01/11/2007

Mes lectures du moment

J’ai commencé la lecture de deux livres que je trouve, à ce stade, passionnants.
500 Affiches de mai 68 de Vasco Gasquet
Que l’on veuille ou non, Mai 68 a bouleversé notre société.

Vasco Gasquet, acteur de l’atelier des Beaux-Arts, a sélectionné une série d’affiches qui résument bien cette époque troublée qui a assurément ouvert la société à la Liberté d’expression.

 

La Nouvelle gestion scolaire d’Eric Maurin
A tort, une bonne partie de l’opinion publique a l’impression que l’enseignement régresse et que les jeunes sont mal formés. Politiquement, j’essaie, depuis des années, de démontrer le contraire, notamment en m’appuyant sur des études et analyses sérieuses. Les bénéfices de la démocratisation scolaire sont exceptionnels.
Même si l’école doit sans cesse s’adapter et s’améliorer, il faut reconnaître que le nombre de personnes formées et diplômées est en forte progression durant ces dernières décennies et que les connaissances des jeunes sont de plus en plus larges et nombreuses.
Avant, on demandait principalement à l’école d’apprendre à lire, écrire et compter. Aujourd’hui, la société demande aux jeunes d’acquérir ces aptitudes de base, mais en plus de savoir bien communiquer, d’avoir une expertise dans les nouvelles technologies, de bénéficier d’une large culture générale, …
Le livre d’Eric Maurin apporte de l’eau au moulin de celles et ceux soutenant l’évolution de l’école et luttant contre le retour à une école de grand-papa, qui ne correspond à aucune attente d’une société bougeant rapidement et ouverte sur le monde.
Voici le résumé de cet ouvrage très vivifiant :
Un vent mauvais souffle sur l’école. Un certain pessimisme idéologique se conjugue aux amertumes et aux nostalgies pour accabler les politiques de démocratisation scolaire : elles auraient fait baisser le niveau général des élèves, condamné les plus méritants à ne pas se voir récompensés de leurs efforts, distribué des diplômes dont la valeur se déprécie, exposé au déclassement un nombre croissant de jeunes qualifiés…
Dressant le bilan de ces politiques à une échelle rarement envisagée, Eric Maurin démonte méthodiquement chacun de ces mythes. Non seulement l’expansion scolaire a « payé », mais sa poursuite s’avère décisive pour faire face au nouveau monde économique qui s’annonce. Puisant dans les expériences scandinaves, britanniques, américaines, chiliennes, australiennes …, ce livre permet de repenser en profondeur les relations entre éducation et économie, à contre-courant des interprétations sociologiques et des humeurs politiques aujourd’hui dominantes.

 

23:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.