05/05/2011

Hommage à notre ami Rudy Jaussi

Rudy Jaussi, un acteur qui protestait

 

« Un peuple libre et souverain naît de l'exigence d'un meilleur vivre ensemble, du choix de rester dans son pays en acteur qui proteste, non en spectateur qui consomme et se la boucle. » Cette déclaration de l'écrivain Driss Ksikes,  je la lis, dans "Libération", quelques minutes avant d'apprendre, par téléphone, la mort brutale et inattendue de mon ami Rudy Jaussi. Si cette phrase m'a frappé dans ce moment de stupeur, c'est qu'elle résume parfaitement l'éthique et les engagements de Rudy.

 

Rudy ne restait jamais en spectateur qui consomme et se la boucle. Il avait le courage d'être un acteur qui proteste. Homme de conviction, Rudy ne restait à aucun moment insensible aux malheurs des autres. A chaque fois, il répondait présent pour gagner un bout de justice sociale, contribuant toujours, avec énormément de pudeur et de modestie, à améliorer le sort de l'être humain. Il faisait partie de ces justes, malheureusement trop rares, dédiant leur existence à semer le bien autour d'eux.

 

J'ai eu le plaisir de côtoyer Rudy sur différents terrains. Dans le monde syndical tout d'abord. Très impliqué auprès des travailleuses et travailleurs, il chassait la moindre injustice et veillait ardemment à défendre les droits, particulièrement des plus faibles. Malgré son caractère discret, Rudy ne cédait pas sur ses principes, mais savait négocier intelligemment et défendait un dialogue social constructif. Grâce à son engagement, plusieurs personnes ont vu leurs conditions s'améliorer, trouvant une éclaircie dans un ciel trop gris. Il ne claironnait pas son militantisme, pourtant d'une grande efficacité. Au sein du Conseil d'administration de SIG, en tant que représentant élu par le personnel, il portait haut la voix des collaboratrices et collaborateurs, toujours avec des argumentations approfondies et convaincantes.

 

Politiquement, je me suis retrouvé avec Rudy au sein du Parti socialiste, militant avant tout, mais aussi élu au Conseil municipal de Thônex. Il était un digne héritier des Jaurès et Blum. Fidèle aux valeurs les plus nobles de cette gauche démocratique, Rudy était présent dans tous les combats renforçant la dignité humaine. Dans le monde associatif, nos chemins se sont aussi croisés. Là encore, il se mobilisait pour défendre les droits humains, la liberté de ses congénères le faisant vibrer.

 

Finalement, Rudy était l'un des plus brillants cadres de l'ingénierie des Services industriels de Genève. Passionné par la technique, il trouvait toujours, dans la sérénité, une solution aux problématiques les plus compliquées. Dans ses fonctions de management, il se souciait en permanence des richesses humaines, contribuant à chaque occasion à améliorer la motivation et la satisfaction des équipes. Un dicton populaire affirme que les meilleurs partent en premiers. Rudy donne malheureusement raison à ce proverbe.

 

Rudy, en nous quittant  à 50 ans, tu laisses toutes les personnes qui t'ont cotoyé dans une profonde peine. J'ai une pensée toute particulière pour tes enfants et ton épouse, qui représentaient tant pour toi. Je me rappelle encore l'amour et la tendresse que tu exprimais lorsque tu me parlais d'eux.  Tu resteras pour beaucoup, et pour moi assurément, un modèle d'humanisme et d'intégrité et une source d'inspiration quotidienne par ton exemplarité. Salut l'ami ! 

 

Christian Brunier

Les commentaires sont fermés.