17/06/2011

Tranche de vie : 16 juin 2011

A peine debout, je lis le centième numéro de la revue « Pages de gauche », en mangeant une délicieuse tarte aux abricots, œuvre de ma femme. Je me délecte avec le gâteau et avec la lecture de l'article de mon copain Pascal Holenweg, intitulé : « La politique est chose trop sérieuse pour être laissée aux gens sérieux ». Sa conclusion résume bien cet excellent écrit : « Si les révolutionnaires avaient été moins tristes, sans doute les victoires auraient-elles été plus heureuses. Ce que nous avons à faire, nous avons à le faire en riant. Des autres, évidemment. Mais de nous aussi. Ou de nous surtout ? » Je tente de m'engager dans mes combats politiques dans cet esprit de dérision.

 

Je participe au sondage de la Tribune de Genève : Les organisateurs des manifestations à Genève risquent une amende jusqu'à 100'000 francs en cas de casse. La liberté de manifester est-elle violée ? Je réponds évidemment Oui, étant impossible de maîtriser tout le monde. Les dirigeants des clubs sportifs paient-ils de telles amendes quand des supporteurs délirent ? La liberté de manifester est un droit élémentaire des droits humains. Les peuples des pays arabes le prouvent actuellement. Ne brimons pas nos libertés !

A quelques jours du départ en vacances d'été, il est temps de se mobiliser contre l'abandon des animaux de compagnie, acte d'égoïsme et de cruauté.

 

Abandon animaux.JPG

Les commentaires sont fermés.