11/02/2011

A l’Alhambra de Grenade …Un p’tit parfum de paradis !

Le poète Ibn Jaya comparait l’Espagne musulmane au Jardin du paradis : « O gens d'Al-Andalus ! Vous êtes bénis de Dieu !  Avec votre eau, votre ombre, vos rivières et vos arbres, le jardin du paradis n'existe que dans vos demeures. Et si je devais choisir, je me contenterais de celui-ci. Ne croyez pas que vous entrerez demain dans le feu éternel. On n'entre pas l'enfer après avoir vécu le paradis»

 

La visite de l’Alhambra de Grenade s’inscrit parfaitement dans cette vision paradisiaque. L’Alhambra - la citadelle rouge, en arabe « Al-hamra » - regroupe plusieurs palais construits principalement par la dynastie nasride. Son élaboration date du 13ème siècle. Nous avons les yeux tout ébouriffés en voyant tant de merveilles. Les Suisses étriqués ayant voté pour interdire les minarets devraient passer par ce site pour s’ouvrir à la civilisation musulmane et constater les beautés créées par le monde arabe.

 

Alhambra.JPG
Photo : Christian Brunier, 2011

La Sultane de Grenade - épouse de l’Emir Abû `Abd Allâh “az-Zughbî” Mohammed ben Abî al-Hasan `Alî, dit Boabdil - et un membre de la famille rivale des Abencerrages vécurent un coup de foudre hors du commun. Les tourtereaux de cet amour interdit se donnèrent rendez-vous dans les Jardins de l’Alhambra, à l’ombre d’un cyprès imposant. Leur rencontre fut torride. Pour cette passion, l’amant fut exécuté. Depuis ce grand arbre, dont seul le tronc ancestral a survécu, est connu sous le nom de Cyprès de la Sultane.

Les jardins sont époustouflants. Pour la civilisation musulmane, le jardin est l’évocation de l’harmonie universelle et l’image du paradis. Là encore, nous nous promenons au cœur de l’une des merveilles du monde.

 

Nous visitons aussi l’expo Matisse consacrée à l’Orient et à l’Alhambra. La palette des couleurs de l’artiste accompagne si bien ce lieu magique.          

 

Après 4 heures de découverte, nous allons au Parador de Grenade « Parador national San Francisco », sis à l’intérieur de l’Alhambra. Sur une terrasse verdoyante et ensoleillée, nous dégustons un assortiment de fromages locaux accompagnés d’un Cava (vin blanc pétillant) et d’un excellent Rioja.

 

Petit retour à l’hôtel avant de parcourir le quartier animé d’Albaicin, où nous avons déjà dîné le soir d’avant. Ce quartier vivant est accroché sur la colline faisant face à l’Alhambra. Il a été l’un des bastions des Républicains espagnols contre le sanguinaire Franco. Ce p’tit coin, aux rues tortueuses, possédait 30 mosquées. Elles ont été remplacées par une multitude de bistrots et de boutiques. Les gitans de Grenade vivaient autrefois dans les grottes de ce monticule. Ils organisaient chaque soir des fêtes de flamenco, gage d’une ambiance chaude et gaie.

 

Le soir, nous dînons à « El Botanico », un resto du centre-ville de Grenade spécialisé dans la cuisine du monde. La créativité est au rendez-vous dans ce bistrot branché, se trouvant en face des jardins botaniques de l’université.

 

Notre amie Fabienne Bugnon fêtant son anniversaire, nous lui envoyons un message. Elle nous répond et nous apprend la démission du dictateur égyptien Hosni Moubarak. Une bonne nouvelle ne vient jamais seule …

Moubarak dégage.jpg

 

22:57 Publié dans Voyage | Tags : grenade, paradis, moubarak | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.