31/08/2010

Les trois jours de Lucerne

Nous fêtons déjà nos deux ans de mariage. Que le temps passe vite lorsque l’humain est plongé dans le bonheur. Nous passons trois jours de rêve à Lucerne, ce petit écrin au bord du Lac des Quatre-Cantons, porte d’accès à la Suisse centrale, aux pieds de plusieurs prestigieuses montagnes.

 

Best Western Hôtel Krone  de Lucerne

 

Nous passons la première nuit d’amour de notre périple lucernois à l’Hôtel Krone. Cet établissement, existant depuis 650 ans, trône sur la place Weinmarkt (tout un programme de dégustation), au centre la vieille-ville, dans la zone piétonne (source d’inspiration pour Genève). Il est hyper bien situé. L’accueil est agréable. Les chambres sont très bien équipées et très spacieuse. Un petit effort sur la déco intérieure ne ferait pas de mal.

Etape au restaurant « Les Balances »

 

Nous dînons à l’Hôtel des Balances, avec une vue romantique sur le Lac et son ciel noir annonciateur de pluie. Le resto de cette institution s’est vu attribuer 14 points GaultMillau. L’apéro débute, pour moi, avec Riesling Sylvaner de la région lucernoise, tandis que ma chérie sélectionne un Chardonnay italien. Un melon, jambon, salade ouvre le repas. Cette première étape repose sur d’excellents produits, mais sans grande originalité. L’innovation arrive avec la soupe de parmesan. Un délice ! Ariane embraye avec une sole. Moi, je me concentre sur un émincé de veau tout en finesse. Le dessert surprise est une alliance à trois : sorbet à la fraise, mousse au chocolat et moelleux au chocolat. Pour accompagner ce bon repas, le Rioja Luis Canas Reserva de 2003 est un bon camarade de la balade gourmande. Ce vin est un assemblage de Tempranillo, Graciana et Garnacho.

Balances.JPG
Photo : Christian Brunier

Kunstmuseum 

 

Nous visitons le Musée des Beaux-Arts de Lucerne. Le Kunstmuseum, se situe au dernier étage du KKL, le Palais de la Culture et des Congrès, conçu par le brillantissime architecte Jean Nouvel. Le bâtiment est magique. Deux expos composent ce musée. L’une consacrée à Giacometti, Amiet et Hodler, et l’autre axée sur l’art contemporain. La muséographie est à la hauteur de la splendeur du site.

Museum Sammlung Rosengart

 

La collection Rosengart est un inventaire d’œuvres exceptionnelles. Un tas de Picasso, mais aussi des Miro, des Klee, des Braque, des Léger, des Matisse, des Chagall, des Bonnard et plein d’autres grands talents. Ce patrimoine est à l’origine la possession d’un marchand d’art novateur et passionné Siegfried Rosengart. Il est souvent l’ami des artistes. Il se lie particulièrement avec Pablo Picasso. Ce musée possède plusieurs toiles de ce géant et des dizaines de dessins, souvent érotiques.

Grand Hôtel National

 

La seconde nuit de notre séjour amoureux lucernois nous emmène dans un lieu prestigieux : le Grand Hôtel National. L’établissement, jonchant le long du Lac des Quatre-Cantons,  a été créé en 1870 par César Ritz et Auguste Escoffier. Ce site d’exception rassemble 4 restaurants à vous couper le souffle. Cet hôtel est magnifique.

Concert au KKL

 

Retour au KKL après avoir visité le Kunstmuseum. Nous prenons un apéritif au See Bar. Puis, nous entrons dans la salle du concert pour écouter The Cleveland Orchestra, sous la baguette de Franz Welser-Möst. Le concert commence par le « Prélude à l’Après-midi d’un Faune » de Claude Debussy. Créée entre 1892 et 1894, cette œuvre est une illustration sonore de l’érotisme. Poétique et langoureuse, cette mélodie caresse les notes avec sensualité. Sa première interprétation dansée par Vaslav Nijinski provoqua le scandale. Deux autres partitions sont au programme. « Woven Dreams » de Toshio Hosokawa et « Ein Heldenleben » de Richard Strauss. L’œuvre  de Hosokawa est une première mondiale. Le compositeur, un petit Japonais au génie hyper inventif, est assis juste à côté de nous. Sa partoche est mystérieuse et prenante. C’est très émouvant de découvrir une création pour la première fois. L’acoustique du lieu est innommable. Nous avons l’impression d’être assis aux côtés de chaque musicien-ne. Génialissime !

Cleveland orchestra.JPG
Photo : Christian Brunier

L’Olivo

 

Au cœur du Grand Casino de Lucerne, dans un magnifique bâtiment néobaroque,  l’Olivo est un resto réputé, offrant un périple gastronomique autour de la Méditerranée. Nous y dînons avec délice et buvons un assemblage valaisan d’une belle finesse.

Musée Hans Erni

 

Impossible de zoner à Lucerne, sans avoir la tentation d’aller voir les œuvres d’Hans Erni dans le Musée dédié à cet artiste local, voisinant avec le Musée des transports. Depuis 1979, près de 300 œuvres (peintures, poteries, affiches, sculptures) composent un parcours à travers la carrière de cet artiste d’exception. Le patrimoine est riche, même si la muséographie devient vieillotte. L’éclairage des tableaux est horrible, valorisant davantage les reflets que les œuvres. J’apprécie chez Hans Erni évidemment le créateur artistique, mais aussi le militant de gauche, le pacifiste, l’écologiste, le révolté, l’humaniste et l’amoureux des bons plaisirs de l’existence.

Christian Brunier au Musée Erni.JPG

 

 

00:18 Publié dans Voyage | Tags : lucerne | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.