20/12/2007

Pour une diminution juste des cotisations de caisses-maladie

 Avec les vertes et les socialistes de la commission de la santé du Grand Conseil genevois, nous déposons la résolution suivante :
 
Proposition de résolution pour une diminution juste des cotisations de caisses-maladie des Genevoises et Genevois
 
Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève
considérant qu’/que :
 
les primes moyennes pour 2008 sont de CHF 420.- pour les adultes, CHF 350.- pour les jeunes et de CHF 100.- pour les enfants. Ceci correspond à une baisse de respectivement 0,9, 0,6 et 4,9 % ;
 
les baisses proposées sont inférieures à la baisse de coûts réelle enregistrée sur la période 2005-2006 ;
 
le niveau des réserves des caisses-maladie reste trop élevé et bien au-delà des seuils légaux ;
 
les prévisions montrent des augmentations des réserves pendant l’année en cours ;
 
la diminution des coûts moyens par assuré genevois est de 2,2 % ;
 
les dépenses des caisses en 2006 ont été surestimées de 5 % pour la plupart des caisses ;
 
les charges administratives des caisses-maladie pour la gestion des membres genevois-es ont encore progressé de 7 % l’an passé ;
 
l’Office fédéral de la santé publique n’a apporté aucune réponse au Conseil d’Etat genevois concernant des problèmes d’inexactitudes de chiffres fournis par les assureurs
 
à l’exception de deux caisses-maladie (Avanex et Sanitas), les baisses de primes annoncées à l’Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP) par les caisses sont minimes et ne correspondent à aucune réalité ;
 
invite les Autorités fédérales à :
 
exiger des caisses-maladie une nouvelle diminution des primes moyennes d’au moins 5 % pour la population genevoise ;
 
examiner les frais administratifs des caisses-maladie qui passent du simple au triple d’une caisse à l’autre et qui ont progressé considérablement durant l’année écoulée ;
 
apporter aux Autorités genevoises des réponses claires sur l’exactitude des données fournies par les caisses-maladie.
 
EXPOSÉ DES MOTIFS
 
Mesdames et
Messieurs les député-e-s,
 
Les coûts de la santé des Genevoises et des Genevois sont de mieux en mieux maîtrisés. Pourtant, ces efforts sont peu récompensés.
 
A Genève, le coût moyen par assuré est à la baisse, passant de CHF 3'740.- à CHF 3'657.-.
 
Parallèlement, les actions promises pour diminuer les réserves excessives des caisses n’ont pas porté leurs fruits, puisque ces réserves atteignent, à fin 2006, 35 %, soit 7 % de plus que l’année précédente.
 
Les frais administratifs par assurés progressent eux aussi de 7 % et passent du simple au triple d’une caisse à l’autre. A titre d’exemple, la charge administrative réelle par assuré est, pour 2006, de CHF 102.- à la CSS alors qu’elle se monte à CHF 315.- à la Supra.
 
Selon les calculs du Conseil d’Etat genevois, la diminution des primes devrait être de 10 %, compte tenu de l’importance des réserves et des baisses des coûts intervenues. Par souci de prudence et selon les dires du Conseiller d’Etat Pierre-François Unger « afin de consolider les activités réalisées durant cette période, le canton de Genève propose dès lors une baisse moyenne de 3,5 % ».
 
Nous, nous faisons preuve de moins de soumission aux diktats des caisses et demandons au gouvernement helvétique d’exiger une diminution d’au moins 5 % pour les Genevoises et Genevois qui ont suffisamment été pressés par les caisses-maladie.
 
Vu la situation scandaleuse et l’attitude inacceptable de plusieurs caisses-maladie envers la population genevoise, nous invitons, Mesdames et Messieurs les député-e-s, à voter cette résolution en urgence.

 

 

 

 

13:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Merci Mr Brunier. Heureusement qu'il reste encore des socialistes de gauche!

C'est vraiment scandaleux ce qui se passe avec les assurances maladies! Et dommage que le peuple suisse ait refusé la caisse unique.

J'espère que la caisse d'assurance genevoise d'Etat va passer, afin d'avoir des primes réduites.

Écrit par : Kermitte | 20/12/2007

Le peuple à choisit de refuser (malheureusement) l'initiatives sur la caisse maladie unique ... nous allons donc continuer à être les dindons de la farce où sous prétexte de secret des affaires, on nous cache comment sont utilisées nos primes.

Mais comme le salut ne peut se trouver QUE dans le marché (There is no alternative !), ayons confiance non ?

Écrit par : Dji | 20/12/2007

Les commentaires sont fermés.