28/07/2009

Les papilles en alerte générale

Le Château Bel-Evêque de Pierre Richard

Pierre Richard, le grand blond avec une chaussure noire, est un excellent comédien, maladroit et extrêmement drôle. Il est en outre un producteur de vins averti et passionné. Nous allons visiter son domaine, le Château Bel-Evêque, à Gruissan, dans l’Aude, à quelques bornes de Narbonne (ça rime !), en bordure de la Méditerranée, dans un univers préservé et encore sauvage. Pendant que nous dégustons, Pierre Richard joue à la pétanque avec des potes. Son meilleur cru est la Cuvée cardinale. Sa robe est intense. Le nez de ce Corbières est un cocktail d’épices, de fruits noirs, avec une légère senteur d’herbes, la garrigue n’étant pas loin. Long en bouche, ample, ses tanins sont solides tout restant harmonieux. Vin de caractère, ses arômes boisés apparaissent avec une petite note vanillée.

Bel Evêque.jpg

Photo : Christian Brunier, 2009

 

Une Belle Equipe

Restaurant du centre historique de Toulouse. Excellente carte de vins et gastronomie du terroir réputée. Le service est sympa et direct. Une adresse sûre de la cuisine traditionnelle du coin.

La Belle équipe.jpg

Photo : Christian Brunier

 

Cours de vins à Saint-Emilion :

 

A Saint-Emilion, nous suivons un cours de dégustation de vins. Nous étudions trois vins :

 

Saint-Emilion Grand Cru, Château Reine-Blanche

Son odeur et son arôme de prunes, de cerises noires et de fruits rouges sont  très présents. Nous distinguons aussi une petite senteur de pain grillé. Ses tannins sont soyeux et légèrement acide, ce qui facilite sa conservation.

 

Saint-Emilion Grand Cru, Château du Rocher

Avec une belle couleur rouge lumineux, ce vin assez tannique dégage des odeurs de bois légèrement fumé, de fruits noirs et de cassis. Avec une petite trace florale, ce vin est équilibré, avec un goût boisé affirmé.

AOC Lussac – Saint-Emilion, Château Haut-Gazeau

Assemblage réunissant 85 % de Merlot noir et 15 % de Cabernet Franc, il est élevé sur des sols de texture sablo-argileuse au sous-sol argilo-calcaire. L'âge moyen des vignes est de trente ans. Ce vin de garde du Château Haut-Gazeau est typé, épicé et fruité. Au nez, comme en bouche, les fruits noirs et les épices explosent. On peut reconnaître aussi un peu le cacao. Astringent, il est rond et harmonieux.

 

 

27/07/2009

La vie est belle !

Davantage d’écologie, moins de réchauffement climatique

Avec le réchauffement climatique, les ours sont bien en mauvais point.

DSCF0470 Ours.jpg

Photo de Christian Brunier d’une œuvre de Mark Dion, Les Abattoirs, Toulouse, 2009

 

La Liberté aux seins nus !

Dans le magazine « Beaux-Arts », j’apprends que le Ministère turc a censuré, en 2006, une page d’un manuel d’instruction civique et d’enseignements des droits de l’humain. Motif : la maison d’édition avait illustré la Liberté par le tableau « La Liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix représentant la révolution de 1830 emmenée par une femme aux seins nus. Une femme et de plus aux seins nus comme allégorie de la Liberté, c’est trop pour le gouvernement turc. Il faut bien dire que la Liberté incarnée par une femme en tchador, ça a une autre gueule !

delacroix_la_liberte_guidant_le_peuple.jpg

La Java … niaise

Numéro de féminisme d’Yvette Horner. La dinosaure de l’accordéon explique les bienfaits de la musique : « La femme dans son foyer, quand elle fait son ménage, elle aime en écouter. » Moi, je pensais qu’elle préférait le son de l’aspirateur et de la machine à laver.

 

21:45 Publié dans Humour | Tags : humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Vive la Vie !

Coup de cœur !

Le Ministère britannique de la Santé a édité une brochure intitulée « Plaisir » dans laquelle il mentionne « qu’un orgasme par jour évite le médecin » et que faire l’amour ou se masturber au moins deux fois par semaine diminue le risque d’accidents cardio-vasculaires. L’acte sexuel et la branlette vont bientôt être remboursés par les caisses-maladie.

 

Love Gourou

Nicolas Sarkozy dixit dans le Figaro : « A l’UMP, on a réussi à faire disparaître les chapelles, les sectes et les sous-sectes. » Il ne reste plus qu’à faire disparaître le gourou !

 

Vent de liberté en Iran

L’opposition aux fondamentalistes aveuglés par la religion se lève en Iran. Les manifestations se succèdent. La résistance se construit. L’espoir naît. Ces rebelles contre le pouvoir autocratique et extrémiste du président Mahmoud Ahmadinejad veulent davantage de Liberté. La liberté de s’exprimer librement, de se déplacer, de pouvoir aimer au grand jour, de jouir des plaisirs terrestres. La LIBERTÉ de vivre ! La répression et la censure n’arrivent plus à museler les opposantes et opposants. Le bruit de la rue est trop fort. Le vent de liberté soulève les interdits, bouscule les rigidités. Amoureux des plaisirs de la vie, défenseurs de la démocratie, groupons-nous et soutenons les militant-e-s iraniens qui ouvrent la porte vers une vie meilleure.

ahmadinejad.jpg

 

14:08 Publié dans Humour | Tags : humour | Lien permanent | Commentaires (0)

26/07/2009

Papilles en éveil

Carcassonne …

En arrivant à Carcassonne, je pense à la chanson de Georges Brassens « Carcassonne », à l’accent de Bacchus : "On voit la ville de là-haut, Derrière les montagnes bleues; Mais, pour y parvenir, il faut, il faut faire cinq grandes lieues, En faire autant pour revenir ! Ah ! Si la vendange était bonne ! Le raisin ne veut pas jaunir Je ne verrai pas Carcassonne !"

 

Comte Roger à Carcassonne

Nous mangeons avec des amis genevois au Comte Roger dans la Cité médiévale de Carcassonne, à mi-chemin entre le Château et la Basilique Saint-Nazaire. Sous une terrasse ombragée, au bord d’un vieux puits, nous dégustons d’excellents mets et buvons de très bons crus. Le cuisinier Pierre Mesa et son équipe s’inspirent des grands classiques du terroir occitan et y apporte de la créativité et de la modernité. L’ambiance est cordiale et s’accommode si bien avec la qualité des produits servis, sentant bons le soleil.

comte roger.jpg

Comptoirs des vins et terroirs de Carcassonne

Au cœur de la Cité médiévale de Carcassonne, sous les oliviers, découvrez les Comptoirs des vins et terroirs. Ce bar à vins offre plus de 150 vins du Languedoc. Sa carte de fromages et de salades avec des tas de petites graines aromatisées complète avec délicatesse la dégustation de grands vins. Autour d’assiettes de produits du terroir, nous buvons un rouge AOC Fitou du Domaine Les Mille Vignes, la Cadette, un assemblage Carignan, Grenache et Mourvèdre ; et un cépage blanc remarquable, Chardonnay, AOC Limoux, Toques et Clocher, Villelongue.

Comptoir du vin Carcassonne.jpg

Bloc G à Carcassonne

Lounge, bar à vins et à tapas situé 112, rue Barbacane à Carcassonne, en bordure du quartier historique. Dans un univers design et artistique, les bourlingueurs, artistes, amateurs de pinards, et petits gourmands se retrouvent. Ce lieu fait aussi chambres d’hôtes, service que nous testons avec grand plaisir.

bloc_g.jpg

« Chez Fernand » à Bordeaux

Dîner « Chez Fernand » à Bordeaux. Sur les quais, au bord de la Garonne, jouxtant la Place de la Bourse, ce bistrot, spécialisé dans la gastronomie du Sud-Ouest, a une très belle cave à vins, sert un merveilleux foie gras, possède une carte poissons-fruits de mer spectaculaire et a un copain boucher amenant des viandes succulentes. Le service est efficace, attentionné et convivial. Je vous recommande pour finir la salade de fruits rouges servie dans un vin blanc moelleux. Du début jusqu’à la fin, la qualité est présente.

 

 

Patriiiiiiiicccccckkkkkk !

Lu dans le magazine « Gault Millau », titrant le « Plaisir se cultive », les confidences de Patrick Bruel : « Dans la vie, je ne bois que du vin rouge et du blanc. Et du champagne, bien sûr ! » Et la foule se casse la voix pour chanter : « Ah, il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres. »

 

 

 

 

25/07/2009

Courant d’art

Melingo, le tango déjanté

Admiré au Théâtre antique d’Arles, le grand Melingo, un Bohème de Buenos Aires, trempé dans le Tango, la dérision, la déraison et le rock contestataire de l’Underground. Le révolté argentin qui avait quitté courageusement son pays pour échapper à la dictature militaire, chante en Lunfardo, l’argot populaire de la Capitale argentine. Il aligne les chants canailles, accumule les pitreries et s’amuse avec son invitée, la chanteuse française Juliette. Avec elle, il partage le talent musical et une overdose d’humour. Dandy déjanté, ses éclats de rire et sa voix roque font mouche. Il nous administre une bonne tangothérapie, mélange savant de joie et de mélancolie, de sensualité et de rébellion. Virtuose de la clarinette et du chant, un peu moins de la guitare, Daniel Melingo déploie avec charisme ses péripéties personnelles et se mute devant nous en un héro romanesque. Certains le disent fou. Il est tout simplement un artiste complet, sorte de clown blanc, rendant la poésie follement drôle et le tango tellement actuel.

 

 

Esther Nourri et Jean-Marie Averseng à contre-temps

Les estivants s’entassent dans les réserves à touristes. Nous, nous nous précipitons à la Cave poésie de Toulouse pour écouter la chanteuse de jazz Esther Nourri, accompagnée par le pianiste Jean-Marie Averseng. Ce petit lieu en pierres rouges est mignon comme tout. Il est décoré par des peintures modernes d’Annie Becco, qui est assise à côté de nous. Il est aussi mythique puisqu’il a hébergé le siège du Parti socialiste ouvrier espagnol en exil durant la guerre d’Espagne contre le poison franquiste. C’est là encore que Juliette a débuté sa carrière. Le public est rassemblé autour de tables rondes de bistrot et déguste un verre. Nous buvons un muscat local tout à fait correct et servi très généreusement jusqu’au bord du verre. Les standards de jazz résonnent, revisités par des arrangements et interprétations très libres. Cole Porter et les chansons d’Ella Fitzgerald forment la colonne vertébrale de ce beau concert. A chaque morceau, nous sautons d’un sentiment de satisfaction à un autre. La sensualité à travers une ballade très langoureuse, où je plonge mon regard amoureux dans les yeux magnifiques et émus de ma chérie. La joie, lorsque le groupe entame des airs légers et rapides du répertoire jazzistique. La liberté, lorsque l’improvisation prend le dessus sur la rigueur des notes écrites par le compositeur. Ce duo fonctionne à merveille grâce à une connivence indispensable pour former une telle osmose. Au terme de ce concert, nous buvons un pot avec les deux musiciens pour les féliciter et les remercier de la dose de ravissement transmise généreusement.

 

DSCF0458 Jazz.jpg
Photo : Christian Brunier

 

11:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/07/2009

Bijoux de Provence et du Languedoc

Clair de Plume à Grignan

Un petit écrin dans le village provençal de Grignan, dans la Drôme. On y trouve un hôtel de charme et un petit restaurant. Son jardinet est sublime. Ancienne propriété des de Grignan, cette demeure romantique a eu différentes affectations : lieu d’hébergement pour les notables de l’Eglise, trufferie, etc. Ce lieu est un appel à la tendresse et à la volupté. On y célèbre les plaisirs de la chair et y boit d’excellents crus régionaux. Une étape obligatoire pour les amoureux de la vie.

clair de plume.jpg

La Pousada à Arles

La Pousada qualifie les chambres d’hôtes au Brésil. Des bourlingueurs à travers le monde ont repris ce nom pour baptiser leurs chambres d’hôtes qu’ils ont créées en devenant sédentaire à Arles. Dans cette ville magique, carrefour de l’art et de l’histoire, haut lieu des grandes fiestas et de l’art de vivre, la Pousada a poussé dans le quartier pittoresque de la Roquette, à proximité d’Actes Sud. A quelques pas du Rhône qui projette des lumières étonnantes sur la surface de ce lieu de résidence, cette maison est un havre de bon goût, de design et de plaisir. La salle de séjour et la courette sont des bijoux. Les chambres sont magnifiques et d’un romantisme appelant le plaisir des sens. Dommage, le prix est un peu surfait.

DSCF0397.jpg

Photo : Christian Brunier

Le Noilly-Prat nous réconcilie avec le Vermouth

Lorsque j’entends Vermouth, je pense au tord-boyaux que l’on gagne dans les lotos. Des liquides justes utiles pour dérouiller les gonds des portes. Noilly-Prat donne une autre envergure à ce produit. A Marseillan, dans l’Hérault, en bordure de l’étang de Thau et du canal de Midi, Noilly-Prat fabrique des vermouths rouges ou ambrés depuis 1813, à partir d’une recette originale et en partie secrète. Provenant de deux cépages de Blancs de Blancs, ils vieillissent séparément durant huit mois dans des chais géants de chêne du Canada datant de 1850. Le contact avec le chêne renforce le corps du vin. Ensuite, ces vins sont transférés dans de vieux fûts de chêne qui restent en plein air pendant un an. Le climat se charge de leur évolution. Le soleil abondant, les pluies rares mais violentes, les embruns, les vents, la chaleur de l’été et le froid hivernal conduisent ces vins à maturité. Le nectar est ramené à l’intérieur, où il est assemblé avec finesse et mélangé avec des herbes provenant des cinq continents. Chaque jour, cette potion magique est brassée. Enfin, voici le Noilly-Prat prêt à être dégusté avec finesse et envie.

DSCF0416.jpg
Photo : Christian Brunier

 

19/07/2009

Délices de Provence

L’addition des différences

 

Au Festival « Les Suds à Arles », nous écoutons et regardons Syl Nuvaanu, un groupe multiculturel unifiant une chanteuse japonaise, un guitariste espagnol et un percussionniste français utilisant des instruments d’inspiration arabe avec des cymbales chinoises.

 

Ce mélange ressemblant à une partouze aux Nations unies crée une musique d’une rare originalité. Le mélange des cultures est une alchimie créant la richesse. Le repli ne crée que la consanguinité. Emmerdons les gros fachos, mélangeons-nous pour devenir inimitables et pour favoriser la diversité. Je vois le monde en multicolores, avec plein de merveilleuses facettes, gages de beauté et de plaisirs partagés.

syl.jpg

Juliette, une artiste drôle et rare

 

Nous applaudissons Juliette à Arles, dans le cadre le Festival des Suds. Juliette est une artiste à contre-courant. Musicienne et chanteuse de talent, elle zappe de la tendresse à l’humour, de la poésie à la révolte. Lors de l’un de ses concerts à Morges, elle interprète une chanson rigolote de la Seconde Guerre mondiale. Puis, s’arrête brutalement pour enchaîner, a cappella, « Les Loups sont rentrés dans Paris ». Ce chant antinazi me donne les frissons. Quelle émotion ! Elle aime les mots. Elle les manipule, les agite dans tous les sens. Elle partage sa passion pour les plaisirs de la vie et pour la déconne. Elle stimule tes papilles lorsqu’elle écrit avec brillance sur le vin. Sa Petite Messe Solennelle en faveur des bons crus est un chef-d’œuvre :

 

Petite Messe Solennelle

 

Enfin nous sommes là, entre nous, tous les deux

Seul à seul, tête à tête et les yeux dans les yeux

J'avais tant à te dire mais par où commencer ?

Deux verres, une bouteille, je crois que j'ai trouvé !

 

Le vin délie la langue, il entrouvre le cœur

Il donnera ce soir le ton et la couleur

Rouge ardent de la braise et cristal du désir

A notre nuit d'amour, buvons pour le plaisir !

 

Qu'il soit de Blaye ou d'Echeronne,

De Vacqueyras ou de Tursan

Le vin réjouit le cœur de l'homme

Et de la femme, évidemment !

Qu'il soit de Blaye ou d'Echeronne

Le vin réjouit le cœur de l'homme !

 

Né d'une âpre Syrah, d'un peu de Carignan

D'une terre solaire, des mains d'un paysan

C'est avec ce vin-là qu'on dit qu'Ulysse a mis

Le cyclope à genoux et Circé dans son lit

 

Le vin délie les sens, il entrouvre les draps

Et pourtant, sous sa coupe je ne mentirai pas

Je bois, moi, pour le goût mais aussi pour l'ivresse

Pour cette nuit d'amour, soyons donc sans sagesse !

 

Les joues vermeilles, les yeux qui brillent

Chavirés par de doux émois

Le vin réjouit le cœur des filles

Et des garçons, ça va de soi

Les joues vermeilles

Les yeux qui brillent

Le vin réjouit le cœur des filles

 

Noé sur son rafiot en prit quelques futailles,

Aux noces de Cana, au milieu des ripailles,

C'est ce vin que Jésus fit d'une eau ordinaire

Et notons qu'il n'a pas eu l'idée du contraire

 

Le vin délie les âmes, il entrouvre le ciel

De sa petite messe gourmande et solennelle

Prions Saint-Emilion, Saint-Estèphe et les autres

Pour une nuit d'amour, voilà de bons apôtres !

 

De Kyrie en Te Deum

Vin du Cantique et sang divin

Le vin réjouit le cœur de l'homme

Du Père, du Fils, de l'Esprit Saint !

De Kyrie en Te Deum

Le vin réjouit le cœur de l'homme

 

Le vin comme l'amour, l'amour comme le vin,

Qu'ils soient impérissables, qu'ils soient sans lendemain

Qu'ils soient bourrus, tranquilles, acerbes ou élégants,

Je suis sûre qu'il ne faut pas mettre d'eau dedans !

 

Oh, ne partageons pas ces amours qui s'entêtent,

Pas plus que ces vins-là qu'on boit pour l'étiquette

Tu es ce que tu es, je suis comme je suis

A notre vie d'amour, buvons jusqu'à la lie !

 

Mais taisons-nous et voyons comme

Finit cette nuit attendue

Mais taisons-nous et voyons comme

Le vin réjouit le cœur de l'homme !

Le vin réjouit le cœur de l'homme

Et puis le mien... bien entendu !

juliette.jpg

 

 

18/07/2009

La Vie en Rut : Le meilleur de Langaney

Si tu ne veux pas bronzer idiot et si tu ne veux pas visiter, durant tes vacances, un zoo en passant pour un niais, dévore « La Vie en Rut » écrit par le généticien André Langaney et illustré par le déjanté et génial Carali.

 

André Langaney est « Dédé la Science » dans Siné Hebdo. Beaucoup plus drôle dans cet hebdo provocateur que dans son blog hébergé par la Tribune de Genève, où il s’en prend de temps à temps à mon couple, supportant mal l’amour entre une verte et un socialiste. Dans « La Vie en Rut », il est excellent, mettant en pratique le meilleur de Langaney.

 

Ce petit libre est un supplément estival de Siné Hebdo. Il positionne le sexe entre nature et cultures et nous explique la vie de nos amis les bêtes.

 

Savez-vous que le Symphile, un petit mille-pattes, éjacule dans un spermatophore en pleine nature ? Ensuite, la femelle vient boire le foutre de son mâle et le féconde.

 

L’Hippocampe, le cheval de mer, est loin d’être un étalon. C’est Madame qui est équipée d’un gros membre, comme Amanda Lear. Je plaisante. Adorant les surréalistes, je ne peux avoir que de l’admiration pour l’une des égéries de Dali. Je sors du cadre. Replongeons dans l’eau pour voir le mâle se faire pénétrer. La femme Hippocampe injecte ses œufs dans une sorte de poche. Au tour du mâle de lâcher la purée dans sa poche pour féconder les œufs.

 

Le Candona, un crustacé minuscule, produit un spermatozoïde plus long que lui. Transposez à l’humain, les spermatos atteindraient deux mètres cinquante. Comme dit « Dédé la science » : « Aïe mes couilles ! »

 

Nous apprenons encore que l’Eléphant de mer a comme sexe un os pénien en forme de matraque de 40 centimètres. Ça fait rêver certaines et certains. Cet avantage naturel permet aux mâles les plus performants d’honorer près de 80 femelles. Ça fait encore rêver certaines et certains. Mais comme le dessine Carali, 80 femmes, ce sont 80 belles-mères. Il faut donc relativiser.

 

J’en écris trop ! Si vous aimez la vie des bêtes, des super bêtes sexuelles, achetez « La Vie en Rut », un nom d’ouvrage qui peut devenir un bon projet d’existence terrestre.

la vie en rut.jpg

 

 

 

13:10 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2)

17/07/2009

Plaisirs provençaux

Ai bu, une tradition quand je passe à Grignan, un Rosé d’enfer : Le Rosé « Gourmandise » du Domaine de Montine. Délice des Coteaux de Tricastin, dans la Drôme provençale, ce vin vif est un doux mélange de Grenache, Syrah et Cinsault. Sa couleur est très vive. Au goût et au nez, les fruits explosent : Farandole de fruits rouges - voire de confiture de fruits rouges lorsqu’on le garde en bouche – de Mûres et de Cerises. La région de Tricastin doit servir à l’essor du vignoble et non pas à construire ou reconstruire des centrales nucléaires.

DSCF0382.jpg

Photo : Christian Brunier

 

Petit séjour à Arles, Cité de fêtes et de plaisir, plaque-tournante entre la Provence et la séduisante Camargue. Baignée par le soleil, sa populace a le cœur chaud et le pastis frais.

 

A Arles, faites une petite visite « Chez Ariane », un bar à vins situé Rue du Docteur-Fanton. Dirigé par Ariane, une Suissesse rigolote établie à Arles, ce bar vous offre de bons vins, souvent bios, de la cuisine simple mais fort bonne, de la musique de jazz très plaisante et un petit univers de convivialité au cœur d’une petite rue piétonne.

 

J’adhère au Club des Bons Vivants : www.LeClubDesBonsVivants.com Ce club est un espace d’échanges sur les appréciations des membres concernant les restaurants de la belle France.

 

 

 

 

16/07/2009

16 juillet 2009, une belle journée ?

D’accord avec Sarko

Pour une fois, je suis d’accord avec Sarkozy et je le trouve presque drôle lorsqu’il dit : « Le MoDem, ce n’est pas un parti, c’est une basse-cour autour d’un paon. »

 

Bon copain de boîte

Doc Gynéco dixit : « Christine Lagarde et Michèle Alliot-Marie dégagent plus d’érotisme que Paris Hilton et Pamela Anderson réunies. » Tu peux sortir avec lui en boîte, tu ne vas pas draguer les mêmes.

 

Hénon-Beaumont, noir, c’est noir !

Premier tour des Municipales, Front national, en tête avec 39,34 % des voix.

Second tour, Le Front national chute, mais accumule 47,62 % des voix.

Les gueules noires votent pour les chemises brunes, dans la grisaille du nord.

Bienvenue Chez Les T’chti, c’est drôle seulement au cinéma.

 

Dernier tube … de médic

A 50 ans, Michaël Jackson décède.

Presqu’au même âge, Jeannie Longo gagne des courses de vélos.

Les médicaments ne tuent pas toujours.

 

22, voilà …

poulet.jpg

Banc Public (Versailles Rive Droite)

Vu « Banc public (Versailles Rive Droite) », une comédie de Bruno Podalydès, avec plus de 80 comédien-ne-s célèbres. A l’exception de quelques scènes cultes, je ne suis pas rentré dans ce film, multipliant pourtant les portraits pittoresques. Néanmoins, comment ne pas être touché par le délire d’un clochard regrettant le génialissime duo Michel Serrault-Jean Poiret ? Ou comment rester totalement insensible à la réplique de Thierry Lhermitte : « Il n’y a pas d’heure pour un p’tit coup. », après avoir proposé à une rencontre féminine dans l’ascenseur de venir boire un petit coup tôt dans la matinée ?

banc public.jpg

 

 

 

06:54 Publié dans Humour | Tags : humour | Lien permanent | Commentaires (0)