08/10/2007

Pour que les locaux de l’Etat soient sans fumée

Considérant que/qu’:

 

 

  • l’Etat de Genève doit être exemplaire en matière de santé publique ;

     

 

  • la plupart des pays d’Europe ont adopté, avec succès et forte adhésion populaire, des législations pour interdire la fumée dans les lieux publics ;

     

 

  • tous les sondages et enquêtes démontrent un soutien important de l’opinion publique à ce genre de mesure ;

     

 

  • les scientifiques ont démontré les effets très nocifs de la fumée active et passive en termes de santé publique ;

     

 

  • une majorité du parlement s’est déclarée en faveur de l’initiative « Fumée passive et santé » demandant l’interdiction de fumer dans les lieux publics ;

     

 

  • une majorité de la population semble favorable à l’interdiction de fumer dans les lieux publics ;

     

 

je dépose au Grand Conseil genevois une motion, en proposant tous les député-e-s à la cosigner, invitant le Conseil d'Etat

 

 

  • à interdire de fumer dans l’ensemble des locaux de l’Etat ;

     

 

  • à aménager des lieux extérieurs afin de permettre aux fumeur-euse-s- de fumer sans ségrégation, mais en ne polluant plus les autres.

 

22:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Cher Monsieur Brunier,
Je vous soutiens totalement dans votre croisade contre la fumée passive... Mais, il y a souvent un mais, allez un peu plus loin et combattez donc toutes les fumées et pas seulement celles des cigares, pipes, narghilés et autres cigarettes. Chaque jour 500.000 véhicules sillonnent notre Canton, chaque véhicule rejette environ 500 m3 de gaz pollué par heure... faites le calcul et vous arrivez /sauf erreur) à 250 millions de m3 de gaz pollué par les seuls transports automobiles dont nous sommes toutes et tous les fumeurs passifs. Gageons qu'il faudrait quelques millions de fumeurs pour égaler une telle performance.
Il est certes juste de s'attaquer au lobby des cigarettiers, il est plus qu'urgent d'abattre celui du pétrole qui représente un danger autrement plus important et dont les conséquences sur la (mauvaise) santé sont autrement plus effroyables. Ce ne sont pas les Irakiens qui me contrediront sur ce point.
Avec mes amitiés.

Écrit par : hectorpierre | 09/10/2007

Les commentaires sont fermés.