25/07/2011

Simplement de l’humanité pour lutter contre l’insécurité

En sortant de table, à Ostende, sur la côte flamande, nous voyons au loin deux jeunes se bagarrant sauvagement. La foule regarde béatement. Cette lâcheté, mêlée à un égoïsme poussé à son paroxysme, me scandalise.

 

Je coure à travers la route, saute le mur, et vais séparer, avec un jeune black, les deux combattants. L'un d'eux est bien esquinté. Dès notre intervention, la violence se calme. L'un se barre rapidement. L'autre est blessé. A vrai dire, il s'est fait agresser à coups de chaînes. Des marques le prouvent aisément. Un autre individu a aussi participé à ce cassage de gueule, mais a fui avant mon arrivée.

 

Nous appelons les flics. Nous attendons et réconfortons l'agressé et sa petite amie. Les policiers n'arrivent pas. J'arrête un véhicule des douanes. Les deux douaniers, à moitié abrutis, me répondent que cette affaire n'est pas de leur « compétence » et qu'ils ne peuvent pas alerter la police. Voyant un motard de la police sur la route, je fonce pour l'interpeller. L'agent a l'air de s'en foutre. Je demande un apport de soins au blessé, celui-ci ayant plusieurs plaies et ecchymoses. Le flic est à moitié à l'ouest. Motivation au-dessous de zéro. Il a de la peine à prendre le signalement des voyous, se bornant à nous conseiller d'aller déposer plainte à un kilomètre et demi d'ici.

 

Nous embarquons le jeune agressé et sa copine, et les amenons au poste. On nous oblige à faire la queue, alors que le jeunet a ses habits en lambeaux. Je demande une prise en charge du jeune. Personne ne bouge. Inefficacité totale de la police. Je proteste contre cette incapacité et souligne que la police semblait plus vigousse pour me coller, avant-hier, pour un mauvais stationnement. La police belge est lamentable, me faisant même regretter la police genevoise.

 

Si la population était plus solidaire, si la police était plus efficiente, l'insécurité baisserait sensiblement. Davantage d'humanité et d'intérêt pour les autres génèrent de la sécurité et améliorent la vie de chacune et chacun.

Commentaires

Une vulgaire histoire belge.

Écrit par : Déblogueur | 25/07/2011

Tout à fait d'accord avec vous. Trop de gens passent à côté en détournant la tête, ou au contraire ralentissent pour voir, mais surtout sans intervenir, par peur de prendre des coups. Et c'est la même chose partout, pour la non-intervention dans la bagarre comme pour le refus de salir ses coussins en prenant en charge des blessés. Je l'ai vu aussi bien en Europe qu'en Afrique, pourtant bien plus solidaire... En théorie.
Mais cela ne date pas d'hier. Il y a une cinquantaine d'années en vacances à Stresa, avec ma mère, nous avons assisté depuis la terrasse de notre chambre d'hôtel à une bagarre sur le trottoir d'en bas opposant deux types, très violemment, entourés d'une bonne vingtaine d'autres... qui les encourageaient !
j'étais môme, et ça m'a choqué.
A l'inverse, j'ai aussi assisté à un lynchage, en Haïti, les flics regardant ostensiblement ailleurs. Un vieux papy sorti d'un tap-tap (les taxis-brousses) parce que quelqu'un croyait avoir reconnu en lui un tonton-macoute. Il était bien trop vieux pour se défendre et a été battu à mort par la foule, en quelques minutes. Je n'ai rien osé faire d'autre que prendre des photos, puisque même les flics présents n'intervenaient pas. Moi, seul blanc dans le coin, dans une atmosphère explosive. Aurais-je pu lui sauver la vie si j'étais intervenu ?
Heureusement, dans les rues de Genève, nous ne sommes pas dans ces situations extrêmes, mais le mieux c'est encore une présence policière efficace et professionnelle... Qui ne soit pas lassée non plus d'arrêter des gens qui sont relâchés quelques heures après par la justice.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/07/2011

Cher Monsieur, la plupart du temps, quand vous essayez de stopper une agression, c'est vous qui finissez sur le carreau...vu la violence des réactions de certains énergumènes, plus personne n'ose intervenir, non pas par lâcheté comme vous le dites benoitement, mais pas peur de perdre sa vie. Je ne vois absolument pas ce qu'il y a de chevaleresque à risquer sa vie pour des personnes qui n'en valent probablement pas la peine. J'ai bien dit probablement. Après l'attitude de la police est simplement habituelle, et ce dans toute l'Europe. Je pense qu'elle est tellement confrontée jour après jour à cette violence entre 'jeunes' qu'ils sont totalement insensibles. Je conçois bien, à lire rapidement quelques mots-clés de votre blog, que les rêves et les révoltes sont partie intégrante de votre être, mais je vous conseille, en toute amitié, de regarder le Monde tel qu'il est et pas seulement tel que vous voudriez qu'il soit.

Écrit par : Courant alternatif | 26/07/2011

Les commentaires sont fermés.