24/06/2008

Politique en vrac : Energies, Diesel sans filtre, Maire de Genève

Daniel Brélaz défend les centrales chaleur-force

Daniel Brélaz dixit : « (…) j’ai insisté sur la nécessité d’un recours transitoire au gaz en surcompensant de 30% les émissions de CO2. Ceci même à l’étranger et avec contrôle par des instances environnementales internationales (label). J’ai également dit que pendant la période transitoire, le peuple suisse aurait le choix entre le nucléaire, le gaz et l’importation. Mais j’ai immédiatement ajouté qu’une centrale nucléaire ne pouvait pas être disponible avant 2027, que j’étais opposé au projet d’ATEL et que j’étais partisan, pour la période transitoire, de la solution au gaz naturel. »

Brélaz a raison. Les priorités sont de développer les énergies renouvelables et d’accroître l’efficacité énergétique, notamment en menant une politique volontariste en matière d’économies d’énergies. Mais pour atteindre la société à 2000 W, nous devrons avoir une énergie de complément et de transition. Les centrales chaleur-force à partir du gaz naturel sont les moins mauvaises solutions.

 

energie.jpg
Irresponsabilité

Le Conseil National helvétique a refusé la motion déposée par sa commission de l'environnement demandant l'équipement obligatoire des moteurs diesel en filtre à particules. Le parlement suisse se trompe et laisse ainsi une pollution due aux particules fines fort nuisible pour la santé. Certains élus n’ont visiblement pas entendu parler de la dégradation de notre environnement.

Un-e Maire de Genève dans la durée

Manuel Tornare souhaite un-e Maire pour la Ville de Genève élu pour toute la législature. Un tel mandat permettrait davantage de cohérence et de continuité, particulièrement pour les relations internationales. Genève, Cité internationale, change de Maire chaque année, à la différence de toutes les villes du monde. Lorsque le-la Maire d’une ville tisse des relations avec le-la Maire de Genève, l’année suivante il/elle retrouve un-e autre interlocuteur-trice. Ces changements continuels tuent des dynamiques et complexifient la lisibilité des institutions de notre ville. J’avais, en relation avec Manuel Tornare, rédigé un projet de loi cantonal décrétant l’élection d’un-e Maire de la Ville de Genève pour 4 ans. Le PS n’en avait pas voulu. Dommage ! Cette idée refera peut-être surface lors de la refonte de la Constitution.

 

 

06:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

D'accord avec vous sur ces trois points M. Brunier !
Pour la durée du mandat de maire, c'est tellement logique et évident que ça dépasse évidemment les facultés d'entendement des têtes pensantes (pouf! pouf!) du PS.
Un dernier point pour Manuel Tornare (même si je ne lui rend peut-être pas vraiment service en écrivant cela): quelqu'un, parmi ces têtes pensantes (re-pouf! pouf!) fera-t-il l'effort de bons sens nécessaire pour comprendre qu'il faut quelqu'un de cultivé (et d'intelligent pour le surplus) à la Culture ?
:o)

Écrit par : Blondesen | 24/06/2008

Ah, ah, Blondesen, ne le flattez pas trop, ce Tornare car il n'en peut mais de se mirer dans ses chaussures, les vitrines, sa montre, tec, etc, jusqu'à envoyer des sms aux journalistes durant des interviews d'autres personnalités en demandant si elles voteraient pour lui ...

Lui, si cultivé, que vous le verriez à la Culture? Notre Jack Lang se profile déjà pour le DIP, en remplacement de Beeeeeeeeeeer (k) pour que ce dernier soit réélu par la machine (alors que même des socialistes s'étaient réunis dans leur parti pour l'empêcher de traiter le dossier du primaire de manière aussi stalinienne et illégitime).

De plus, cette idée d'un super maire ou syndic, ça fait longtemps qu'il la fomente pour ses ambitions personnelles.

Que les gens cessent le flatter pareillement ; son vernis ne fait que cacher un vide sidéral des plus profonds. "Moi, moi, moi je " peut être plus qu'insupportable, une faute de goût...

Écrit par : Micheline | 24/06/2008

(hahum... vous permettez, Monsieur Brunier ? Dès le moment que je suis directement interpellé chez vous...)

C'est bien ce que je disais ! Elle a du sang italien ! Ce feu, cette passion !

Eh bien moi je le trouve flamboyant, Manuel Tornare ! Par comparaison, Mugny... bof! une mèche lente et encore... de l'amadou...
Jack Lang (à l'époque Mitterrand) avait aussi du panache, cela ne va pas sans ego. Évidemment que les médiocres, les égalitaires à tout prix et les nuls de son parti n'aiment pas trop. Moi, c'est Genève que j'aime et j'aimerais bien avoir un maire digne de représenter notre ville au-delà d'une année qui s'envole comme un air d'accordéon et j'aimerais aussi une personnalité à la Culture qui apporte autre chose que deux ou trois notes sur un piano à bretelles. Manuel Tornare, ne vous en déplaise - et n'en déplaise aux "siens" ! - a l'étoffe et les qualités nécessaires.
:o)
PS: Si on prend le prochain café au bord du lac, vous ferez "pschiiit!", si je vous trempe dedans ?

Écrit par : Blondesen | 24/06/2008

(Roohhh... vous permettez, Monsieur Brunier ? Dès le moment que je suis directement interpellée chez vous...) / concernant Tornare super syndic :

Vous avez entièrement raison de reconnaître ces qualités à Tornare! De plus, il est le seul à représenter Genève si bien à l'extérieur. Dans le monde international, il passe super bien! En 2003, il aurait pu prendre la Culture mais il a préféré garder les crèches... Même les banquiers libéraux lui passent ses caprices. Ses qualités indéniables dans ce microcosme somme toute très médiocre font tache, d'où les jalousies. Mais ce qui est dommage, c'est son sectarisme (oui, oui, il l'est) et son nombrilisme (oh, combien).

De plus, il n'a jamais fait preuve de vulgarité en faisant de l'homosexualité un argument électoral. Et ça, chapeau! Car la population s'en fout.

Sinon, souhaitons-lui de réussir dans ses entreprises qui font honneur à notre belle Ville!

OK pour me faire tremper par vous, à votre convenance, la prochaine fois...

Écrit par : Micheline | 24/06/2008

Les commentaires sont fermés.