30/11/2008

A ne pas voir : Mesrine au ciné

Après « L’Instinct de mort », voici « L’Ennemi public numéro un », deuxième partie de la saga cinématographique consacrée à la vie et à l’œuvre de Jacques Mesrine.

Faire l’apologie d’un assassin, escroc et crapule me gêne, d’autant plus qu’on élève ce beauf populiste au statut de justicier social, ce qu’il n’a jamais été. 

Après avoir été un soldat modèle en Algérie, se vantant d’avoir torturé et tué l’Arabe, ce tueur a multiplié les actes de violence.

Transformer ce psychopathe en héro, notamment auprès des jeunes, est d’une bêtise crasse.

Le crime paie ! Visiblement, au cinéma, l’expression est d’actualité.

 

mesrine.jpg

15:47 Publié dans Culture | Tags : mesrine, cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.