19/05/2008

Sauvegarde de l’emploi des préparateur-trice-s en pharmacie

Je soutiens avec conviction – et pousse le PS à prendre cette position - la résolution emmenée par le député Jacques Follonier concernant la sauvegarde de l’emploi des préparateur-trice-s en pharmacie, déposée au parlement genevois. J’avais déjà soutenu une pétition allant dans ce sens et intervenu à quelques reprises auprès du Conseil d’Etat pour soutenir cette cause.

 

 

Texte du projet :

 

 

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève considérant :

 

  • la loi fédérale sur les produits thérapeutiques (LPTh), qui réserve aux seuls pharmaciens et médecins la faculté de remettre des médicaments soumis à ordonnance ;

     

  • que le moratoire dont bénéficient actuellement les préparateurs en pharmacie et qui leur permet de remplacer temporairement le pharmacien prendra fin le 31 décembre 2008 s'il n'est pas prolongé par le Conseil fédéral ;

     

  • qu'une partie substantielle des 160 préparateurs en pharmacie actuellement actifs dans notre canton risquent en conséquence de perdre leur emploi ;

     

  • que le nombre de pharmaciens actuellement formés par l'Ecole romande de pharmacie ne permettra qu'à long terme de remplacer dans les officines les préparateurs en pharmacie, dont la dernière volée a achevé sa formation en 2003 ;

     

 

invite le Conseil d'Etat

 

 

à intervenir auprès du Conseil fédéral, afin que celui-ci fasse usage de la faculté que lui confère l'art. 95 al. 6 LPTh en prolongeant de dix ans le moratoire accordé aux préparateurs en pharmacie pour qu'ils puissent continuer d'exercer leur droit de remplacer le pharmacien dans le cadre limité qu'autorise actuellement le droit cantonal.

 

 

EXPOSÉ DES MOTIFS

 

 

La profession de préparateur en pharmacie, vouée à disparaître en Suisse à moyen terme et qui existe surtout dans le canton de Genève, compte actuellement environ 160 représentants dans notre canton.

 

 

En effet, consécutivement à l'adoption de la loi fédérale du 15 décembre 2000 sur les médicaments et les dispositifs médicaux (ci-après: LPTh), entrée en vigueur le 1er janvier 2003, qui réserve aux seuls pharmaciens et médecins la faculté de remettre des médicaments soumis à ordonnance, l'école genevoise des préparateurs en pharmacie, qui était d'ailleurs la seule école dispensant cette formation en Suisse, a fermé ses portes en 2003.

 

 

Conformément au moratoire instauré par l'art. 95 LPTh, les préparateurs en pharmacie genevois qui sont au bénéfice d’un certificat cantonal de capacité, délivré après une formation de 4 ans et la réussite d'examens de fin d'apprentissage dans les matières suivantes: préparations, analyses, lecture d'ordonnances, sciences I, sciences II, connaissance des médicaments, galénique, législation et enseignement, ont le droit de remplacer temporairement les pharmaciens responsables en cas de congé ou d'absence et de délivrer des médicaments soumis à ordonnance.

 

 

Ce moratoire arrive à échéance le 31 décembre 2008 et, d'après un sondage effectué auprès de 170 pharmacies genevoises auquel ont répondu 133 pharmacies qui emploient 122 préparateurs en pharmacie, la moitié d'entre elles pourraient congédier leurs préparateurs en pharmacie après cette date si ces derniers devaient perdre leur droit au remplacement du pharmacien.

 

 

Selon ce même sondage, la perte du droit au remplacement des préparateurs en pharmacie entraînerait, dans plus de la moitié des pharmacies, des difficultés pour assurer l'horaire hebdomadaire (env. 62 heures par semaine), assurer les services de garde ainsi que les remplacements dus aux vacances, aux jours de congé et à la formation continue obligatoire. En effet, il n'y a qu'environ 40 étudiants par année en Suisse romande qui obtiennent leur master en pharmacie. Ce nombre est manifestement insuffisant à court terme pour remplacer les préparateurs en pharmacie par des pharmaciens indigènes diplômés, étant précisé de surcroît que la majorité des pharmaciens nouvellement diplômés se destine à l’industrie et non à l’officine.

 

 

Dans ce contexte, la sauvegarde des emplois des préparateurs en pharmacie au bénéfice d'un certificat de capacité délivré par le canton de Genève, de même que la pérennité des pharmacies de taille modeste ou moyenne, commandent que le Conseil d'Etat intervienne auprès du Conseil fédéral à Berne, en vue d'obtenir, pour les seuls préparateurs en pharmacie genevois, la prolongation du moratoire instauré par l'art. 95 LPTh pour une durée de dix ans, soit jusqu'au 31 décembre 2018.

 

 

Cette démarche permettrait de sauvegarder les emplois et le statut des 160 préparateurs en pharmacie exerçant leur profession dans le canton de Genève, étant précisé qu'au cours des 50 dernières années, soit depuis la création de cette filière professionnelle à Genève, aucun incident grave, mettant en danger la santé d'un patient, n'a été déploré.

537003888.jpg

 

20:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Pour une fois que vous soutenez un radical, je me permets de venir vous saluer, parce que vous le méritez. Surtout après les nombreuses(?) critiques que je vous ai adressé. Chapeau CriCri !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 20/05/2008

je suis preparateur en pharmacie d'officine diplomé depuis 1998 en France et me demande les opportunitées qu'un tel diplome pourrait m'apporter en Suisse.merci

Écrit par : ARNAUD | 24/10/2008

JE VEU AVOIR UNE FORMTION DE COURTE DUREE EN 2009 APPARTIRE DE MARS2009 SI POSSIBLE AVEC VOTRE AIDE MES COLEGUES DE METIER ET FRERES DE L4HUMANITE.
JE SUIS PREPARATEUR EN PHARMACIE .
MON E-MAIL/ rachidovsky12@yahoo.fr
rachid de l'algerie .merci.

Écrit par : GUECEB | 25/11/2008

Les commentaires sont fermés.