23/01/2008

Les terrasses pourraient ouvrir toute l'année

Les terrasses genevoises ouvriraient l'hiver la journée seulement : les soirées resteraient calmes.
 «Y a plus de saisons, ouvrons les terrasses!» Face à un climat de plus en plus instable, des députés proposent d'assouplir la législation sur les dates d'ouverture et de fermeture des terrasses.
 
Par Irène Languin dans « Le Matin Bleu »
Moyennant une taxe, les bistrots peuvent en effet sortir leurs tables de mars à octobre. Ils ont aussi le droit de demander une terrasse d'hiver. Mais impossible d'ouvrir une journée ensoleillée de janvier sans s'acquitter du montant pour quatre mois: la loi ne permet pas le fractionnement des périodes.
A l'origine de la motion, le député genevois Christian Brunier souhaite plus de flexibilité dans la réglementation. Un bien pour tous, selon lui: «La population gagnerait en convivialité, les restaurateurs en chiffre d'affaires et l'Etat encaisserait plus de taxes!»
Les bistrotiers se réjouissent que le débat s'ouvre enfin. «Il faut trouver une solution pour les terrasses en hiver. D'autant plus qu'on ne pourra peut-être bientôt plus fumer à l'intérieur (les Genevois voteront en février sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics n.d.l.r.)», relève Laurent Terlinchamp, président de la Société des cafetiers genevois.

Si Zurich ou Montreux ont des règles similaires à Genève, Lausanne se montre plus originale. Elle propose aux exploitants deux solutions: des terrasses saisonnières ou annuelles. «Ceux qui ont l'autorisation pour l'année peuvent servir dehors n'importe quel jour. C'est pratique quand il fait beau», explique Pascal Besson, de la police du commerce lausannoise. Une solution que M. Brunier se verrait bien adopter à Genève.

18:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Mon Cher Christian,
Tu as peut-être bien de la chance d'habiter à la route de Frontenex, soit ni aux Pâquis, ni à Carouge, ni dans un autre lieu qui vit au jour la nuit avec les terrasses.
Ta motion en effet ne tient pas compte du quotidien de tous ces habitants et de leurs enfants qui ont le droit à un minimum de sommeil et de respect. Malheureusement les terrasses de papa - comme tu les imagines probablement - ont vêcu; aujourd'hui, à partir de 23 h 00, cela devient un prétexte pour faire du chahut avec des enceintes acoustiques, des hurlements et souvent des déprédations sans parler des coups de klaxon à toutes heures... Alors stp pas de dérive en les prolongeant encore en hiver...Sinon, les groupes d'habitants concernés vont finir par lancer une initiative populaire demandant une fermeture générale à 23 h 00 dans toutes les zones d'habitation.
Quant au problème des fumeurs, c'est une autre histoire, mais qu'il ne faut pas faire payer aux habitants en oubliant qu'il existe aussi des normes de lutte contre le bruit et de respect de l'Ordonnance fédérale en la matière dont il faut tenir compte en zone d'habitation. A ce sujet je t'invite à aller surfer sur le site "Cercle bruit".
Cela étant, c'est un peu par hasard que je viens de découvrir ton site. Cordialement.
Pierre

Écrit par : Baertschi Pierre | 18/05/2008

Salut Pierre,

J’ai juste deux choses à te dire. Primo, mon quartier a une vie nocturne bien comparable aux quartiers bruyants que tu évoques. On peut aussi ajouter une circulation d’enfer. Secundo, ma motion n’augmente pas le bruit nocturne, puisqu’elle permet juste d’ouvrir les terrasses durant les saisons froides, lorsqu’une journée ensoleillée se glisse au milieu de la grisaille. L’ouverture des terrasses les nuits froides d’hiver n’est pas dans mon programme.

Avec mes amitiés.

Christian Brunier

Écrit par : Brunier Christian | 19/05/2008

Cher M. Brunier,

Habitant le vieux Carouge (et avec également mon lieu professionnel dans le quartier des Paquis), je partage à 100% la préoccupation de Pierre Baertschi, que je connais bien par ailleurs. Les terrasses sont déjà ouvertes de mars à octobre. En mars, avril et octobre, même par températures très fraîches la clientèle des bars "chauffée" à autre chose que l'eau plate, s'éternise tard le soir sur les terrasses. Le tapage appelle le tapage, ce qui fait que les gens qui déambulent dans les rues élèvent la voix ou ont des comportements plus bruyants par mimétisme. De novembre à mars nous avions un petit répit, malgré les sorties de bistrot bruyantes à 2h du matin. Avec le genre de proposition comme la vôtre cela va empirer, d'autant plus que les fumeurs vont utiliser les tables pour poser leurs verres et "pousser la chansonnette" ou plutôt autre chose. Par ailleurs, en tant que piétonne (je n'ai pas de voiture), cela devient de plus en plus irritant de voir systématiquement les trottoirs et petites places squattées par les terrasses : plus d'une fois, en rentrant à pied avec un-e ami-e, nous ne pouvons pas marcher côte à côte pour éviter les autres passants et à cause d'obstacles comme les chaises et tables des terrasses. Par exemple, allez voir le bistrot "W...." à côté de la Poste du Mont-Blanc, c'est inadmissible, plusieurs personnes ont fait la remarque. Bref, nous sommes 7 milliards sur terre, il est prévu de densifier les villes comme Genève, au secours ! laissez-nous respirer sans à tout prix animer chaque instant, chaque espace, restés un peu libres !
Cordialement, Rachel Horner

Écrit par : Rachel Horner | 20/05/2008

Les commentaires sont fermés.