06/02/2009

Dieudonné : la liberté d’expression dévoyée

APPEL A LA MOBILISATION DES CONSCIENCES

 

Par-delà  nos  opinions  politiques,  nos  croyances,  nos  appartenances  nationales  ou  confessionnelles, nous, signataires de cet appel, reconnaissons la liberté d’expression comme attribut  fondamental  de  la  démocratie  et  le  respect  de  son  principe  comme  indispensable  à l’existence d’une société ouverte, pluraliste et respectueuse.

 

Insidieusement,  c’est  au  nom  de  cette  même liberté  d’expression,  et sous  prétexte  de provocation,  que  Dieudonné  s’est  érigé  en  chef  de  file  d’un  certain  nombre d’antisémites.

 

Nous ne pouvons accepter qu’un principe aussi fondamental que la liberté d’expression  soit ainsi dévoyée et utilisée comme instrument de propagande haineuse.

 

Genève est  une ville  de  dialogue,  de  respect  et  de  compréhension,  fière  de  l’enrichissement que lui apporte sa diversité culturelle, ethnique et religieuse.

 

Nous,  citoyens  de  Genève,  ne  pouvons  être  des  spectateurs  passifs  et  résignés  lorsque  la liberté d’expression est instrumentalisée pour justifier la tenue d’un spectacle d’une personne dont les propos ouvertement antisémites et  les connivences politiques douteuses révèlent un profond mépris pour les idéaux pluralistes que défend cette liberté.

 

Nombre  d’entre  nous  n’ont  pu  oublier  ses  nombreux  dérapages,  dont  le  plus  récent  s’est déroulé  le  28  décembre  dernier.  Devant  cinq  mille  spectateurs,  dont  Jean-Marie  Le  Pen, Dieudonné a  invité sur  la  scène  du  Zénith, à  Paris, Robert Faurisson, négationniste  français bien  connu  et  condamné,  à  plusieurs  reprises,  pour  ses  propos  et  thèses  antisémites.

 

Dieudonné  lui  a  fait  remettre  à  cette  occasion  par  son  régisseur,  déguisé  en  déporté d’un camp de concentration, « le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence ».

 

Parce  que  nous  considérons comme un  devoir  citoyen  de  laisser  les  idées  s’exprimer,  nous considérons  aussi comme  un  devoir  citoyen  de  dénoncer  le  racisme,  l’antisémitisme  et  la propagation de la haine partout où ils se cachent et, a fortiori, derrière l’usage de nos libertés fondamentales.

 

Au nom de la liberté d’expression, pour alerter les consciences citoyennes du danger de son  dévoiement,  nous  signons  cet  appel. Pour  que  Dieudonné  aujourd’hui,  mais  un  autre demain, sache que nous ne sommes pas dupes, que nous reconnaissons et dénonçons le visage hideux de la haine quel que soit le masque dont il est affublé.

 

Premiers  signataires de  cet  appel  envoyé à  des  personnalités genevoises – par ordre alphabétique :

Mme Ariane BLUM BRUNIER, ancienne Députée

M. Christian BRUNIER, ancien Député

Mme Martine BRUNSCHWIG GRAF, Conseillère nationale

M. Thierry CHAROLLAIS, Député

M. Jacques CHESSEX, Ecrivain

M. Roger DENEYS, Député, Président de la Commission des Droits de l'Homme (Droits

humains)

M. Michel DUCRET, Député

Mme Anne EMERY-TORRACINTA, Députée

M. Alain ETIENNE, Député

Mme Laurence FEHLMANN RIELLE, Députée, Présidente de la commission consultative en

matière d'addictions

Mme Nathalie FONTANET, Députée

M. Fabiano FORTE, Député, Président du Parti Démocrate Chrétien de Genève

M. François GILLET, Député

M. Roger GOLAY, Député, Chef de Groupe Parlementaire

Me Elka GOUZER-WAECHTER, Vice-présidente LICRA Genève

Mme Isabelle GRAESSLE

Me Michel HALPERIN, Député, Président du Parti Libéral de Genève

M. Hugues HITPOLD, Conseiller national, Président du Parti Radical de Genève

M. Antonio HODGERS, Conseiller national

Me Philippe KENEL, Président de la LICRA Genève

Me Christian LUSCHER, Conseiller national

M. Guy METTAN, Député

Pasteur Philippe REYMOND, Modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres

M. Francis WAHL, Fondateur de la LICRA Suisse

M. Pierre WEISS, Président du parti libéral suisse, député, vice-président de la Licra Genève

15:50 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.