthodes et outils, tout en veillant à ne pas mettre en œuvre une lourde bureaucratie.
Un système de management des idées doit juste permettre qu’une idée émise soit étudiée sérieusement, et si elle est bonne, soit concrétisée. Sans un tel outil, les idées innovantes risquent fort d’être bloquées ou de se perdre dans la nature.
Cet outil est en cours de mise en œuvre à SIG, sous la houlette d’une équipe rassemblant la richesse de la diversité de l’entreprise tant en termes de fonctions, d’âges, de sexes ou d’ancienneté.

Libérons nos imaginaires

L’innovation à SIG doit émerger dans tous les secteurs : idées de nouveaux produits et prestations, réinvention des processus, recherche et développement technique ou modes de management innovants. Les experts estiment le gain moyen effectif généré par une forte politique d’innovation participative à 1'000 euros par an et par collaborateur.
La libéralisation du marché de l’électricité va nous faire perdre des parts de marché. Face à ce défi, l’innovation représente un réservoir de croissance pour notre entreprise.
Il est donc l’heure de casser les carcans qui empêchent le personnel SIG d’exprimer ses idées novatrices afin de construire un service public motivant, entrepreneurial et par conséquent innovant. Osons !

18:47 Publié dans Vie prof | Lien permanent | Commentaires (0)