30/05/2009

Déguisement Lacoste

Comme on dit en Zambie : « Attends d’avoir traversé la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule. »

crocodile.jpg
Pub contre la domestication des crocos.

 

14:56 Publié dans Humour | Tags : croco | Lien permanent | Commentaires (0)

27/05/2009

En vrac !

Bonne nouvelle !

Il sera désormais interdit d'utiliser des morceaux de bois de chêne dans le cadre de la vinification des vins AOC genevois. Le vieillissement naturel en barrique sera la règle. La qualité reprend le dessus sur le business. Une belle victoire pour les bons vivants adorateurs des bons crus !

Dealer Merde !

GHI l’annonce à travers un long délire : la construction du tram dans la direction de Meyrin va encourager la drogue aux Avanchets. Visiblement, les trafiquants n’apprécient pas le bus. Vu le prix du taxi à Genève, on comprend l’attente impatiente des dealers de voir arriver le tram dans cette banlieue genevoise. Et puis, comme l’analyse angélique du GHI le montre, on sait que jusqu’alors Les Avanchets étaient une cité résidentielle, attirant les bobos et les petits bourgeois. Maintenant, nous comprenons mieux pourquoi le gouvernement genevois s’oppose à la montée du tram à Cologny. Une chose est sûre, ils fument du gazon au GHI ! Dis leur merde aux dealers !

 

Menace terroriste !

Dans le journal « Le Parisien », Sheila utilise la pression psychologique : « Si on me le propose, je viens chanter. » La menace terroriste n’est pas encore éradiquée.

 

Dom Juan

Le Parc Cottier de Carouge se transforme en Jardin d’Epicure et accueille le Dom Juan de Molière interprété brillamment par le Théâtre des Amis. Mise en scène très sobre de Raoul Pastor, qui joue aussi le rôle sulfureux de Don Juan, avec verve et talent. Belle satire sociale au parfum de libertinage ! Dommage que les sièges des spectateur-trice-s ne soient pas aussi grandioses que le texte. Bon pour l’âme, mauvais pour le dos !

 

21:08 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

22/05/2009

Vu et à voir !

Incognito

Avons vu « Incognito » d’Eric Lavaine avec l’excellente Anna Marivin, Isabelle Nanty qui en fait trop, Bénabar faisant de brillants débuts au cinéma, Frank Dubosc qui en fait moins que d’habitude (ouf !) et Jocelyn Quivrin. Très bon moment de rire, avec une réplique top : Anna Marivin croisant Frank Dubosc dénudé « C’est marrant un corps d’adulte avec un sexe d’enfant. »

incognito.jpg

Agnès Soral aimerait bien vous y voir

Boule d’énergie, Agnès Soral est irrésistible sur la scène du Petit Gymnase à Paris. Dans un style qui défrise, elle parle de ses amours qui ne durent pas, des problèmes de nanas, énonce ses visions sur le couple, le célibat, la baise ou le désert affectif. Chaque spectateur-trice voit défiler des bouts de sa vie, sur un ton décapant. Rires assurés !

Agnes-Soral-aimerait-bien-vous-y-voir_theatre_fiche_spectacle_une.jpg

 

17:23 Publié dans Humour | Tags : humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Faut-il retirer l’initiative pour un Cycle d’orientation hétérogène ?

Dans « Le Courrier », sous la plume de Rachad Armanios :

 

ECOLE - Vu le plébiscite enregistré dimanche par le contre-projet instaurant un système à trois sections, certains partisans de l'IN 138 songent à la retirer. Le comité d'initiative tranchera le 8 juin.

 

Revotera-t-on en automne sur le Cycle d'orientation? Dimanche, le contre-projet instaurant un système à trois sections a remporté la première bataille, renvoyant dans les cordes le Cycle très sélectif qu'imaginait le Réseau école et laïcité (RÉEL). La seconde manche devrait opposer le gagnant à l'Initiative 138 de la Coordination enseignement, en faveur d'un Cycle hétérogène. Mais le conditionnel est de mise. Car le plébiscite pour le contre-projet (74,5%) a divisé les initiants sur l'opportunité de maintenir leur texte. Lundi soir, la Coordination enseignement – regroupement de syndicats enseignants et de partis de gauche – a décidé... de ne pas décider. «La tendance générale était au maintien, mais il a été jugé prématuré de trancher, explique Olivier Baud, président de la Société pédagogique genevoise. L'association professionnelle des enseignants du primaire mais aussi celle des maîtres du Cycle (FAMCO) veulent consulter leurs bases, qui se positionneront lors de leurs assemblées générales respectives, le 26 mai et le 4 juin. Fort de quinze personnes, le comité d'initiative est seul habilité à retirer le texte. Il réserve son verdict pour le 8 juin.

 

Olivier Baud dit ne pas vouloir influencer les débats. Mais sa présentation des enjeux laisse paraître ses doutes: «L'hétérogénéité est le meilleur moyen pour augmenter le niveau scolaire général. Ce principe demeure, mais un vote en septembre est-il la meilleure stratégie pour y parvenir, vu le fort score du contre-projet et le contexte électoral? Ce risque doit être évalué.»

 

Dans le mur?

 

Une gifle similaire à celle reçue par RÉEL repousserait très loin l'idéal de l'hétérogénéité, assure le socialiste Christian Brunier. Membre du comité d'initiative, il doute que les voix stratégiquement données au contre-projet pour couler RÉEL empêchent l'IN 138 d'aller dans le mur: «Mieux vaut revenir à la charge dans quelques années.»

 

Sa collègue de parti Véronique Pürro ajoute que l'IN 138 «a joué son rôle» en permettant d'intégrer au contre-projet – texte de compromis qu'elle soutient – des préoccupations de l'initiative. La maintenir serait rallumer la guerre scolaire, alors que le Cycle a besoin de sérénité, clament les deux socialistes. Si l'IN 138 est maintenue, le PS décidera le 17 juin en assemblée générale s'il abandonnera le contre-projet pour son adversaire, mais Véronique Pürro en doute.

 

 «Il n'y a rien à attendre du PS, incapable de se mobiliser», raille Olivier Baud. Il est rejoint par le permanent de Solidarité Pierre Vanek. «L'IN 138 n'est pas un simple épouvantail, elle est porteuse d'un vrai projet, commente-t-il. On ne récolte pas 12 000 signatures pour les jeter à la poubelle et si on a peur de l'échec, on ne mène pas de batailles.»

 

Lundi, Bilal Ramadan, membre du comité, insistait sur l'incapacité du contre-projet à lutter contre l'échec scolaire, point focal de l'IN 138. «La question n'est pas de savoir si on va prendre une baffe ou non, mais s'il est important d'apporter quelque chose aux niveaux pédagogique et philosophique.» Pour faire progresser une idée, ajoutait-il, une seule votation ne suffira pas.

17/05/2009

Caves genevoises ouvertes 2009

Le bon vin rassemble les humains, du moins les bons vivants.

Caves ouvertes 2009_1.jpg
Sur la photo : David Revaclier, Alain Charbonnier, Gabriel Barrillier, Christian Brunier, Ariane Blum Brunier Jean-Claude Dessuet. Lieu : Cave des Vallières chez Loulou Serex. Photographe : Jean-Marc Odier

 

Y'a pas de Mai

Temps de cochon

Pour lutter contre la peste porcine, l’Egypte abat tous ses porcs. Et pour lutter contre la connerie, quel est le programme ?

 

Le compte n’est pas bon !

Jean-Marie Le Pen, le Benito breton, avait un slogan du style « 500'000 étrangers en moins, 500'000 emplois en plus ». La France sarkosiste a renvoyé 52'982 immigrés en deux ans. Pourtant, en avril dernier, elle a enregistré 63'400 chômeurs de plus. Le Pen était déjà un cancre en histoire, mais en calcul, c’est aussi le désastre.

 

FN : Fils Nicolas !

Entre 2007 et 2008, la France de Sarkozy, ancienne terre d’asile, a expulsé 52'982 « sans-papiers ». Jean-Marie Le Pen cherche un successeur, il l’a trouvé !

sarkozy_carla_bruni_disney2.jpg

Salade de fruits

Christine Lagarde, la Ministre française de l’économie, est stressée. Elle se confie au magazine VSD : « Cet été, je n’ai pas fait de confitures de framboises. » Par contre, elle a eu le temps de nous vendre ses salades.

 

Mou tout court

Entendu à la téloche dans la bouche du centriste François Bayrou : « Je n’aime pas le mou tout court. » Parle-t-il de sexe ? Un centriste condamnant les mous en politique, c’est un peu comme si Borloo critiquait les pros de l’apéro.

 

Au Père Lachaise

Lu un message sur la tombe de Pierre Desproges : Desproges est enterré ici. Etonnant, non ?

 

Vive les verres !

Bu, avec mes beaux parents, un excellent Chablis « Grand Régnard » 2005. Comme disent les montagnards : « mon blanc atteint des sommets », jeu de mots Maître Capelo !

 

Indo-pakistanais parisien

Adepte du métissage culturel et culinaire, je vous file une bonne adresse à Paris pour manger indo-pakistanais : « Le Partage » 17, rue Frédéric Sauton dans le 5ème arrondissement. C’est un tout petit bistrot, soigné, avec un service sympathique mais pas trop francophone (inversement, si je parlais l’indien comme il jacte le français …), la nourriture est fine et excellente, les prix modérés et la musique est de qualité,  bon mélange entre le jazz-rock et la musique indienne. Pour boire, n’hésitez pas à prendre un Tavel de chez Noël Briday et une carafe de l’Eau de Paris, produit très axé sur le développement durable.

 

11:03 Publié dans Humour | Tags : humour | Lien permanent | Commentaires (0)

14/05/2009

Trop de sécurité nuit gravement à la liberté !

Comme disent les Vaudois, la sécurité il faut l’appliquer gentiment.

DSCF0304.jpg
Photo : Christian Brunier

 

 

20:56 Publié dans Humour | Tags : sécurité, humour, liberté | Lien permanent | Commentaires (0)

12/05/2009

Chat et souris

Au théâtre de la Michodière à Paris, nous allons nous bidonner en voyant une comédie nominée aux Molières, dans la catégorie « Pièce comique » : « Chat et Souris ». Ce spectacle est tiré d’un texte de Ray Cooney, adapté par Stewart Vaughan et Jean-Christophe Barc. Mis en scène par Jean-Luc Moreau, cette pièce rassemble Roland Marchisio, Jean-Luc Moreau (remplaçant Eric Metayer), Eliza Maillot, Maria Blanco, Adeline Zarudiansky, Benjamin Wangermee et Thierry Liagre.

 

Deux performances à signaler : J’ai de la place pour mes genoux pour la première fois dans un théâtre parisien et Roland Marchisio est brillantissime !

 

Venons-en à l’histoire de cette pièce de boulevard. Un chauffeur de taxi, Jean Martin, vit deux existences en parallèle. Bigame, marié à deux femmes, ayant un enfant provenant de chacun de ses amours clandestins, une fille d’un côté, un garçon de l’autre, Jean chemine dans le bonheur, jouant avec les horaires atypiques de son boulot. Jusqu’au jour où ses deux gamins se contactent virtuellement sur le Web et qu’ils organisent une rencontre réelle sans connaître leurs origines communes. Commencent des quiproquos au kilo, des portes claquant dans tous les sens. Ce théâtre mouvementé, poêlant est physique. Les acteurs sont aussi trempés, victimes de leur hyperactivité que les yeux de mon épouse qui est morte de rire. 2h15 de franche rigolade !

20:43 Publié dans Humour | Tags : chat, souris | Lien permanent | Commentaires (0)

11/05/2009

Expo du Petit Nicolas à l’Hôtel de Ville de Paris

Non, pas le Petit Nicolas de l’Elysée. Celui-ci, il ne me fait pas rire … Depuis mes lectures enfantines de la revue bédéiste « Pilote », je n’avais croisé le Petit Nicolas qu’à de rares occasions. Dans mes pensées, il n’était qu’un vieux souvenir réservé aux enfants. Erreur grave ! Mon épouse m’a encouragé à aller admirer l’expo consacrée à ce petit personnage créé par Goscinny et Sempé, il y a 50 berges. Coup de vioc garanti ! La vie est trop belle. Elle passe trop rapidement. En parcourant cette œuvre, je constate toute son actualité. Putain, ça vieillit bien.

 

Alors que l’éducation ressemble de plus en plus à un formatage niant la différence et valorisant l’uniformité aux dépends de la diversité, le Petit Nicolas illustre le gosse taquin, turbulent et chenapan. Aujourd’hui, on le foutrait sous Ritaline alors qu’il est, en fait, un p’tit gars bien dans ses baskets.

 

Rieur, bavard, plein de vie et contestataire, le Petit Nicolas est le genre de môme qui me plaît.

petit nicolas.jpg

 

 

20:44 Publié dans Humour | Tags : humour, petit nicolas, paris | Lien permanent | Commentaires (0)

09/05/2009

Jazz au Quai Branly

Pour celles et ceux qui adorent le jazz ou pour celles et ceux qui veulent découvrir cette musique venant de l’intérieur, allez visiter l’expo « ça jazz » au Musée du Quai Branly à Paris. L’exposition, dans ce bâtiment hors du commun, est articulée en dix secteurs chronologiques qui effeuillent une à une les grandes étapes de l’épopée du jazz : Avant 1917, L’Age du jazz en Amérique 1917-1930, Harlem Renaissance 1917-1936, Années folles en Europe 1917-1930, L’ère du swing 1930-1939, Tempo de guerre 1939-1945, Bebop 1945-1960, West Coast Jazz 1953-1961, La révolution Free 1960-1980, Contemporains 1960-2002.

 

Pour illustrer ces pages de l’histoire de cette musique, plus  d’un millier d’œuvres ont été rassemblées : peintures, pochettes de disques, affiches, photographies, partitions, films, dessins animés, magazines, d’une raritude – comme dirait Ségolène – exceptionnelle.

 

Je suis un fou de jazz, car cette musique rassemble 4 racines figurant dans mes valeurs de vie :

La Liberté

Oui, le jazz est la musique de la liberté. Celle du peuple noir, lui ouvrant les portes des ghettos, cassant la muraille raciale, le jazz gommant les marques obscènes de l’intolérance. Mais aussi, celle du peuple des musiciens qui pour la première fois pouvaient briser la rigidité académique de l’art musical pour interpréter sans entraves, pour laisser voguer leur imagination et improviser.

Le bonheur

Le jazz est une musique joyeuse, un arc-en-ciel d’airs festifs. Des bals de la Libération de la tyrannie nazie en passant par les soirées folles d’Harlem, du bebop résonnant dans les caves de Saint-Germain-des-Prés aux transes des grands festivals, le jazz donne du bonheur. Quoi de meilleur que la quête de ce sentiment de satisfaction ? Carpe diem !

L’amour

La sensualité des ballades jazzy est un aphrodisiaque détonnant, un appel à l’amour fou. Les sons de trompette bouchée de Miles Davis ou de sax langoureux de Phil Woods donnent la chair de poule. Que dire de voix de Sarah Vaughan, de Diana Krall ou de Sinatra ? Dès qu’un orchestre entame « Misty », « Round Midnight », « Main de fer dans un gant de velours » ou « Lil’Darlin’ » …., mon cœur chavire ! Le jazz est la musique rêvé des amoureux.

Le mouvement

J’aime ce qui  bouge, l’action ! Le jazz, c’est le rythme. Rapide ou lent, cette musique crée le mouvement, change la vie, bouleverse les destins.

 

Pour vibrer, toutes et tous à Branly !

jazz branly.jpg

 

 

09:19 Publié dans Culture | Tags : jazz, culture, paris | Lien permanent | Commentaires (0)