05/10/2010

Sexes et politique

Les journaux et revues politiques sont souvent chiants et poussiéreux. Les socialistes de la Ville de Genève décoiffent et donnent un nouvel élan à l’engagement politique en consacrant leur revue « Causes communes » à la thématique « Sexes et politique ».

 

L’édito clarifie rapidement le contenu de ce numéro, en titrant : « Halte aux castrations de la droite, osons une caresse de la gauche ». Cette introduction, c’est le cas de dire, prend la forme de préliminaires : « Nous avons choisi de donner au sexe une tonalité plurielle. SexeS donc en politique, de façon à englober les désirs, les fantasmes, les genres et les pluralités d’expression. Sexes donc avec un grand S comme … Socialistes. »

 

Au  niveau rédac, Virginie Studemann lance un Sexstorming, Isabelle Brunier évoque  les femmes dans l’histoire genevoise, Virgine Keller nous parle de maternité et paternité en politique, la sociologue Mélanie Battistini revendique plus d’égalité des sexes, Marie Gobits fait l’éloge de l’élégance, Martine Sumi Viret chante un couplet sur le féminisme, Manuel Tornare écrit sur les femmes dans le milieu très macho du sport, Pablo Garcia disserte sur transparence ou voyeurisme, Sébastien Bourquin traite le dossier de la prostitution et Sylvain Thévoz se lance dans une critique marxienne sur le machisme et le fantasme. Sami Kanaan passe l’épreuve de l’interview « Yes we Kanaan ». Il explique les liens entre sexe et politique : « (…) Il paraît que 70% des relations naissent au boulot. Ceci explique les endogamies. » L’anthropologue Ninian van Blyenburgh répond à l’épineuse question « Pourquoi les primates baisent-ils ? » : « (…) L’Occident a subi plusieurs siècles de discours anti-plaisir. La propagande judéo-chrétienne culpabilisante a réussi à nous faire avaler que chez l’Homme (sic), comme chez la mante religieuse, le puceron  et l’épinoche, le sexe ne sert qu’à enfanter, de préférence dans la douleur ! Elle nous a désappris à aimer l’amour. » Plusieurs associations prennent la parole dans ce magazine. Pascal Holenweg résume un article de « 20 Minutes » prétendant que les trois plus belles filles de Neuchâtel sont musulmanes. Et un argument de plus contre la burqa. La jeune Olga Baranova dans « Coucher et laisser coucher » conclut : « Et avec un peu d’humour et de bonne foi, c’est le plaisir qui l’emportera sur les problèmes. » 

 

Les dessins d’Aloys sont osés, impertinents et drôles. J’aime beaucoup le coup de crayon et l’humour de cet artiste, de surcroît vachement sympa. On y voit notamment une partouze, sous le titre « Le Parti socialiste genevois, toutes tendances confondues ».

 

Se positionner à gauche est, pour moi, un postulat pour défendre une société de plaisirs. Dans cette logique, je vois d’un bon œil le développement d’une gauche bonobo et drôle de surcroît. 

Causes communes.JPG

 

 

17:17 Publié dans Humour | Tags : humour, sexe, sexes, politique, ps | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.