26/02/2008

Vu au ciné : « Enfin veuve »

J’avais été très touché par le premier long métrage d’Isabelle Mergault « Je vous trouve beau ». Avec « Enfin veuve », la cinéaste déverse, à nouveau, un flot de sensibilité et d’humour. Evidemment le duo Michèle Laroque et Jacques Gamblin, pourtant talentueux, ne porte pas le film comme le prodigieux Michel Blanc l’avait fait lors du premier film de Mergault. Pourtant « Enfin veuve » transforme une d’histoire simple en un bel hymne à l’amour. Malgré quelques longueurs et une piètre photo, plusieurs scènes nous ont fait rire et parfois fortement émus. Isabelle Mergault sait peindre les émotions et joue avec finesse dans ce registre.

Certains critiques ont vomi un peu facilement sur ce film. Moi, j’ai passé un bon moment et suis toujours sensible lorsqu’on glorifie l’Amour.

13:21 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

25/02/2008

La sécurité des élus est-elle assurée?

Lu dans « 20 Minutes » sous la plume de Giancarllo Mariani

 

 

 

Une altercation survenue vendredi au Parlement genevois relance la question de la sécurité.

 

 

 

«J’ai reçu des menaces de mort en public. Aucune sécurité n’est assurée. Pas de fouille, pas de détection de métaux», assène le député Eric Stauffer. Au centre des préoccupations du député MCG, un incident révélé hier par Le Matin Dimanche. Vendredi, un individu l’aurait menacé de mort.

 


Cette version des faits, sujette à enquête interne, soulève d’autres interrogations. «En l’état, nous ne savons pas si l’individu que nos forces ont dû maîtriser a été victime d’une agression ou d’une automutilation, résume le porte-parole de la police Philippe Cosandey. Aucune plainte n’a été déposée. Mais le dénommé Rolf avait le visage en sang au moment des faits», précise-t-il.

 


Rolf, surnommé le «fou du candélabre» accuse le député MCG de l’avoir frappé. «Les cris m’ont fait penser au drame de Zoug», a dit le député Gabriel Barrillier. «Ce n’est pas un député qui a été agressé mais un auditeur dans la tribune, nuance Christian Brunier. J’ai envie de savoir ce qui s’est passé. Mais il ne faut pas céder à la psychose», conclut-il. «La sécurité sera débattue aujourd’hui par le bureau», a reconnu la présidente Loly Bolay. Elle estime qu’avec deux policiers en faction, la sécurité semble suffisante.

 

17:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

24/02/2008

Genève dit NON à la fumée passive

Par 79,16 %, les citoyennes et citoyens de Genève ont dit OUI à l’interdiction de la fumée dans les lieux publics. Victoire !

 

 

On est bien loin du vote de la commission parlementaire de la santé, où la droite majoritaire avait voté contre cette initiative. J’avais pris le rapport de minorité dans un climat tendu et clanique, sur un thème - où nous cessions de répéter - qui ne devait pas être de gauche ou de droite.

 

 

Heureusement, en plénière du Grand Conseil, une majorité s’était dégagée, avant de recueillir aujourd’hui un plébiscite populaire.

 

 

L’urgence est à la mise en vigueur de cette loi pour améliorer rapidement la santé publique.

 

 

Un grand merci à la population genevoise, en espérant que cette loi sera contagieuse au niveau national.

 

 

16:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Sarko & Co

Je lis le nouvel ouvrage de Guy Bedos : « Sarko & Co ». L’arrivée au pouvoir en France de Sarkozy est une aubaine pour l’humoriste franc-tireur, jongleur au vitriol. Le tumultueux Sarko génère des tonnes de textes. Les amuseurs encaissent les droits d’auteurs.

 

 

Comme à son habitude, bien qu’ancré à gauche, Bedos tape sur tout le monde avec un style acide et tellement lucide :

 

 

« Il n’y a pas que des salauds au gouvernement, il faut rester objectif, il y a aussi des incompétents. » ou encore « - En tant qu’homme de gauche, vous n’avez jamais eu la tentation de vous débarrasser de votre argent ? – Pas plus qu’en tant que féministe je n’ai eu la tentation de me débarrasser de mes couilles ».

 

 

Un bis :

 

« Je tape beaucoup sur la droite, mais qu’est-ce que vous voulez que je dise sur la gauche à part réclamer une minute de silence ? »

 

 

Savoir faire du drôle avec du triste est la vocation de Guy Bedos. Jetez-vous dans la première librairie pour acquérir son bouquin. Cet engagé enragé vous offrira un bon moment d’humour corrosif. J’adore !

 

 

11:56 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

23/02/2008

Les député-e-s genevois-es condamnent l’excision

Les mutilations génitales touchent 150 millions de femmes à travers le monde. Aucune tradition, aucune religion ne peut justifier cet acte de torture qui frappe le corps, mais mutile aussi l’esprit.

 

 

Heureusement, un combat mondial s’est engagé sur la question pour mettre fin à cette barbarie.

 

 

Plusieurs dignitaires religieux rejoignent cette lutte. Le grand mufti de l’Egypte, Ali Goma’a, a expliqué que le Prophète n’a pas excisé ses filles.

 

 

Des jeunes filles habitant en Suisse et à Genève, ville multiculturelle et internationale, n’échappent certainement pas à ces calvaires. C’est pourquoi, nous avons déposé au parlement genevois une motion regroupant plusieurs actions de prévention, de sensibilisation, de formation, mais également de répression pour contrer ce fléau.

 

 

Le Grand Conseil genevois soutient massivement notre motion et prend acte du rapport du Conseil d’Etat.

 

 

18:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

22/02/2008

Le Grand Conseil genevois lâche les travailleurs de la construction

La droite et la gauche vantent les mérites des accords paritaires et glorifient parfois la paix du travail. Depuis 1940, la branche de la construction bénéficiait, en Suisse, d’une convention collective. Cet accord paritaire concerne 90'000 travailleurs, dont 4'700 à Genève. Cette convention est l’une des plus importantes de la Suisse. En mai 2007, la Société suisse des entrepreneurs, sous l’impulsion de sa section zurichoise, très proche de l’UDC blochérienne, a décidé de shooter cette convention, sans discussion avec les syndicats. Cette cassure de l’équilibre social est évidemment néfaste pour les travailleurs de la branche, mais aussi pour les entreprises elles-mêmes. Le désordre social est épouvantable pour tout le monde. Cette rupture du contrat social met en danger les relations entre la Suisse et l’Union européenne. Les syndicats avaient soutenu les accords bilatéraux avec l’UE avec des garde-fous contre le dumping social. Sans convention collective, les portes s’ouvrent à tous les abus. Quelle sera la réaction syndicale à l’orée du vote, en 2009, pour le maintien de la libre circulation des personnes ? Le catalogue des effets négatifs possibles est rude contre les travailleurs. Au programme, nous retrouvons comme risques potentiels : la déréglementation du temps de travail, la suspension du salaire minimal, l’arrêt du 13ème salaire, la restriction des vacances, la diminution des prestations pour les maladies de longue durée, la restriction de la protection contre les licenciements abusifs, la fin des compensations du travail du week-end ou le frein à la retraite anticipée. Pour soutenir la conclusion d’une nouvelle convention collective, nous avons déposé une motion au Grand Conseil genevois. Le Conseiller d’Etat radical genevois, en charge de l’emploi, avait déclaré, à juste titre, au journal « Le Temps » : «Plus d'un mois sans convention nationale, ce n’est pas possible. Si les parties n'arrivent pas à un accord national, je ferai mon possible pour qu’une solution cantonale pallie ce vide. II est regrettable que cette convention, lourde de symboles, ait été dénoncée. II est plus vite fait de rompre la confiance que de la construire.» Je lui demande, lors de mon intervention, de confirmer ses propos en soutenant notre motion, ce qu’il décline immédiatement.

 

Les patrons genevois avaient comme slogan : « Quand le bâtiment va, tout va ! ». Ils avaient raison. Nous encourageons la droite et les représentants des syndicats patronaux au parlement à soutenir notre motion, eux qui affirment militer activement pour la conclusion d’une convention collective, du moins à Genève. Sans succès malheureusement !

Toute la droite balaye notre projet !

 

21:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Un p’tit jour de politique : 22 février 2008

1 milliard de morts
L’Organisation mondiale de la santé estime qu’un milliard d’humains décéderont à cause du tabac durant ce XXIème siècle.
Genevoises et Genevois, c’est le dernier moment pour voter OUI à la loi contre la fumée passive.

D’accord avec un UDC
Comme quoi, je peux être d’accord avec un UDC … Le député UDC bernois Heinz Siegenthaler a décrit son parti en parlant de « tendances brunes », de « dictature partisane » et de « culte de la personnalité autour de Christoph Blocher ».
Du pétrole, mais des idées nauséabondes
Il sera nuisible jusqu’au bout. George W. Bush, marionnette des pétroliers, vient d’attribuer des centaines de licences d’exploitation pour des gisements de pétrole en Alaska, sans tenir compte des conséquences écologiques dramatiques.
Certains n’avaient pas de pétrole, mais avaient des idées.

Lui, a du pétrole, mais des idées nauséabondes.

 

Fusillades à répétition dans les écoles aux Etats-Unis

Ces derniers jours, les Etats-Unis ont subi 5 fusillades dans des écoles. Il est urgent de restreindre le droit d’acquérir et de posséder des armes. La frilosité des candidat-e-s à la Présidence US sur cette thématique est consternante.

 

18:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Blogosphère

Joyeux publiciste
Le journaliste-ethnologue-publiciste Philippe Souaille me traite, sur son blog, de « joyeux publiciste Brunier ». Une attaque sympa, ça change des frustrés méchants !

Blog patchwork
Mon copain, l’écrivain Michaël Perruchoud, trouve que mon blog se disperse trop, qu’il aborde trop de thèmes et qu’il manque d’un fil conducteur. Eh Michaël, mon blog me ressemble. Tout me passionne ! Tout me fait réagir ! Tout me pousse à agir !
Pierre Kunz, démissionnaire du Grand Conseil
Un blog de la Tribune de Genève annonce que le député radical Pierre Kunz démissionnera du parlement genevois pour se présenter à la Constituante, si le peuple vote en faveur de la refonte constitutionnelle. Voici un sacré argument en faveur de ce projet ! Mais non, Pierre, je plaisante, tant c’est un plaisir de t’affronter au parlement …
Copinage
Si vous souhaitez ne pas perdre votre temps en surfant sur les blogs, allez voir notamment les blogs de :
- Ségolène Royal, qui continue son combat pour changer la politique française

http://www.segoleneroyal2007.net/

- François Paychère, le candidat des citoyennes et citoyens de progrès au poste de Procureur de la République de Genève
http://paychere.blog.tdg.ch/
- Moritz Leuenberger, le Conseiller fédéral helvétique socialiste sachant concilier humour et sérieux politique
http://moritzleuenberger.blueblog.ch/
- Alain Berset, Conseiller national helvétique PS
http://www.berset.ch/wordpress/
- Christian Leyvrat, candidat à la présidence du Parti socialiste suisse
http://www.levrat.ch/blog/

 

 

18:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

21/02/2008

Une convention collective nationale de la construction est indispensable

Des député-e-s socialistes, vert-e-s et MCG présentent une motion, au Grand Conseil genevois, concernant les graves conséquences de la dénonciation de la convention collective nationale du secteur principal de la construction.
La motion :
Proposition présentée par les députés: Véronique Pürro, Alain Etienne, Laurence Fehlmann-Rielle, Virginie Keller Lopez, Brigitte Schneider Bidaux, Lydia Schneider- Hausser, François Thion, Marianne Grobet-Wellner, Françoise Schenk-Gottret, Antonio Hodgers, Roger Golay, Eric Stauffer, Henry Rappaz, Sébastien Brunny, Christian Brunier, Anne Emery-Torracinta et Alberto Velasco
Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève considérant :
– la décision de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) de dénoncer la convention du secteur principal de la construction ;
– les graves conséquences de cette décision sur les conditions de travail des travailleurs et travailleuses concerné-e-s ;
– le risque d’accroissement de dumping salarial occasionné par le vide conventionnel conséquent à cette décision ;
– le risque accru de rejet des accords bilatéraux en cas de votation populaire en 2009,
invite le Conseil d'Etat :
– à intervenir rapidement et fermement auprès des autorités politiques fédérales compétentes, ainsi qu’auprès de la section genevoise de la Société suisse des entrepreneurs (SSE), afin que cette dernière revienne sur sa décision de dénoncer la convention nationale du secteur principal de la construction ;
– à n’attribuer les travaux publics cantonaux qu’aux entreprises qui acceptent de s’engager formellement à respecter la totalité de la convention nationale et de la convention collective cantonale pendant toute la durée des travaux et l’année qui suit ;
– à intervenir auprès des communes et des régies publiques genevoises pour qu’elles en fassent de même ;
– à communiquer tous les procès-verbaux d’ouverture des soumissions aux partenaires sociaux et à les informer des adjudications attribuées.
EXPOSÉ DES MOTIFS
Mesdames et Messieurs les députés,
La convention nationale du secteur principal de la construction existe depuis les années 1940 et couvre de nombreux métiers de la construction (gros œuvre). Aujourd’hui, sur l’ensemble de la Suisse, 90 000 travailleurs et travailleuses bénéficient de la couverture garantie par cette convention, dont 4700 à Genève. Cette convention est l’une des trois plus importantes conventions collectives de travail de notre pays.
Malheureusement, le 23 mai 2007, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) a décidé de dénoncer cette convention, en réaction au refus des syndicats d’accepter une revendication patronale d’augmenter la flexibilité des horaires.
Cette décision entraîne de graves conséquences à différents niveaux. Au niveau du pays, elle ouvre une nouvelle ère de conflits qui remet en question la paix sociale et qui pourrait entraîner d’autres dénonciations de conventions collectives.
De plus, les conventions collectives constituant la pierre angulaire des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes, la dénonciation de la convention nationale du secteur de la construction (ou d’autres conventions) est de nature à mettre en danger tous les accords bilatéraux. Notre canton est particulièrement concerné, dans la mesure où de nombreux travailleurs et travailleuses sont originaires de pays membres de l’Union européenne et bénéficient des mesures d’accompagnement. Enfin, il convient de rappeler que la population suisse aura très certainement à se prononcer en 2009 sur le maintien de la libre circulation des personnes. La sous-enchère provoquée par la disparition de cette convention collective jouera inévitablement un rôle décisif sur l’issue de la votation.
Au niveau des travailleurs et des travailleuses concerné-e-s, cette résiliation de la convention collective met fin au droit à la réglementation du temps de travail, au salaire minimal, au 13e salaire, à la 5e et 6e semaine de vacances, au paiement du salaire pendant deux ans en cas de maladie, à la protection en cas de licenciement pendant la maladie, à l’indemnité de 21,60 francs par jour, à la compensation des jours fériés tombant sur un week-end et, à terme, à la retraite anticipée à 60 ans.

Les risques encourus pour les travailleurs et travailleuses directement concerné-e-s, pour la paix sociale et pour l’avenir des accords bilatéraux, exigent de la part du Conseil d’Etat des actions fortes et rapides à différents niveaux. Tel est l’objectif de cette motion.


18:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Recrutement de la Police genevoise : Recherche-t-elle de futurs David Hamilton ?

Au Grand Conseil, je dépose une question au gouvernement genevois :
Le 23 janvier dernier, cinq élu-e-s et anciens élus politiques (la Conseillère administrative de Meyrin Monique Boget, l’ancien Conseiller d’Etat Christian Grobet, l’ancien Conseiller national Pierre Vanek, et les députés Alain Charbonnier et Christian Brunier) ont invité la presse devant les locaux de la société Gate Gourmet. Un point de presse était organisé pour soutenir les collaboratrices et collaborateurs de cette entreprise qui luttent pour obtenir une Convention collective et des conditions de travail humaines dans la Cité des droits humains qu’est Genève.
A peine la conférence de presse débutée en plein air, quelle n’a pas été notre surprise de voir un policier arriver pour nous photographier sous toutes les coutures.
Au moment où la police manque d’effectifs et les policiers sont trop rares dans les quartiers et sur le terrain, la prise de photos d’une conférence de presse de 5 élu-e-s et anciens élus est-elle une priorité de la police genevoise ?
N.B. Il est évident que je n’aurais pas posé cette question si l’organisation de la police était efficiente et si cette mission inutile était une erreur exceptionnelle. Or, il est fréquent de voir la police accomplir des tâches sans grande valeur ajoutée et surtout n’étant pas prioritaire par rapport au rôle de base de la police.

Il est essentiel de redéfinir les priorités de la police et de privilégier les tâches de proximité pour assurer la sécurité de la population et la motivation de la police.

17:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)