08/05/2009

The Victory Concert

bolling.jpg

A Paris, nous allons admirer Claude Bolling et son big band au jazz club « Le Petit Journal de Montparnasse ».

 

Ce concert intitulé « The Victory Concert » célèbre la victoire sur les nazis lors de la terrifiante Seconde Guerre mondiale, et espérons-le dernière.

 

Les musicos alignent les grands standards de l’après-guerre. Souvent arrangées par Bolling, les compositions de Count Basie, Artie Show, Benny Goodman, Tommy Dorsey, Django Reinhardt ou Duke Ellington  se succèdent à un rythme effréné. Je vibre au son de « Night Train », le premier morceau de jazz que j’ai travaillé, enfant, en tant que saxophoniste.

 

L’équipe à Claude Bolling est composée de nombreux musiciens sur l’âge. Certains ont de la peine à se lever de leur chaise pour jouer leur solo devant le micro. Pourtant, dès qu'ils se jettent dans leur chorus, ils sont transcendés et retrouve leur jeunesse, se déhanchant comme d’agiles lièvres. Le jazz est une cure de jouissance fantastique.

 

Ils me rappellent un peu l’une des dernières tournées que Count Basie et sa bande mythique avaient effectuée. Adolescent, je m’étais rendu au « Victoria Hall » de Genève avec plusieurs amis fous de jazz, dont Moncef Genoud, pour applaudir ses monuments. Une bande d’honorables croulants étaient péniblement arrivés sur scène. Mais, dès les premières notes, même très diminués, la folie du jazz, couplée à un métier d’enfer et un talent enrichi durant des décennies, nous en avaient mis plein les yeux, plein les oreilles, et plein le cœur.

 

09:58 Publié dans Culture | Tags : jazz, paris, musique, plaisir | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.