10/07/2011

Tranche de vie : 9 juillet 2011

« L'humour ne s'apprend pas. C'est comme le jazz, une cadence intérieure.

On l'a ou on ne l'a pas. »

Guy Bedos

 

En entrant dans le tram, je retrouve une personne noire jonchant sur le sol. Personne ne bouge. Je secoue le type. Il ne bouge pas. J'alerte le chauffeur. Finalement, le mec se relève, bien bourré, les yeux dans le vide. Je trouve hallucinant le désintérêt de la foule pour les autres. Seul un type est venu nous donner un coup de main, alors que le tram est plein. Cet égoïsme me révolte et me motive à vouloir changer modestement un petit bout de ce monde pour le rendre plus sensible aux autres.

 

Des milliers d'Egyptiennes et d'Egyptiens retournent manifester sur la célèbre Place Tahir du Caire pour défendre leurs idéaux de liberté. Plusieurs semaines après avoir chassé l'autocrate Hosni Moubarak du pouvoir, ils accusent l'armée au pouvoir ad intérim de traîner les pieds pour réaliser les réformes voulues par la population, et faire avancer la justice. Sur les banderoles des protestataires, nous pouvons lire « Le peuple demande la réalisation des promesses arabes » ou « Notre révolution continue ». Mazhar Chahine, dirigeant la prière de vendredi dans la capitale égyptienne, a appelé les manifestant-e-s à « continuer d'œuvrer à la réalisation des nobles objectifs de la révolution que sont le changement, la liberté et la justice sociale. »

 

Facundo Cabral chantait la liberté et la lutte contre l'extrémisme de droite. Cet esprit libre a été assassiné, mitraillé par des inconnus depuis une voiture, au Guatemala. Militant de la paix, il avait été distingué par l'Unesco, qui l'avait nommé Messager mondial de la paix. L'exécution sommaire de ce troubadour irrévérencieux de la pampa est un attentat contre la culture. « Pleurer parce que quelqu'un est mort, c'est manquer de respect pour la vie », aimait-il dire. Nous ne chialerons donc pas, respectant trop la vie, mais nous espérons que la justice sera rendue sans magouille et que ces gros salauds dormiront vite sous les verrous.

 

Un resto parigot lance la DSK, faisant un clin d'œil aux grosses envies sexuelles de Dominique Strauss-Kahn. Ce nouveau produit est un hotdog comprenant une saucisse extra large. Et la Clinton, c'est avec de la béchamel ?

Les commentaires sont fermés.