12/01/2008

Déchets italiens aux Cheneviers

Retrouvez mon interview au TJ de la TSR (Télévision suisse romande) concernant la venue possible de déchets de Naples à Genève. C’est bon pour l’environnement, les déchets mis en décharge en Italie – voire dans la nature - étant un désastre écologique. C’est bon économiquement pour les Cheneviers. C’est bon pour les humains, la situation à Naples créant de fortes tensions sociales et mettant en danger la santé publique : http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&channel=info#program=15;vid=8607469

Début de l'évacuation des ordures à Naples

Dépêche de SDA-ATS
 
Naples - La région de Naples a commencé l'évacuation vers d'autres provinces d'Italie de centaines de tonnes d'ordures qui s'entassaient depuis fin décembre dans ses rues. La Sardaigne est la première région ayant accepté de retraiter une partie des déchets.
Dans la journée, près de 500 tonnes devaient être débarqués à Cagliari en Sardaigne. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté à proximité d'une des décharges sardes prévues pour recevoir les ordures.
D'autres régions, comme plusieurs provinces du nord de l'Italie, ont en revanche refusé d'accueillir les déchets napolitains, craignant une réaction des habitants.
En Suisse, aucun site ne traite actuellement des déchets en provenance d'Italie. L'élimination des ordures d'un autre pays doit faire l'objet d'une autorisation, a indiqué Beat Frey de l'office fédéral de l'environnement (OFEV). Pour l'heure, aucune demande n'a été déposée par les autorités italiennes.
Les services industriels genevois (SIG) sont en négociation avec les autorités napolitaines en vue d'un éventuel acheminement des ordures à l'usine de traitement des déchets des Chenevriers. Une telle solution serait "beaucoup moins polluante" que le stockage en décharge, a déclaré mercredi soir Christian Brunier, membre de la direction des SIG, à la Télévision suisse romande (TSR).

«I rifiuti di Napoli possono venire a Ginevra». Gli svizzeri già fiutano l'affare

Lu dans le Courriere del Mezzogiorno : Ampia disponibilità degli impianti di smaltimento ginevrini NAPOLI - Dopo la Germania, è la volta della Svizzera. All'estero tutti voglioni i rifiuti di napoli e della campania, In Italia, invece, nessauno li cerca. Anche le regioni munite di impianti come la Lombardia, il Veneto e l'Umbria dicono «no» alla «munnezza» napoletana. Non così in Svizzera, dove sono pronti ad accogliere i rifiuti con un gran sorriso. «Da noi c’è molto posto e saremmo ben lieti di accogliere i rifiuti di Napoli»: a Ginevra, i responsabili dell’impianto per lo smaltimento e la valorizzazione dei rifiuti dei Cheneviers sarebbero pronti e felici di poter contribuire alla soluzione dell’emergenza partenopea. L’impianto Cheneviers è in grado di gestire 300mila tonnellate all’anno, ma ne smaltisce molte di meno. Per questo, l’arrivo della spazzatura napoletana costituirebbe una soluzione «buona da un punto di vista economico per noi, ma buona anche per il pianeta. Da un punto di vista ambientale sarebbe un disastro mettere i rifiuti alla discarica», ha detto Christian Brunier, membro della direzione dei Servizi industriali di Ginevra (Sig) intervistato dalla Televisione svizzera. L’impianto di Cheneviers, che può ricevere rifiuti solo via treno, associa la gestione non inquinante dei rifiuti e la produzione di energia elettrica. Una portavoce dei Servizi industriali di Ginevra ha confermato l’interesse per i rifiuti napoletani, ma «la decisione non spetta a noi, sono i grossisti che negoziano», ha precisato.

13:50 Publié dans Vie prof | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Tant que les déchets viennent par le train, et sont "recyclés" en chaleur et en électricité, pas de raison de s'opposé :-)

Que répondez-vous aux allégations de M. Stauffer, cher M. Brunier?

Écrit par : Luner | 12/01/2008

Ce qu’il y a de bien avec les Verts-roses c’est qu’a force de nous assommer de slogan simpliste comme « le train c’est bien, la route c’est mal », on finit par oublier le moindre bon sens.

Même en train, vous croyez vraiment que transporter des tonnes de déchets sur 1200 km, y compris le passage des alpes, n’a pas de coûts énergétiques et donc environnemental ?

Vous croyez vraiment qu’incinérer des ordures de toutes natures dans une usine aussi moderne soit elle ne génère aucune émanation nocives ?

AF

Écrit par : Alain Fernal | 12/01/2008

pour éviter aux napolitains le désastre écologique des déchets mis en décharge les SIG proposent un désastre atmosphèrique aux genevois en brûlant les milliers de tonnes de merde italienne. se beau geste des SIG rapportera 250 f. la tonne... l'argent n'a pas d'odeur

Écrit par : jacquemet | 13/01/2008

"Qua ce stanne tutt' ntusseca`' volene fà muri u popule zvizzere" simme i fesse de servizze ! cu tutt chile ca stanne atuorne !

Écrit par : Genevois frontalier | 13/01/2008

Ecologiquement, le meilleur plan est de trier, traiter et valoriser énergétiquement ces déchets sur place, dont la part essentielle résulte des ménages et ressemble à ceux se trouvant dans les poubelles des familles genevoises.

Malheureusement, les usines n’existent pas en suffisance dans cette belle région européenne.

Traiter les déchets napolitains ailleurs est la moins mauvaise solution environnementale, sinon ceux-ci finiront en décharge, voire dans la nature.

Il faut savoir que 15'000 tonnes de déchets - même transportées en camion - depuis l'Italie provoquent 2 tonnes de CO2 alors que ces mêmes 15'000 tonnes stockées en décharge provoquent 7 à 10 tonnes de CO2. Sans compter toutes les pollutions locales de la nappe phréatique, des eaux et des sols.

Avec un transport en train, l’écobilan s’améliore encore …

Écrit par : Christian Brunier | 13/01/2008

Et sans oubliez que nous avons des filtres, dans nos usines...
M. Brunier, vous qui travaillez aux SIG, avez-vous des chiffres concernant les émissions des cheminées de notre usine???

Écrit par : Luner | 13/01/2008

Bien mon cher brunier, tu vas soulager l'italie et par la même occasion tu vas nous apporter un peu d'argent

Écrit par : sofia | 13/01/2008

Les commentaires sont fermés.