31/10/2010

Décès de Georges Haldas, Une sacrée page se tourne

Jeune, je jouais de la musique dans un sous-sol du Boulevard Carl-Vogt. Dans le même coin, je fréquentais les bistrots avec mes potes. À 21 ans, je m’établis sur ce boulevard de Genève, au-dessus du resto de la « Boule d’Or ».

 

C’est dans ce quartier populaire et animé que je rencontrai à de multiples reprises l’écrivain Georges Haldas. Il noircissait des feuilles de papier au café « Chez Saïd », en zyeutant le papelard de tout prêt, vu ses problèmes de vue. Je le croisais aussi fréquemment dans le parc du Musée d’ethnographie, sis dans la même rue. Il flânait et méditait sur les bancs, pensant certainement à ses prochains écrits.

 

Ce poète relatait les histoires simples de la vie, témoin de son époque et de son environnement. Avec beaucoup d’humour et de bon sens, il s’intéressait aux êtres humains et à leurs histoires. C’est certainement grâce à cette humanité, qu’Haldas s’engagea humblement pour la paix et pour l’autodétermination des peuples, dont particulièrement celui de Palestine.

 

« Les morts, quand vous les oubliez, vous les tuez une deuxième fois. », disait-il. Vu son œuvre, la récidive n’est pas à l’ordre du jour.

haldas.jpg

 

 

11:10 Publié dans Culture | Tags : haldas, ecriture, culture | Lien permanent | Commentaires (0)

30/10/2010

Nîmes réconciliée avec le taureau

Je signe le manifeste « Pour Nîmes réconciliée avec le taureau, la nouvelle ère de Nemausus ». Nous nous rendons souvent dans cette ville magnifique, fleurant bon l’esprit occitan provençal.

 

La nouvelle ère de Nîmes ne se conçoit qu’à l’échelon de grands défis de la planète. Comme celui de trouver une alternative au modèle de prédation aveugle à l’origine de la crise écologique, financière, économique, alimentaire, énergétique, morale, sociale …

 

L’humain doit développer une éthique dans sa relation au vivant, c’est une question de survie.

 

La tauromachie va à l’inverse de cette humanisation de nos pratiques et de la nécessaire éducation à la non-violence de nos enfants.

 

Le sang ne doit plus assombrir les arènes de Nîmes.

 

Nîmes doit devenir un des foyers de la civilisation du XXIème siècle où la réconciliation de l’homme avec la nature est un passage obligé vers une terre apaisée. La cité possède toutes les intelligences et les énergies, toute la créativité, pour entrer dans une nouvelle ère.

 

Elle peut rejoindre les forces vives du renouveau mondial.

 

Il est urgent pour Nîmes de se réconcilier avec le taureau. Un taureau né pour une vie paisible au sein de son troupeau, et non pour le « combat ».

 

Mettre fin à la tauromachie, c’est une nouvelle façon d’habiter la ville, de la magnifier en retrouvant son identité racine. Ne s’est-elle pas bâtie autour d’un symbole de vie ? La source du sanctuaire celtique, le nemeton, et d’où le nom de Nemausus tire son origine ?

 

Nîmes peut maintenir la feria en se passant de la corrida. Avec son dieu de la source, Nîmes est vouée à devenir une cité engagée dans la protection de ce trésor menacé sur toute la planète : l’eau.

 

Il existe une alternative à la tauromachie. C’est le « Festival de l’eau ».

 

La brillance de la civilisation, voilà l’habit de lumière de Nîmes.

 

Ré-enchantons Nemausus ! Absolument.

 

http://www.anticorrida.com/manifestation/cercle-de-silenc...

corrida_humanite.jpg

 

 

29/10/2010

Le monde en délire : 29 octobre 2010

Lausanne, banlieue de Genève

 

Sur Facebook Christian Levrat (Président du Parti Socialiste Suisse) écrit : En route vers Lausanne pour le congrès du PS : discussion et adoption du programme du parti, débat sur l'initiative pour la justice fiscale, mot d'ordre sur l'initiative UDC, Micheline (Calmy-Rey) sur ses terres ou presque, premier discours de Simonetta (Sommaruga) en tant que Conseillère fédéral. Un programme parfait pour un week-end pluvieux (…)

 

Je lui poste le commentaire suivant : Sympa de refiler du terrain aux Genevois-es. Nous allons enfin avoir de la place pour construire du logement.

 

 

Faites l’amour, pas les magasins :

Non à l’extension des horaires d’ouverture des magasins à Genève

faites.jpg

Le vengeur mosquée

 

Oussama Ben Laden demande à ses amis de le tuer si les Américains lui mettent la main dessus.. Pour une fois, il ne veut pas tuer des innocents.

 

15:50 Publié dans Humour | Tags : humour | Lien permanent | Commentaires (0)

25/10/2010

Le monde en délire : 25 octobre 2010

Mohammed VI n’aime pas rire

On le savait, le Roi du Maroc n’est pas un rigolo et n’aime pas l’opposition. Etouffé par la censure et le boycott financier, notamment publicitaire, le magazine libre et critique marocain « Nichane » est mort.  Son rédac en chef avait d’ailleurs été condamné pour avoir écrit un article sur la thématique « Comment les Marocains rient de la religion, du sexe et de la politique. » Dans le si beau pays de Mohammed VI, il ne fait pas bon vivre pour celles et ceux qui veulent ouvrir leur gueule.

nichane.jpg

T’ Iran

« Nous n’avons aucun homosexuel. Ça n’existe pas dans notre pays. », dixit Mahmoud Ahmadinejad, le tyran de Téhéran. Par contre, au niveau des enfoirés immondes, il y a au moins un en Iran.

 

Contre la pénibilité au travail !

sarko.jpg

A gauche de l’extrême-droite, de quoi perdre le nord

Le 4 novembre 2009, dans la Julie, l’ancien fondateur de l’UDC genevoise Soli Pardo critiquait le Mouvement Citoyens Genevois (MCG), le jugeant : « trop à gauche ». Etonnant pour un parti d’extrême-droite. En octobre 2010, le même Pardo adhère au MCG. De là à croire que Pardo se gauchise ??? Il faut reconnaître que c’est difficile d’être plus à droite que Soli Pardo.

19:02 Publié dans Humour | Tags : humour | Lien permanent | Commentaires (0)

24/10/2010

Censure en Sarkozie : Banier de crabes

La RATP, à la botte du régime Sarkozy, censure dans ses sites l’affiche du nouveau spectacle des Deux-Anes, à Paris : « Banier de crabes », faisant allusion à Jean-Marie Banier, l’un des protagonistes de l’affaire Bétancourt, source de financement abusif de l’UMP.

 

Les Deux-Anes sont connus pour ses spectacles bon enfant. Légèrement irrévérencieux, c’est déjà trop pour les culs-pincés dirigeants aujourd’hui la France. Quel gâchis au pays historique de la liberté.

 

Hier, Coluche, Reiser ou le Professeur Choron défiaient la censure française. Désormais, mêmes les Jacques Mailhot et les Pierre Douglas subissent la répression, alors que leur humour est gentillet.

 

Espérons que Voltaire aura raison : « C’est le propre de la censure violente d’accréditer les opinions qu’elle attaque. »

banier de crabes.jpg

 

02:10 Publié dans Humour | Tags : humour, censure, ratp, banier | Lien permanent | Commentaires (0)

18/10/2010

BFM, la Brasserie des Franches-Montagnes

Ai visité avec plaisir la BFM jurassienne … la Brasserie des Franches-Montagnes.

 

Depuis ses plus jeunes années, Jérôme Rebetez rêvait de devenir brasseur. Etudiant en œnologie, il participa au concours télévisé « Le rêve de vos 20 ans »  et gagna. Avec le pécule remporté, il ouvrit la Brasserie des Franches-Montagnes en 1997. A 23 ans, il devint l’un des leaders de la bière artisanale en Suisse.

 

Le « New York Times » élève aujourd’hui l’une de ses bières « L’Abbaye de Saint Bon-Chien » au stade de « l’une des meilleures bières du monde ». Celle-ci est vieillie, durant près d’un an, dans des fûts de chêne ayant contenu préalablement du pinard ou des eaux-de-vies. Cette bière, créée en l’honneur de l’ancienne chatte de la brasserie, prend le goût vineux des tonneaux et des reflets rouges-ambrés.

 

La visite se poursuit … « La Brouette » est une bière ambrée, bio et fruitée, aux extraits de thé vert. Le tea time jurassien ! « La Salamandre » est la bière blanche du coin, brassée avec du blé du Jura. « La Meule » est une blonde à la sauge, avec des touches de houblons et de gingembre. « La Cuivrée » à fermentation haute est parfumée aux houblons avec une harmonie d’agrumes. « La Torpille » est une brune maltée. « La Cuvée Alex le Rouge » est dédiée au Révolutionnaire Alex le Rouge, membre fondateur de la SMABE, Société Mondiale des Amateurs de Bières Extrêmes, les bibines au-dessus de 10 degrés. « La Mandragore » est une bière noire d’hiver, brassée avec de l’épeautre et mélangée avec des malts. « La Dragonne » est une bière épicée, à boire chaude après une journée neigeuse dans les Franches-Montagnes.

 

La dégustation est assurément longue, chaleureuse et conviviale. Un beau reflet du Jura !

BFM.JPG
Photo : Christian Brunier, 2010

 

20:04 Publié dans Gourmandise | Tags : bfm, bière, brasserie | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2010

20% d’éolien en 2030

Dans le registre des bonnes nouvelles, nous pouvons signaler un rapport du Global Energy Wind Council et de Greenpeace estimant le potentiel éolien. Selon cette analyse pointilleuse, l’énergie éolienne pourrait atteindre 20% de la production énergétique mondiale d’ici 2030.

 

Cette évolution favorable de cette énergie très verte engendrerait une économie de plus de 43 milliards de tonnes de CO2 d’ici 2030. La production de ces 5'400 TWh/an est jugée comme exagérée par la prudente et conservatrice Agence internationale de l’énergie. Mais cet organisme a toujours sous-estimé les énergies vertes et toutes ses projections concernant l’éolien ont toujours été largement dépassées.

 

L’éolien est une énergie positive pour la nature et douce pour l’humanité. Nous devons la soutenir avec vigueur et engouement.

Vache et éolienne.JPG

Photo : Christian Brunier, 2010

 

 

 

 

12/10/2010

Le monde en délire : 12 octobre 2010

COCOrico !

 

La dessinatrice Coco remporte le Grand Prix 2010 de l’humour vache du Salon international du dessin de presse d’humour de Saint-Just-le-Martel. Mine affûtée de Charlie Hebdo, du journal Vigousse, de Rue 89, de Psykopat ou d’Agoravox, cette Haute-Savoyarde est un puits d’impertinence comme j’aime.

coce.jpg

 

Et la tendresse bordel

 

Lu dans le Nouvel Obs : Au beau milieu d’une séance interministérielle française sans fin, Jean-Louis Borloo quitte la salle. Le Premier Ministre François Fillion, étonné, lui demande où il va. « Au bordel, comme d’habitude ! », répond le Ministre Borloo. La finesse d’esprit caractérise vraiment l’humour franchouillard.

 

 

Parlement de guignols

 

Tiririca, un clown célèbre au Brésil, est le député le mieux élu du pays. De plus, deux footeux célèbres, Romario et Bebeto, font aussi une entrée remarquée au parlement. Pour une assemblée de guignols, autant prendre des professionnels !

Tiririca.jpg

 

 

Cantat (pas si) doux !

 

Après un séjour de prison bien mérité, Bertrand Cantat retourne sur scène pour chanter. Vu son passé, je le voyais plutôt batteur.

 

 

 

06:35 Publié dans Humour | Tags : humour | Lien permanent | Commentaires (0)

05/10/2010

Sexes et politique

Les journaux et revues politiques sont souvent chiants et poussiéreux. Les socialistes de la Ville de Genève décoiffent et donnent un nouvel élan à l’engagement politique en consacrant leur revue « Causes communes » à la thématique « Sexes et politique ».

 

L’édito clarifie rapidement le contenu de ce numéro, en titrant : « Halte aux castrations de la droite, osons une caresse de la gauche ». Cette introduction, c’est le cas de dire, prend la forme de préliminaires : « Nous avons choisi de donner au sexe une tonalité plurielle. SexeS donc en politique, de façon à englober les désirs, les fantasmes, les genres et les pluralités d’expression. Sexes donc avec un grand S comme … Socialistes. »

 

Au  niveau rédac, Virginie Studemann lance un Sexstorming, Isabelle Brunier évoque  les femmes dans l’histoire genevoise, Virgine Keller nous parle de maternité et paternité en politique, la sociologue Mélanie Battistini revendique plus d’égalité des sexes, Marie Gobits fait l’éloge de l’élégance, Martine Sumi Viret chante un couplet sur le féminisme, Manuel Tornare écrit sur les femmes dans le milieu très macho du sport, Pablo Garcia disserte sur transparence ou voyeurisme, Sébastien Bourquin traite le dossier de la prostitution et Sylvain Thévoz se lance dans une critique marxienne sur le machisme et le fantasme. Sami Kanaan passe l’épreuve de l’interview « Yes we Kanaan ». Il explique les liens entre sexe et politique : « (…) Il paraît que 70% des relations naissent au boulot. Ceci explique les endogamies. » L’anthropologue Ninian van Blyenburgh répond à l’épineuse question « Pourquoi les primates baisent-ils ? » : « (…) L’Occident a subi plusieurs siècles de discours anti-plaisir. La propagande judéo-chrétienne culpabilisante a réussi à nous faire avaler que chez l’Homme (sic), comme chez la mante religieuse, le puceron  et l’épinoche, le sexe ne sert qu’à enfanter, de préférence dans la douleur ! Elle nous a désappris à aimer l’amour. » Plusieurs associations prennent la parole dans ce magazine. Pascal Holenweg résume un article de « 20 Minutes » prétendant que les trois plus belles filles de Neuchâtel sont musulmanes. Et un argument de plus contre la burqa. La jeune Olga Baranova dans « Coucher et laisser coucher » conclut : « Et avec un peu d’humour et de bonne foi, c’est le plaisir qui l’emportera sur les problèmes. » 

 

Les dessins d’Aloys sont osés, impertinents et drôles. J’aime beaucoup le coup de crayon et l’humour de cet artiste, de surcroît vachement sympa. On y voit notamment une partouze, sous le titre « Le Parti socialiste genevois, toutes tendances confondues ».

 

Se positionner à gauche est, pour moi, un postulat pour défendre une société de plaisirs. Dans cette logique, je vois d’un bon œil le développement d’une gauche bonobo et drôle de surcroît. 

Causes communes.JPG

 

 

17:17 Publié dans Humour | Tags : humour, sexe, sexes, politique, ps | Lien permanent | Commentaires (0)

03/10/2010

Elisabeth Guigou avoue ne pas utiliser assez l’humour en politique

 

Elisabeth Guigou est une figure du socialisme français, née à Marrakech en 1946. Bourrée de diplômes, elle a été Conseillère régionale, Députée, Députée européenne et à plusieurs reprises Ministres (Affaires européennes, Justice, Emploi et Solidarité), tout en continuant son militantisme en faveur des libertés et de la justice sociale.

 

En tant que Ministre de la Justice, elle a fait notamment adopter le PACS, une importante loi contre la corruption et la loi contre la double peine. Militante pour le droit des femmes, elle est la cofondatrice de « Femmes d’Europe ». Femme de cœur, elle s’est engagée très fortement au sein de la Fondation « Agir contre l’exclusion » ou du Groupe d’amitié entre la France et le Maroc.

 

Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, dont « Le sacre du temps libre », « Je vous parle d’Europe » ou « Rallumer les Etoiles ».

 

Aimant l’autodérision, elle avoue pourtant ne pas utiliser assez l’humour dans vie politique. Mieux vaut tard que jamais …

 

Christian Brunier : Quelle est ta définition de l’humour ?

Elisabeth Guigou : L’autodérision.

 

Christian Brunier : Utilises-tu l’humour pour promouvoir ton idéal politique ?

Elisabeth Guigou : Pas assez !

 

Christian Brunier : Pierre Desproges disait : « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde ». Est-ce vrai en politique ?

Elisabeth Guigou : J'inverserais « On peut rire avec tout le monde, mais pas de tout. »

guigou.jpg

 

09:44 Publié dans Humour | Tags : guigou, humour | Lien permanent | Commentaires (0)