21/01/2011

Discours en Amérique latine

Je lis les discours prononcés par Jean Jaurès en Amérique latine en 1911, préfacés par Jean-Luc Mélanchon et édités par Bruno Leprince dans la collection « Politique de gauche ». Entre mi-juillet et fin octobre 1911, le socialiste parcourut l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay, un peu le même parcours que nous avons couvert, de façon bien plus raccourcie et beaucoup plus rapide, en 2009.

 

Durant ce périple, il aligna les conférences et les discours regroupés dans cet ouvrage. Guidé par la liberté et la justice, Jaurès prit ses distances avec l’Eglise omniprésente sur le continent sud-américain : « Le christianisme proclamait l’égalité pour tous, mais au ciel. La Révolution et la démocratie, elles ont proclamé cette même liberté, cette même égalité, ici, sur cette terre et pour tous. »

 

A travers ses déclarations, je ne peux que souligner l’avant-gardiste de cette personnalité, qui a façonné le socialisme démocratique et l’humanisme politique. Il portait un projet global, mélange de luttes pour défendre les êtres humains et d’idées novatrices pour créer un avenir plein d’espoir. A méditer au moment même où trop souvent la politique se résume aux slogans creux, au carriérisme personnel et aux petites phrases chocs.

 

 

Au plus profond de votre cœur …

 

Clôture de mon discours de lancement de la campagne des élections nationales devant l’Assemblée générale du Parti socialiste genevois :

 

« Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. » Ce message est de Che Guevara et oriente nos perspectives. En AVANT pour que notre campagne soit porteuse de cette lutte et d’une belle victoire !

A.jpg
René Longet et Christian Brunier (Photo : Demir Sönmez)

Commentaires

Je vote PS. Mais avec ce type de discours, je risque fort d'être le dernier dans mon immeuble.

Citez Che, Lénine ou Rosa si vous le voulez. Mais vous ne toucherez guère plus que les étudiants de 1ère année du Bachelor de Sciences Po, et encore, c'est pas sûr.

Dans mon quartier, le MCG est devant la Migros tout les samedi. Leur discours ne casse pas des briques. Mais ceux à qui ils parlent n'ont pas lu James Joyce dans le texte non plus. Les propositions MCG sont simples, vous le savez, et risquent malheureusement de faire mouche.

Quant au PSG, vis-à-vis du dumping salarial, de l'accès à l'apprentissage, du prix des places dans les crèches, de la sécurité, du logement, des transports, de la dépendance, du coût de la vie qui augmente, etc. que proposez-vous?

A force d'être déconnectés de la réalité (Chavez par ici, Morales par là), les formations d'extrême gauche ont quitté le National, puis le Grand Conseil, remplacées par les UDC-MCG. Vous allez droit dans le mur avec vos histoires. Pourtant tout le monde vous le dit. Et depuis 2007, il n'y a pas un chercheur en sciences économiques et sociales en France qui n'a pas avisé le PSF des dangers qu'il encourait, au niveau national, à s'éloigner des maux dont souffrent les classes populaires et moyennes.

Bien à vous camarade.

LK.

Écrit par : Kloti | 21/01/2011

Les commentaires sont fermés.