12/06/2011

Tranche de vie : 11 juin 2011

« Il faut aimer son siècle et ne pas avoir peur de l'avenir. »

Yann Arthus-Bertrand

Burki110611.jpg

J'envoie un message au dessinateur de presse Burki : Magnifique dessin ! Je rêve d'une Suisse ayant le même sens de l'humour que Burki !

 

A travers le monde, dans la rue comme dans les salons, il est de bon ton d'admirer le livre du vieux résistant Stéphane Hessel : « Indignez-vous ! ». A Genève, la majorité de droite et d'extrême-droite vote une loi restreignant la liberté de manifester et abîmant, en conséquence, l'Etat de droit ! Manifester est un droit humain éminemment respectable. En se servant, de manière populiste, des excès de violence intolérables, fort rares heureusement, du Black Block, pour limiter cette belle liberté de dire NON, la majorité du parlement cantonal salit l'image de Genève, symbole du respect des Droits de l'Homme. C'est grave ! Le référendum populaire s'impose !

 

Alain Juppé n'étant pas en position d'être candidat aux Présidentielles françaises, Jacques Chirac annonce qu'il votera pour le socialiste François Hollande. Pour faire chier Sarkozy, il est capable de tout. Vas-y Jacquot !

 

Pour instaurer son fameux bouclier fiscal, un gigantesque cadeau aux très riches, Nicolas Sarkozy avait argumenté, sans décence, sur la valorisation de la réussite, ajoutant : « Je n'ai pas été élu pour valoriser l'échec. » Quatre ans plus tard, il supprime ce cadeau ruineux pour les finances publiques. Valorise-t-il désormais l'échec ?

 

Il y a 141 piges, la marque de bières Amstel était créée à Amsterdam. Elle prit le nom de la rivière Amstel, dont l'eau était utilisée à sa réfrigération.

 

Sur Facebook, j'adhère au Comité de solidarité avec la lutte du peuple égyptien et à l'Intercollectif de solidarité avec les luttes des peuples du monde arabe. Depuis le geste ultime du Tunisien Mohamed Bouazizi, jeune chômeur qui s'est immolé le 17 décembre 2010, une vague de soulèvements révolutionnaires inédits, pacifiques et populaires, s'est emparée du monde arabe, exigeant que « dégagent » des systèmes dictatoriaux dont la si longue survie aurait été impossible sans l'ingérence et la complicité active des puissances occidentales et de leurs alliés. Après la Tunisie et l'Égypte, les peuples de tout le monde arabe ont engagé une lutte héroïque et déterminée pour faire vaciller ces vieilles dictatures, pour faire valoir leurs droits à la liberté et à la dignité. Et en Palestine, la longue lutte du peuple pour l'auto-détermination, le droit au retour des réfugiés et de leur famille, retrouve une nouvelle vigueur. Des mobilisations sociales sans précédent ont vu le jour : toute une jeunesse manifeste, hommes et femmes, rejointe par les classes populaires et moyennes brimées. Le processus révolutionnaire y articule aspirations et revendications politiques pour l'accès aux libertés fondamentales et revendications économiques et sociales (salaire minimum garanti, fin de la précarité des statuts des travailleurs, droits à la sécurité sociale, à des indemnisations chômage et à un logement décent, à la santé et à une éducation de qualité.) L'aspiration à jouir des droits civiques et des libertés démocratiques - individuelles et collectives -, l'exigence de conditions de vie compatibles avec la dignité humaine, le droit inaliénable des peuples à disposer d'eux-mêmes s'imposent. Partout, les manifestants clament : « Nous avons pris la parole. Pas de retour en arrière ! » Il est de notre devoir de soutenir ce vent de libertés.

 

Dixit mon épouse à mon propos : « T'es tellement positif que j'ai parfois l'impression de vivre au pays des Bisounours. » Positif oui, mais pas naïf ! Capitalisons sur les bons moments et mettons de côté les plus mauvais. C'est ainsi que nous construisons le bonheur.

 

Nous déjeunons au « Merci Cinéma Café » de Paris, un petit bistrot branché, dans un décor de cinéma, servant des plats du terroir, avec du goût et de l'originalité. Vachement cool !

 

Nous répondons à l'appel de la société civile japonaise pour une journée d'action internationale, en manifestant dans les rues de Paris.  Aujourd'hui, 11 juin 2011, trois mois se sont écoulés depuis le début de la catastrophe de Fukushima et la catastrophe écologique continue.

 

Direction Théâtre du Spendid. Multiplication d'éclats de rire pour la pièce « Mission Florimont » de Sacha Danino et Sébastien Azzopardi. Cinq comédiens délirent à une vitesse supersonique. Un gag par seconde ! Proche de l'humour des Monty Python, cette comédie historique joue avec les décalages et les anachronismes. Pas étonnant qu'elle ait été nominée pour les Molières 2010 dans la catégorie « Meilleure pièce comique ».

 

Dîner dans l'un des restos italiens les plus réputés de Paris : l'Altro. Vous le découvrirez à la Rue du Dragon, à Saint-Germain-des-Prés. Le bistrot possède un décor industriel branché, lui donnant une superbe esthétique. Nous choisissons un Mousseux avec des framboises concassées pour l'apéritif. Les légumes de saison flambés et Mozzarella marquent le lancement du festin. Les flammes montent de manière spectaculaire dans la cuisine vitrée, laissant le client admiré le travail de titan du jeune chef. Le feu bonifie le goût des légumes et leur offre un niveau de cuisson idéal. Enchaînement avec des pennettes à la crème, au citron et aux herbes. Le Tense D.O.C. « Sassella » de Nino Negri, un viticulteur de Lombardie, accompagne avec douceur ce beau menu. Il s'agit d'un Chiavennasca, variété de Nebbiolo de la Valtellina, chaleureux et suave. Pour finir, recommandation spéciale pour sa grappa à base de Nebbiolo.

 

Jazz pour finir la soirée. Nous descendons dans le Caveau de la Huchette, une scène mythique de Saint-Germain-des-Prés. Les « Dixie Ticklers » sont au programme, un jeune groupe britannique de Dixieland. Les musiciens sont très jeunes, mais maîtrisent déjà bien leur matière. Ils sont plein d'entrain et communique leur plaisir de jouer à la salle.

09:40 Publié dans Tranches de vie | Tags : paris, brunier | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.