06/04/2008

Quelle belle semaine culturelle !

Concert de Lizz Wright, une grande voix

 

Elle est toute jeune, mais a une voix d’une maturité exceptionnelle. Nous allons l’applaudir au BFM de Genève. Originaire de Géorgie, son papa est pasteur et sa maman chanteuse de gospel. Ses origines familiales influencent grandement ses racines musicales, savant mixte de jazz, gospel et soul. Parfois trop perfectionniste, soucieuse à l’excès du détail, elle présente un numéro vocal digne des très grandes voix de l’histoire de la soul et un concert parfait. Dommage, elle ne laisse pas suffisamment de place au grain de folie et de liberté à ses excellents musiciens, comme si elle avait peur de l’accroc. L’expérience lui donnera la sérénité pour casser ce cadre trop bien rangé.

Trois albums et un grand spectacle en hommage à Billie Holiday à son actif, Lizz Wright a un sacré talent et va devenir une grande, une très grande chanteuse de la musique soul mondiale.

 

 321897040.jpg

Concert de Jean-Louis Aubert, une valeur sûre

Direction Thônex, avec les Junet (c’est pour l’amitié et non pas juste pour la rime), pour écouter Jean-Louis Aubert, en solo. L’ancien leader de Téléphone aligne les tubes, les siens naturellement, ceux de Téléphone, mais aussi des mélodies empruntées avec subtilité à d’autres comme Barbara. C’est le concert d’un musicien accompli, une valeur sûre.

Il manque une chose : l’orchestre. L’électronique ne remplacera, heureusement, jamais une belle bande de musiciens, la boîte à rythme ne nous fera pas oublier un bon batteur.

 

1811002138.jpg

Laurent Nicolet : Confédération Hermétique !!! Au dîner de Caritas, nous nous plions de rire, assez souvent, en écoutant Laurent Nicolet dans son spectacle inégal « Confédération Hermétique !!!! » et en voyant quelques coincées s’offusquer dès que le ton devient provocateur. Une bonne satyre de notre beau pays, résumée en une heure vingt. Jonglant avec les différents accents helvétiques, Nicolet est particulièrement brillant lorsqu’il se glisse dans le personnage d’Hans-Peter Zweifel – caricature comme les Romands les aiment du Suisse allemand – ou de Pedro Manuel Diego de la Vega Garcia Martinez, le bon concierge espagnol plus Suisse qu’un Suisse, et quand il imite Jean Ziegler Nicolet aborde aussi toutes les thématiques de la Suissitude  : Swissair, les banques, le fric, le cinéma suisse, les sugus, le vieillissement de la population, le couteau suisse, le rap au Locle, le comédien genevois, … Extrait du spectacle plus drôle dans le jeu de comédien et les attitudes que dans le texte : « Bientôt en Suisse, ce sera plus facile de trouver un sadique zoophile dans un pré qu'un bureau de poste en activité… Chez nous, les jeunes pour être marginaux, ils n'ont pas besoin d'être punk, grunge, gohtique ou yo, ils ont juste besoin d'être jeunes !

La Suisse est victime de son syndrome du " ou bien ", la peur de l'inconnu, le besoin d'être constamment rassuré. Et ça depuis sa création. Les trois cantons primitifs ont été touchés dès le début par ce fameux syndrome. (…) C'est d'ailleurs ce que les historiens de l'époque ont appelé le 1er doute, d'où la date de notre fête nationale ! »

 

909391457.jpg

La pensée du jour … d’un bel artiste

 2137376405.jpg

 

 

 

14:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.