22/02/2009

Nouvelles de Buenos Aires

Avant de me lever, je lis dans l’Echo des Savanes un dialogue illustré par le génial Vuillemin : - J’ai lu un article terrifiant sur les méfaits de l’alcool associé au tabac. Du coup j’ai décidé d’arrêter. – De boire et de fumer ? – Non, de lire …

 

Dans la presse argentine, je découvre, durant le petit-déjeuner, Ricardo Liniers. Ce dessinateur humoristique argentin s’est fait connaître par ses publications dans le quotidien national de son pays « La Nacion ». A travers un humour enfantin et décalé, il met en scène différents personnages fétiches tels que le Robot sensible, le Chat Fellini, le Manchot de Magellan, la Grenouille verte, la petite fille Enriqueta ou le Mouton de Pantagonie.

grenouille arg.jpg

Maman ?

La Boca

 

Visite de Caminito dans le barrio de la Boca. Fief historique de la Gauche argentine, ce quartier pauvre est plein de couleurs. Ses baraques en tôle sont peintes aux teintes de l’arc-en-ciel. La fête est partout, même si elle est un peu superficielle. L’espace est malheureusement envahi par les touristes – les touristes sont toujours les autres – et l’ambiance a un arrière goût de Disneyland. Le métissage des musiques – tango, flamenco, valse lente et samba – rythme la vie de ce quartier.

DSCF9874.jpg

Photo  Christian Brunier

 

Nous nous arrêtons au Bar Filiberto où je déguste le premier Malbec rouge depuis mon arrivée en Argentine. Cépage rouge très fruité issu du Quercy. Il compose la base des nectars de Cahors. Présent notamment dans la vallée de la Loire, dans le Sud-ouest de la France, dans le Languedoc et dans le Bordeaulais, il a été introduit en Argentine en 1868. Dans ce grand pays d’Amérique latine, il couvre désormais près de 25'000 hectares. Le Malbec se développe particulièrement bien sous le climat argentin et dans ses terres. On le retrouve un peu dans le monde entier, dont la Californie, l’Italie, l’Australie ou le Chili. Du jus de fiesta !

Un peu de culture

 

Nous allons au Centre culturel Borges. Nous sommes émerveillés par un tableau de Marcela Taricco rêvant à l’amitié entre les peuples juifs et palestiniens.

DSCF9895.jpg
Photo : Christian Brunier

Les tableaux d’Enrique Gorla sont aussi étonnants. Il peint la danse et la musique avec amour et humour. Il illustre avec un œil taquin les ambiances des bistrots.

Congrès du PSG en direct

Nous suivons par sms le Congrès du Parti socialiste genevois. Notre informateur est l’ami Alain Charbonnier. Finalement, le PSG choisit de présenter un tandem homme-femme plutôt que jeune-vieux. Non, je plaisante Manu ! J’aime beaucoup Manuel Tornare. Je le considère comme un excellent magistrat en Ville de Genève et un socialiste convaincu. Son bilan est excellent. Toutefois, les socialistes genevois se devaient de présenter un ticket homme-femme dans le respect de nos valeurs d’égalité des sexes. C’est donc Véronique Pürro et Charles Beer qui seront candidats PS au Conseil d’Etat genevois. Nous envoyons un p’tit message de félicitation et d’amitié aux deux vainqueurs. Que la fête soit belle !

 

Retour à Buenos Aires

 

Nous retrouvons Sandro et Jérôme pour déjeuner. Nous prenons place à la terrasse du Barbaro Bar O Bar sis à Tres sargentos 415 Retiro. Nous dévorons un gros bout de bœuf arrosé d’un petit Malbec de la maison.

 

Malgré la température très agréable, la pluie revient. C’est décidé, l’année prochaine nous irons en Bretagne. Nous rentrons un moment à l’hôtel.

 

Nous retrouvons les garçons pour une dégustation de maté, une boisson chaude, vachement amère, ayant plein de vertus énergisantes, symbole d’amitié et de bon accueil.

 

Apéro au Bar 70, un établissement branché de San Telmo situé dans la rue de Defensa. Les Mojitos sont vivement recommandés.

 

Pour dîner, notre choix se porte sur « La Brigada », se trouvant à Estados Unidos. Ce restaurant sert des entrecôtes d’enfer. Nous choisissons un Malbec rouge pour accompagner ce repas de carnassiers. Ce resto est envahi par des objets liés au foot. Il y a des écharpes de clubs, des pulls de foot dédicacés par des mythes du foot, des dizaines de ballons, des posters, etc. Sur les murs, dans les vitrines, pas un millimètre de libre. C’est l’un des bistrots les pus réputés de la capitale. Il est souvent plein. Une réservation s’impose.

 

Nous allons dans  un bar dédié à Fidel Castro. Il est plein. Nous retournons donc au Café Tortoni.

 

Avec Jérôme et Sandro nous partageons quelques bouteilles de la bière la plus connue d’Argentine : La Quilmès. Un proverbe argentin (pas sûr ?) dit : « Donne un poisson à un homme et il mangera une journée. Apprends à un homme à pêcher et il passera ses journées dans une barque à boire de la bière. » C’est certainement vrai, d’autant plus que je n’ai aucun goût pour la pêche. Cette blonde est le fruit d’une fermentation basse de type « Pils ». Un ingrédient indispensable pour les nuits argentines.

 

 

 

13:02 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.