26/06/2008

Mensonge au sein de la police genevoise ?

J’interpelle le gouvernement genevois sur une communication scabreuse de la Police genevoise :

En date du 21 février 2008, j’ai adressé au Conseil d’Etat la question suivante :

Le 23 janvier dernier, cinq élu-e-s et anciens élus politiques (la conseillère administrative de Meyrin Monique Boget, l’ancien conseiller d’Etat Christian Grobet, l’ancien conseiller national Pierre Vanek, et les députés Alain Charbonnier et Christian Brunier) ont invité la presse devant les locaux de la société Gate Gourmet. Un point de presse était organisé pour soutenir les collaboratrices et collaborateurs de cette entreprise qui luttent pour obtenir une convention collective et des conditions de travail humaines dans la Cité des droits humains qu’est Genève.

A peine la conférence de presse débutée en plein air, quelle n’a pas été notre surprise de voir un policier arriver pour nous photographier sous toutes les coutures.

Au moment où la police manque d’effectifs et les policiers sont trop rares dans les quartiers et sur le terrain, la prise de photos d’une conférence de presse de 5 élu-e-s et anciens élus est-elle une priorité de la police genevoise?

N.B. Il est évident que je n’aurais pas posé cette question si l’organisation de la police était efficiente et si cette mission inutile était une erreur exceptionnelle. Or, il est fréquent de voir la police accomplir des tâches sans grande valeur ajoutée et surtout n’étant pas prioritaire par rapport au rôle de base de la police. Il est essentiel de redéfinir les priorités de la police et de privilégier les tâches de proximité pour assurer la sécurité de la population et la motivation de la police.

Le gouvernement m’a répondu :

Il résulte des investigations menées au sein de la police qu'aucun membre de cette dernière n'a photographié les élus et anciens élus politiques présents le 23 janvier 2008 devant les locaux de la société Gate Gourmet. Au bénéfice de ces explications, le Conseil d’Etat vous invite, Mesdames et Messieurs les députés, à prendre acte du présent rapport.

En fait, le gouvernement affirme que les 5 élu-e-s ou anciens élus présents lors de ce rendez-vous de presse sont des menteur-euse-s. Si la parole de ces cinq personnes n’est pas prise au sérieux, on n’ose pas imaginer la considération apportée à une dénonciation qui émanerait par exemple d’un clandestin, d’un jeune ou d’un marginal.

Cette petite histoire est dérisoire. Néanmoins, elle démontre un fonctionnement inquiétant de la police, tant dans la gestion de ses priorités que dans l’opacité et dans la véracité de ses communications.

Je reviens donc à la charge.

Je vous remercie d’avance de prendre en considération plus sérieusement mon ancienne question écrite et de faire la lumière sur ce dérapage de la communication de la Police.

N.B. Mais peut-être que l’on me répondra que je n’ai jamais déposé cette interpellation …

mensonge.jpg

18:00 Publié dans Politique | Tags : police | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Brunier,

votre billet m'interpelle...

En effet, faites vous allusion à la société Gate Gourmet de l'aéroport ? Celle qui jouxte l'ancienne tour de contrôle ?

Ensuite, vous m'excuserez du peu, le / les policiers supposés étaient ils en uniforme ?

Si non... vous devriez peut être écrire à Berne, car il se peut que vos policiers ne soient que des "renards" et dépendent du DDPS ou encore des agents de sécurité des services israéliens qui assurent la sécurité des vols de la compagnie nationale israélienne.

Bien évidemment, vous considérerez comme nul et non avenu ce commentaire si la société à laquelle vous faites allusion n'était pas celle de l'aéroport international de Genève Cointrin.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 26/06/2008

Toujours la peur du flic ? Même à votre âge et dans votre position ?

"A peine la conférence de presse débutée en plein air, quelle n’a pas été notre surprise de voir un policier arriver pour nous photographier sous toutes les coutures."

La vérité, comme toujours ressort à la surface...

"En fait, le gouvernement affirme que les 5 élu-e-s ou anciens élus présents lors de ce rendez-vous de presse sont des menteur-euse-s."

J'aimerais connaître la position de Laurent Moutinot, le socialiste !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 26/06/2008

Et si c'était un gendarme en pause qui voulait photographier quelques "stars" de la politique locale pour les montrer à ses enfants ?

Bon de toute façon c'était une conference de presse, et cette dernière vous a certainement aussi photographié. Donc pas d'atteinte a la vie privée, a la liberté de reunion ou autre...

Alors finalement de quoi vous plaigner vous ? Quel usage occulte ou nefaste pourrait il être fait de ces photos (si photos il y a) ?

AF

Écrit par : Alain Fernal | 26/06/2008

Je ne sais pas quel genre de problèmes a C. Brunier, mais il me semble un tantinet parano! Il défendait il y a peu l'importation de déchets napolitains, il "convoque une conférence de presse mais ne supporte pas d'être pris en photo.
En quelle qualité était-il à l'aéroport un jeudi, en tant que membre de la direction des SI? Etait-il en congé? En Service commandé?

Écrit par : salegueule | 26/06/2008

Un-e élu-e a le-la droit-e de ne pas vouloir être pris-e en photo par un-e policier-ère, nom d'un-e chien-ne.

Écrit par : Armand Poulain | 26/06/2008

Le problème est que ce genre de comportement s'apparente à du fichage basé sur des opinions politique, activité qui n'a pas lieu d'être dans une démocratie digne de ce nom.

Evidemment, nos contributeurs d'extrême droite (salut Victor !) n'y voit rien de mal, ce qui a le mérite d'être très cohérent avec le reste de ses prises de positions.

Écrit par : Dji | 27/06/2008

Fichage ? Vraiment touchant de naiveté.

Pas besoin de les prendre en photo et faire des fiches secrètes pour savoir ou ils étaient ce jour là. Il suffit de s'abonner a gauche hebdo et en conserver les numeros dans les archives...

Je crois que la vrai raisons du caca nerveux que nous fait Mr Brunier se cache ailleurs dans son commentaire: "...par exemple d’un clandestin, d’un jeune ou d’un marginal"

En gros par ces attaques detournés et pervers Mr Brunier voudrait discréditer et affaiblir la police dans son travail envers les clandestins, illégaux et autres squatters.

AF

Écrit par : Alain Fernal | 27/06/2008

@ AF : à votre avis, Brunier veut affaiblir du Conseiller d'Etat de son parti?

Si c'est pas une piste, ça!

Écrit par : Micheline | 27/06/2008

Les contributeurs d'extrême gauche SALUT DJI ! TU VAS BIEN ? sont légion sur internet...(bordeau chesnel . com "nous n'avons pas les mêmes valeurs)

Cher monsieur, député socialiste, directeur de la comm. des SIG, Brunier !

"Cette petite histoire est dérisoire."

Si cette histoire est dérisoire à vos yeux, pourquoi en faire un article ?

J'attends de pied ferme votre réponse à vous (pas celle des autres ! ).

Et demandez l'avis du ministre socialiste Laurent Moutinot, conseiller d'État en charge de la Police...(Département des Institutions) !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 27/06/2008

Salut Micheline,

Disons que c'est le seul aspect rationel que je peux y voir. Et si vous parlez de Moutinot, il semble être a son poste dans le seul but de demanteler ses troupes, donc dans ce sens Mr Brunier soutient son action.

AF

Écrit par : Alain Fernal | 27/06/2008

Les commentaires sont fermés.