13/07/2009

Le quai fatal frappe encore: un motard se tue à la Tour-Carrée

COLOGNY | Le jeune homme de 29ans a péri dans un choc frontal, après avoir heurté un premier véhicule.

Cologny.jpg

© PATRICK GILLIÉRON LOPRENO

Après le choc. La voiture qui a subi la collision frontale est remorquée, tandis que les traces de l’embardée mortelle sont effacées. La police appelle les témoins de l’accident à se manifester.

 

Par MARC MOULIN dans la Tribune de Genève

Un motard de 29ans a perdu la vie samedi vers midi et demi sur le quai de Cologny, à la hauteur de la Tour–Carrée. Le malheureux, qui circulait en direction de Vésenaz sur sa Honda Hornet 600 immatriculée en Valais, s’est déporté pour dépasser une voiture. Dans la manœuvre, il a touché à l’arrière gauche cette Renault Clio enregistrée en France, occupée par quatre touristes anglais. Suite à cette collision, il a perdu la maîtrise de son engin et est entré en choc frontal avec une Renault Mégane venant de Vésenaz. Deux personnes étaient à bord de ce dernier véhicule, immatriculé dans l’Ain. Aucun des occupants des automobiles n’a été blessé.

 

Hélico dépêché en vain

 

Le jeune motard n’a pas eu cette chance. Les premiers messages reçus par la police le donnaient comme encore en vie. Mais à 12h45, le constat de décès était dressé, alors qu’un hélicoptère avait été dépêché en vain sur les lieux. «On n’a entendu aucun bruit, mais des gens nous ont alertés et on a accouru, raconte, visiblement affecté, David Benguelil, employé du Yacht-Club de Genève, à la Tour- Carrée. Je lui ai pris le pouls, mais on ne sentait plus rien. Un médecin de passage a retiré la sangle de son casque. On a vite compris que c’était trop tard.»

 

Selon nos informations, l’infortuné motard était issu d’une famille de Collonge-Bellerive, où il se rendait d’ailleurs, à l’occasion de l’anniversaire de son filleul. Sa moto portait des plaques valaisannes car il travaillait dans ce canton, à Sierre.

 

Les responsabilités doivent encore être éclaircies dans cet accident, même si les voitures circulaient a priori normalement, selon la police, qui lance un appel à témoins. Ceux-ci sont invités à joindre la Brigade de sécurité routière (0223079111).

 

Nous n’avons pas plus d’indication sur un éventuel excès de vitesse. «Mais malheureusement, il n’y a pas besoin d’aller vite, relève Jean-Philippe Brandt du service de presse de la police genevoise. Une collision frontale entre deux engins roulant à 60kilomètres/heure équivaut à foncer dans un mur à 120km/h. C’est fatal.»

 

Avec ce drame, Genève enregistre sa huitième victime mortelle de la route de 2009, en autant d’accidents (lire ci-contre). L’an dernier, à la même époque, on ne dénombrait que quatre victimes.

 

Un axe périlleux

 

«Les feux du quai ont été munis de radars, la piste cyclable a été protégée. On doit maintenant compter sur la responsabilité des gens.» C’est ainsi que la police genevoise, par la voix de son porte-parole Jean-Philippe Brandt, réagit lorsqu’on l’interroge sur la dangerosité du quai de Cologny. L’artère s’est créé une légende maudite, notamment à la suite de sanglants rodéos routiers.

 

Fin 2007, l’ancien député socialiste Christian Brunier interpellait le gouvernement au sujet de cette «hécatombe horrible». Dans sa réponse, l’Exécutif recensait onze morts sur ce tronçon, entre 2001 et 2007. Les causes sont diverses: vitesse, alcool, distance insuffisante… Le nombre est dû à la fréquentation de l’axe, sa longueur et ses quatre voies. La limitation permanente à 60km/h et les contrôles radars étaient les principales pistes d’amélioration évoquées. Les transformations possibles de la route devaient être coordonnées avec le projet de traversée de Vésenaz, normalement soumis au vote en novembre.

Commentaires

Pourquoi ne peut-on pas installer des gendarmes couchés, ralentisseurs, dos d'âne, coussins berlinois, appelez-les comme vous voudrez? Que ce soit sur le quai de Cologny ou sur tout autre axe comparable où nos amis les hommes ne peuvent pas s'empêcher d'appuyer sur le champignon.

Ce serait une solution simple et radicale....

Écrit par : Babouchka | 13/07/2009

On ne peut pas faire plus car la majorité des automobilistes respectent la limitation de vitesse. Limitation de vitesse, radars sont déjà en place. Eduquer une fois encore les jeunes automobilistes aurait un effet ou alors plus de contrôles de police les week-end et en soirée. Mais ils ont pas mal à faire sur les quais en cette période.

Écrit par : demain | 14/07/2009

Les commentaires sont fermés.