19/07/2009

Délices de Provence

L’addition des différences

 

Au Festival « Les Suds à Arles », nous écoutons et regardons Syl Nuvaanu, un groupe multiculturel unifiant une chanteuse japonaise, un guitariste espagnol et un percussionniste français utilisant des instruments d’inspiration arabe avec des cymbales chinoises.

 

Ce mélange ressemblant à une partouze aux Nations unies crée une musique d’une rare originalité. Le mélange des cultures est une alchimie créant la richesse. Le repli ne crée que la consanguinité. Emmerdons les gros fachos, mélangeons-nous pour devenir inimitables et pour favoriser la diversité. Je vois le monde en multicolores, avec plein de merveilleuses facettes, gages de beauté et de plaisirs partagés.

syl.jpg

Juliette, une artiste drôle et rare

 

Nous applaudissons Juliette à Arles, dans le cadre le Festival des Suds. Juliette est une artiste à contre-courant. Musicienne et chanteuse de talent, elle zappe de la tendresse à l’humour, de la poésie à la révolte. Lors de l’un de ses concerts à Morges, elle interprète une chanson rigolote de la Seconde Guerre mondiale. Puis, s’arrête brutalement pour enchaîner, a cappella, « Les Loups sont rentrés dans Paris ». Ce chant antinazi me donne les frissons. Quelle émotion ! Elle aime les mots. Elle les manipule, les agite dans tous les sens. Elle partage sa passion pour les plaisirs de la vie et pour la déconne. Elle stimule tes papilles lorsqu’elle écrit avec brillance sur le vin. Sa Petite Messe Solennelle en faveur des bons crus est un chef-d’œuvre :

 

Petite Messe Solennelle

 

Enfin nous sommes là, entre nous, tous les deux

Seul à seul, tête à tête et les yeux dans les yeux

J'avais tant à te dire mais par où commencer ?

Deux verres, une bouteille, je crois que j'ai trouvé !

 

Le vin délie la langue, il entrouvre le cœur

Il donnera ce soir le ton et la couleur

Rouge ardent de la braise et cristal du désir

A notre nuit d'amour, buvons pour le plaisir !

 

Qu'il soit de Blaye ou d'Echeronne,

De Vacqueyras ou de Tursan

Le vin réjouit le cœur de l'homme

Et de la femme, évidemment !

Qu'il soit de Blaye ou d'Echeronne

Le vin réjouit le cœur de l'homme !

 

Né d'une âpre Syrah, d'un peu de Carignan

D'une terre solaire, des mains d'un paysan

C'est avec ce vin-là qu'on dit qu'Ulysse a mis

Le cyclope à genoux et Circé dans son lit

 

Le vin délie les sens, il entrouvre les draps

Et pourtant, sous sa coupe je ne mentirai pas

Je bois, moi, pour le goût mais aussi pour l'ivresse

Pour cette nuit d'amour, soyons donc sans sagesse !

 

Les joues vermeilles, les yeux qui brillent

Chavirés par de doux émois

Le vin réjouit le cœur des filles

Et des garçons, ça va de soi

Les joues vermeilles

Les yeux qui brillent

Le vin réjouit le cœur des filles

 

Noé sur son rafiot en prit quelques futailles,

Aux noces de Cana, au milieu des ripailles,

C'est ce vin que Jésus fit d'une eau ordinaire

Et notons qu'il n'a pas eu l'idée du contraire

 

Le vin délie les âmes, il entrouvre le ciel

De sa petite messe gourmande et solennelle

Prions Saint-Emilion, Saint-Estèphe et les autres

Pour une nuit d'amour, voilà de bons apôtres !

 

De Kyrie en Te Deum

Vin du Cantique et sang divin

Le vin réjouit le cœur de l'homme

Du Père, du Fils, de l'Esprit Saint !

De Kyrie en Te Deum

Le vin réjouit le cœur de l'homme

 

Le vin comme l'amour, l'amour comme le vin,

Qu'ils soient impérissables, qu'ils soient sans lendemain

Qu'ils soient bourrus, tranquilles, acerbes ou élégants,

Je suis sûre qu'il ne faut pas mettre d'eau dedans !

 

Oh, ne partageons pas ces amours qui s'entêtent,

Pas plus que ces vins-là qu'on boit pour l'étiquette

Tu es ce que tu es, je suis comme je suis

A notre vie d'amour, buvons jusqu'à la lie !

 

Mais taisons-nous et voyons comme

Finit cette nuit attendue

Mais taisons-nous et voyons comme

Le vin réjouit le cœur de l'homme !

Le vin réjouit le cœur de l'homme

Et puis le mien... bien entendu !

juliette.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.