09/09/2011

Le Printemps arabe n’a pas encore eu lieu à Genève

L'imam de la Mosquée de Genève, Rachid Farhat, s'est fait viré. Son crime : avoir évoqué, à mi-mots, les révoltes du Printemps arabe et partagé ses aspirations démocratiques. Cette liberté de ton n'a pas plu aux dirigeants de ce lieu saint, maqués avec la dictature d'Arabie saoudite.

 

Genève, ville de liberté et capitale des droits humains, ne peut pas accepter une telle attitude provenant de l'un des Etats les plus tyranniques de la planète. Les pétrodollars de ce pays ne peuvent pas être un blanc-saint à n'importe quelle attitude. Ce licenciement abrupt, contraire au droit du travail, n'est pas le premier abus d'autorité des patrons de la Mosquée provenant de la Ligue islamique mondiale. En 2007, quatre collaborateurs avaient déjà pris la porte abusivement, dont le porte-parole progressiste Hafid Ouardiri.

 

En promouvant le wahhabisme, l'Arabie saoudite impose la version la plus réactionnaire de la religion musulmane. Un Islam gravé dans le marbre, rigide, n'évoluant pas avec la société. Une antithèse des sources de cette religion, à l'époque la plus progressiste des religions monothéistes.

 

Genève est une démocratie libre. La religion musulmane prônée ici doit s'intégrer dans cette dynamique de libertés, émancipatrice pour l'humanité.  « Nulle contrainte en religion », dit le Coran, dans la Sourate 2, au Verset 256. Les dirigeants réactionnaires de la Mosquée de Genève devraient méditer cette sagesse, signée Mahomet.

 

Christian Brunier, anc. député genevois

Commentaires

Pour la première fois, je lit un socialiste qui ose aborder la question de l'Islam dans nos contrées.
Félicitations !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 09/09/2011

Vous avez raison de dénoncer la mainmise des saoudiens dans cette mosquée. Il n'y a pas que le verset du Coran cité qui devrait être médité, verset qui, cela dit en passant, émane de Dieu et non de Mohammed, qui lui, a laissé des hadiths. Ils devraient méditer tout le Coran et particulièrement les multiples versets qui parlent du châtiment réservé ici-bas et dans l'au-delà à ceux qui volent leurs semblables, qui les oppriment, qui commettent injustices et corruptions, aux hypocrites, etc... Les exemples de Ben Ali, Moubarak, Quaddafi et bientôt suivis (j'espère!) du non moins immonde Bachar el-Assad, devraient leurs servir de leçons! Mais il faut croire que l'orgueil et la puissance les rendent irrémédiablement sourds et aveugles!

Écrit par : zakia | 09/09/2011

Merci cher Ami pour cet excellent rappel que les musulman(e)s vivant ici et ailleurs ont oublié.

Quant on voit se qui se passe dans les pays arabo-musulmans les peuples tyranisés par des dictateurs implacables se font massacrer pour un tout petit peu de liberté en espérant que la vraie démocratie celle que leur enseigne le véritable islam (oui la consultation pour tout ce qui touche à la société et à l'individu) s'installe chez eux.

Et que font celles et ceux qui vivent ici en Suisse, pays où l'Etat de droit permet à chacune et chacun d'exprimer son opinion?

C'est honteux de le dire rien ou presque rien!

Pour la majorité silencieuse en acceptant ce diktat consulaire et ce téléguidage de l'étranger en toute inconsciene et indifférence ils "tuent" cette précieuse LIBERTE et pourtant ils savent que la spiritualité de l'islam ne peut se vivre que dans la totale liberté fondée sur la connaissance,l'intelligence, le respect et la solidarité du genre humain.

S'ils ne se réveillent pas pour changer cet état de fait dans une ville internationale et ouverte comme Genève c'est leurs enfants et les générations à venir qui en pâtiront.Ce serai très dommage et ils en seront responsables aux yeux des femmes et des hommes libres et aux yeux de Dieu.
Peut-être ainsi seront-ils effectivement utiles à celles et ceux qui luttent contre la terreur et la tyranie là-bas?

A bon entendeur salut!

Écrit par : Hafid Ouardiri | 09/09/2011

Voilà une personne qui ne connaît rien à l'Islam et au Qor'an et qui nous fait une exégèse!!! Que vous aimiez ou non l'Islam, c'est votre problème, mais ne tentez pas de donner vos propres interprétations, Merci!

Écrit par : Abou | 09/09/2011

Abou, peut-on savoir s'il vous plait à qui s'adresse votre commentaire et pouvez-vous le développer? D'avance merci

Écrit par : zakia | 09/09/2011

Monsieur Christian Brunier,

Je ne pense pas que Monsieur Rachid Farhat ai été viré pour la raison que vous invoquez, si cela était vraiment le cas la mosquée de Genève n'aurait pas accepter de ces invités, les imams venus de l'étranger durant le mois de ramadan, qui sont payés par la mosquée, nourris et logé, qu'ils abordent ce sujet d'actualité comme cela a été le cas. D'ailleurs le collègue de Monsieur Farhat, Monsieur Youssef Ibram, autre imam de la mosquée de Genève, a également évoqué les révolutions arabes dans chacun des sermons qui a suivi le fameux sermon qui aurait valu à Monsieur Farhat son renvoi ! Je suis un fidèle de la mosquée de Genève, j'aime lorsque je viens à la prière du vendredi que l'on me parle de spiritualité, or durant toute la période du "printemps arabe" je n'ai eu le droit qu'à des sermons belliqueux, prônant la résistance et la lutte contre les gouverneurs pervers des sociétés arabe, Arabie Saoudite comprise ! Alors il faut arrêter de dire que Monsieur Farhat a été viré à cause de son franc parler, c'est faux !

Meilleurs salutations

Écrit par : mistik | 12/09/2011

Vous rapportez tout à l'Islam c'est vraiment usant!

ce sont des problèmes politiques et autres problèmes de personnes. Il faut arrêter de tout confondre. Que la mosquée soit sous influence de l'Arabie Saoudite peut être j'en sais rien mais ça n'a rien à voir avec l'Islam.


"S'ils ne se réveillent pas pour changer cet état de fait dans une ville internationale et ouverte comme Genève"

n'oublions pas le rôle de la Suisse pendant la deuxième guerre mondiale... et cela ne fait pas si longtemps

Écrit par : aba | 13/09/2011

Les commentaires sont fermés.