29/01/2008

Traversée de la rade : la droite remet le projet dans le pipeline

Dans le Courrier sous la plume de Philippe Bach :

 

 

GRAND CONSEIL - Quelque 3,5 millions de francs ont été débloqués hier soir pour étudier le projet de grand traversée de la rade sous forme de pont.

 

 

Les députés ont payé pour voir. Douze ans après le vote négatif du peuple, la majorité bourgeoise du Grand Conseil genevois a remis le projet de traversée de la rade sur le tapis. Ceci en acceptant un crédit d'étude de 3,5 millions de francs destiné à un avant-projet de traversée lacustre.

 

 

Il s'agirait d'un pont, les députés ont d'ailleurs amendé en commission le projet de loi, en parlant explicitement de traversée lacustre, a rappelé David Amsler, auteur de la majorité. Exit donc le projet de tunnel sur le tracé de petite traversée de la rade (entre le Port-Noir et la Perle du lac) qui avait les faveurs jusqu'ici de la majorité. En cela, c'est l'option du Conseil d'Etat qui a reçu un appui hier soir.

 

 

La loi votée hier se refuse fort logiquement à fixer de manière trop précise les points d'ancrage du futur ouvrage. Sur la rive droite, celui-ci est prévu à la hauteur de l'échangeur du Vengeron et sur la rive gauche à la Bellotte. A partir de cet accrochage, un tunnel devra permettre le raccordement au réseau autoroutier français via un tunnel puis une tranchée couverte sous le plateau de la Gradelle. M. Amsler espérant une ouverture du chantier en 2015 et une mise en service en 2020.

 

 

Quid de l'environnement?

 

 

Les débats ont surtout porté sur trois questions de principe: ce projet de traversée de la rade répond-il à un besoin, est-il conforme aux impératifs du développement durable, le canton a-t-il les moyens de se payer ce genre d'équipement ?

 

 

On s'en doute, le clivage gauche-droite a joué à fond sur ces trois questions Pour les députés bourgeois, il convient de répondre à l'explosion de la mobilité, qui devrait progresser de 40% d'ici à 2020, comme l'a rappelé le radical Jacques Jeannerat. En face, on a expliqué que ce genre d'équipement a tendance non pas à décharger le reste du canton mais à générer un trafic supplémentaire. «On l'a vu avec l'autoroute de contournement», a souligné Lydia Schneider Hausser (PS).

 

 

Deuxième question qui a suscité des oppositions frontales: l'environnement. «Tout le monde a inscrit le développement durable à son programme, mais vous peinez à concrétiser ses principes», a lancé l'écologiste Morgane Gautier, «la concentration de CO2 continue d'augmenter dans l'atmosphère».

 

 

Enfin, quel sera le coût de l'ouvrage? Une question à 3 milliards de francs, selon le député socialiste Christian Brunier. Et d'interroger: qui paiera? La Confédération, espère David Amsler, ou alors le fonds d'infrastructure, ajoute Jacques Jeannerat. «Ou un péage.» «Vous êtes bien optimistes, les a tancés M. Brunier, «la Confédération a mis cent ans pour assumer seulement la moitié du projet CEVA (liaison ferroviaire la Praille-Eaux-Vives).

 

 

Genève, cinquième région d'Europe

 

 

Pour l'exécutif, c'est Mark Muller qui a défendu la position officielle, quand bien même le repêchage a été voulu par Robert Cramer. Pour lui, le projet s'inscrit bien dans le projet d'agglomération déposé par le Conseil d'Etat fin 2007. «Genève est la cinquième région d'Europe, il faut bien s'adapter.»

 

 

Et le magistrat de plaider pour la paix des transports, à l'instar de ce qui a été négocié sur le logement. En clair, mais cela avait déjà été tenté au début des années 1990, il s'agirait de laisser de l'espace aux trams sur le pont du Mont-Blanc en échange d'une traversée routière.

 

 

Le projet de loi a été accepté par 55 voix (libéraux, radicaux, démocrates-chrétiens et udécistes), contre 27 (socialistes et vert) et 2 abstentions sur les bancs du PS et des Verts. I

 

13:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Ni tunnel, ni pont, simplement à la nage; Reposoir - Cologny (2700m) en moins d'une heure :-) plus rapide qu'en voiture ! la preuve
http://www.genevatriathlon.org/IMG_1204.JPG

Écrit par : jdr | 29/01/2008

Il faudra se battre, se battre et se battre encore et encore contre ce projet destructeur qui va ruiner ce qui fait la qualité de vie genevoise : son lac, sa rade, ses cygnes et son panorama.

Mes arguments : http://sandrominimo.blog.tdg.ch/general/traversee-lacustre-eviter-lhorreur-integrale.html

Écrit par : Sandro Minimo | 30/01/2008

Les commentaires sont fermés.