22/11/2009

Protéger les fichiers policiers, c’est défendre nos libertés

Je n’ai aucune sympathie pour le tyrannique Hannibal Kadhafi et ne supporte pas les individus violents envers leurs proches, leur personnel ou d’autres humains.

 

Son arrestation et celle de son épouse par la police genevoise étaient totalement justifiées, ces individus ayant brutalisé deux de leurs employés.

 

Il est, par contre, scandaleux que des photos prises par la police puissent se retrouver à la une des médias.

 

Après enquête, impossible de trouver l’auteur de cette fuite policière. Etonnant ?

 

La moindre des applications informatiques gère les traces des utilisateurs accédant à des données. Là rien. Impossible de savoir qui, avec son petit PC, est venu télécharger ces photos pour les envoyer aux journalistes.

 

Lorsque les fichiers de la police peuvent être pillés sans crainte, la liberté et le respect de la personnalité ne sont plus assurés.

 

Pour la défense de nos libertés, il est primordial que la police sécurise ces fichiers et que les auteurs de fuite soient immédiatement sanctionnés.

hannibal.jpg

 

Les commentaires sont fermés.