30/03/2012

Miscellanées du 30 mars 2012

Le journaliste réac Eric Zemmour avoue : « Sarkozy a été élu pour être un Le Peniste raisonnable ». Encore une bonne raison de voter pour François Hollande !

 

Marine Le Pen prétend que la viande de l'Île de France est halal. Elle délire, pourtant son papa s'y connait question boucherie en Algérie.

 

Un sondage Ifop, réalisé pour le magazine porno Hot Vidéo, démontre que les votants de droite et du centre tendent à avoir une vie sexuelle plus morne que ceux de gauche. J'suis d'accord ... et ça m'arrange. L'insatisfaction sexuelle serait, en revanche, plus conséquente chez les électeurs des partis populistes. Leur frustration ne serait donc pas que politique.

 

L'Espagne rouge ... de colère ! La droite est au pouvoir depuis trois mois en Espagne. Elle a annoncé ses premières mesures. Inspirée par les thèses ultralibérales, son menu est une attaque frontale contre la solidarité nationale. La population déclenche une grève générale de protestation. La morale de cette histoire est qu'il faut bien réfléchir avant de voter !

 

« Quelles seraient vos trois priorités si vous étiez à la Présidence des USA », demande un journaliste à Madonna. L'artiste augmenterait les salaires du corps enseignant, vu la difficulté et l'importance de ce métier ; autoriserait les mariages gays et lèverait la censure  frappant son dernier clip. Madonna Présidente !

25/03/2012

Une femme socialiste au Conseil d’Etat genevois

Débat pour désigner une candidature à l'élection partielle du Conseil d'Etat genevois. Quatre candidat-e-s s'affrontent : Carole-Anne Kast, Anne Emery Torracinta, Thierry Apothéloz et Manuel Tornare. J'interviens en brodant sur cette base de texte :

 

Nous pouvons être fiers d'avoir quatre belles candidatures et donc le choix. D'autres grands partis n'ont pas eu cette chance.

 

Pour que la politique trouve du crédit auprès de la population, il est impératif que les partis disent ce qu'ils veulent faire et fassent ce qu'ils ont dit. Tenir nos promesses, respecter nos valeurs doit être la ligne du PS.

 

Dans l'article 2bis de nos statuts, il est stipulé « Dans la désignation de ses candidates et candidats  et la composition de ses organes, le PSG tend à réaliser le principe de la parité entre les hommes et les femmes. »

 

Dans le programme de législature 2009-2013 du PSG - notre programme ! - notre engagement envers les électrices et électeurs, les principes sont limpides :

Les Socialistes entendent continuer leurs efforts pour favoriser par tous les moyens disponibles la participation et la représentation politiques des femmes.

 

Le programme du Parti socialiste suisse réclame « un accès égal aux positions d'influence sur le plan politique. »

 

On ne serait être plus clair !

 

L'histoire du mouvement féministe converge totalement avec celle du Parti socialiste. Le PS a été le moteur de la promotion de l'égalité des sexes. Et les femmes ont été l'un des plus grands - si ce n'est le plus grand - soutien électoral de notre parti.

 

Pourtant, depuis près d'une décennie, le PSG n'a plus eu de femme au gouvernement cantonal. Pire, durant toute l'histoire de notre République, le PS n'en a eu qu'une seule : Micheline Calmy-Rey. Même certains partis très machos en ont eu largement plus.

 

Cette élection partielle doit être l'occasion d'encourager l'accession d'une femme. Nous en avons deux, compétentes, motivées et expérimentées. Dès lors, à compétences équivalentes, il est évident qu'une femme doit être choisie. Ce scrutin est une opportunité de respecter nos valeurs d'égalité et de parité, nous qui avons déjà un homme en place en la personne de Charles.

 

Certaines et certains nous invitent à ne pas être des ayatollahs de l'égalité des sexes ; que l'on pourra corriger le déséquilibre dans 18 mois, lors du renouvellement total du Conseil d'Etat. Lorsque Charles Beer est devenu le second socialiste mâle du gouvernement, on nous prédisait le même scénario. 10 ans plus tard, nous n'avons toujours pas tenu nos promesses de pluralité des sexes.

 

L'égalité, Cher-ère-s ami-e-s, doit être une constance et non une circonstance.

 

Respectons notre parole donnée aux électrices et électeurs du canton, et soutenons aujourd'hui une femme, malgré l'amitié sincère et l'admiration que nous pouvons ressentir pour Manuel (Tornare) et Thierry (Apothéloz).

 

Après une discussion nourrie, l'Assemblée générale vote pour ma candidate préférée : Anne Emery Torrracinta.

1302175757.jpg
Catherine Metford-Perroulaz, René Longet, Christian Brunier et Arnaud Moreillon
(photo : Demir Sönmez)

20/03/2012

Les socialistes genevois-es doivent respecter leur idéal d’égalité des sexes

Samedi prochain, au Congrès du PSG, les socialistes doivent désigner une candidature féminine pour l'élection partielle au Conseil d'Etat genevois.

 

Dogmatisme ultra-féminisme ? Intégrisme ? Non, juste respectueux de nos engagements et de notre programme. Dire ce que l'on fait ; Faire ce que l'on dit ; c'est la ligne qu'un parti doit suivre pour respecter ses électrices et électeurs.

 

Le PS incarne l'égalité des sexes. Les socialistes genevois-es s'engagent pour la parité et une représentation équitable des deux sexes en politique. Pourtant, durant toute l'histoire de la République et canton de Genève, les socialistes n'ont eu au gouvernement qu'une seule femme et seulement durant 5 ans, Micheline Calmy-Rey de 1997 à 2002. 

 

Désigner un homme, même talentueux et expérimenté, alors que des femmes tout aussi talentueuses et expérimentées sont candidates, serait une trahison des idéaux PS et des électeur-trice-s qui y adhèrent !

 

Je me battrai dans ce sens lors du Congrès du PSG le 24 mars prochain, malgré l'amitié sincère que j'éprouve pour Thierry Apothéloz et Manuel Tornare.

 

Christian Brunier, anc. Président du Parti socialiste genevois

18:41 Publié dans Politique | Tags : psg, socialiste | Lien permanent | Commentaires (0)

19/03/2012

Tuerie à Toulouse : Touche pas à mon pote !

« On est toujours l'étranger de quelqu'un. Apprendre à vivre ensemble, c'est cela lutter contre le racisme », dixit Tahr Ben Jelloun. 

 

Ce matin, un fou a tiré dans la cour d'une école juive de Toulouse, tuant des enfants. Il avait assassiné, ces derniers jours, des Français d'origines maghrébine et antillaise.

 

Les valeurs de la République « Egalité, Fraternité et Liberté » doivent être levées comme étendard contre le racisme.

 

Certains politiques ont banalisé la haine durant la campagne des élections présidentielles, dressant les citoyen-ne-s les uns contre les autres. L'unité du peuple français, berceau de la Déclaration universelle des droits de l'homme, doit barrer la route à ces idéaux communautarismes ne menant qu'à la division et au mépris.

 

En cette journée de peine terrible, croyons à la richesse de la diversité et non au rejet des autres.

 

Christian Brunier, anc. Président du PS genevois

1338879326.jpg

15/03/2012

Le respect plutôt que le blocage égoïste des carrefours

Genève étouffe sous les bagnoles. Chaque matin, chaque soir, quasiment tout le temps, un bouchon généralisé bloque notre belle Cité. Quotidiennement, comme pour alimenter les brèves de comptoir, les citoyens dégottent des coupables : « C'est la faute aux chantiers, à Künzler, aux ingénieurs de la mobilité, aux TPG, ... »

 

Certes, on ne développe pas massivement un réseau de tram et un axe ferroviaire sans provoquer quelques désagréments. C'est ainsi que l'on façonne une ville capable d'affronter l'avenir.

 

Mais, les plus grands responsables de ce capharnaüm sont souvent oubliés, lorsque le peuple convoque les « accusés » à la barre des discussions de bistrot.

 

Les automobiles forment la première cause du blocage de leurs consœurs. Le nombre de voitures explose dans la région genevoise. Etant l'un des plus importants pôles de développement d'Europe, les gens travaillant de plus en plus en ville et habitant à l'extérieur, les autos sont partout. L'équation est mathématique. Sur un territoire exigu, coincé entre le lac et les montagnes, impossible de multiplier (heureusement) les voies de communication. Sur un réseau évoluant peu, l'ajout d'un tas de voitures ne peut créer que des surcharges asphyxiant Genève.

 

Finalement, cerise sur le gâteau, l'un des responsables trop souvent impuni est le chauffard. Egoïste, impatient, il jette sa grosse bagnole sur le carrefour, alors que le feu est orange vif ou rouge clair. A chacun de mes déplacements, presqu'à chaque carrefour, un ou plusieurs conducteurs de la sorte bloquent la circulation et les transports publics. Pour gagner individuellement quelques secondes, ils en font perdre des dizaines aux autres.

 

Ce comportement est l'illustration de notre société individualiste, compétitive à l'excès et irrespectueuse des autres. La promotion du respect et de la solidarité est l'un des vaccins à cette forme de connerie humaine.

 

En attendant, quelques contrôles policiers, quelques amendes aux véhicules stagnant, en toute impunité, au milieu des carrefours pourraient fluidifier le trafic et rappeler à ces énergumènes que le respect, ça change la vie !

 

Christian Brunier, ancien Président du Parti socialiste genevois

Bouchon Rue Voltaire Genève.JPG

En entrant dans la Rue Voltaire, alors qu’il n’y a qu’une seule file, nous nous retrouvons à 4 bagnoles de front, dont deux clairement dans les voies d’en face. Blocage du carrefour assuré ! (Photo : Christian Brunier)

21:47 Publié dans Genève | Tags : circulation, mobilité | Lien permanent | Commentaires (2)

07/03/2012

La femme est l’avenir de l’homme …

Malgré mes 30 ans de politique (ne cherchez pas à me vieillir avec ma crinière grise, j'ai juste adhéré au Parti socialiste à 18 ans), je reste bercé par l'idéalisme et des valeurs fortes. Naïveté ? Idéalisme ? Un peu des deux. Envie surtout de redonner, modestement, les lettres de noblesse à la politique, salie par le mensonge, les magouilles, les numéros de langue de bois, les retournements de veste et les trahisons.

 

Le mouvement socialiste a écrit une partie des pages de son illustre histoire avec l'encre trempée dans les combats de l'égalité des sexes. Le PS a été de tous les combats pour donner les mêmes droits aux femmes qu'aux hommes. Droit de vote pour toutes et tous, égalité des salaires, droit à l'avortement, congé maternité, construction d'espaces pour la petite enfance, lutte contre les violences conjugales, ... Le courant socialiste a été à la pointe des avancées de l'émancipation des femmes. Même si le chemin à parcourir reste encore long, celui déjà parcouru a été énorme.

 

Les femmes le rendent bien au Parti socialiste. Une étude récente, en Suisse, a démontré la corrélation entre la mobilisation des femmes et les bons scores du PS.

 

Dans cette cohérence, le PS a inscrit l'égalité des sexes dans ses gènes, a énoncé de nombreuses revendications dans ce domaine au sein de son programme et a mis en place la parité au niveau de ses listes électorales.

 

Dans ses statuts, le Parti socialiste genevois a inscrit à l'article 2bis : «  Dans la désignation de ses candidat-e-s et la composition de ses organes, le PSG tend à réaliser le principe de la parité entre les hommes et les femmes. »

 

Au sein du Conseil d'Etat genevois, le PS genevois n'a plus qu'un seul siège ; occupé par un homme ; Charles Beer. Auparavant, deux hommes, Laurent Moutinot et Charles Beer ont conquis les deux places gagnées par les socialistes. Depuis le départ de Micheline Calmy-Rey au Conseil fédéral, le PS n'a plus eu de femme au gouvernement genevois.

 

Vu nos valeurs, vu nos engagements, vu nos statuts, il est normal qu'une femme socialiste soit candidate à l'élection partielle du Conseil d'Etat genevois suite au départ de Mark Müller au milieu du gué. C'est un devoir d'honnêteté envers nos électrices et électeurs !

 

Ceci devient encore plus évident lorsque nous connaissons le haut niveau de compétences des femmes intéressées à relever ce défi : Anne Emery-Torracinta, Carole-Anne Kast, voire d'autres.

 

Naturellement, des hommes tout aussi compétents sont intéressés. La précipitation de certains n'est pas acceptable au regard des valeurs prônées par les socialistes depuis des décennies.

 

Je fais appel à ces impatients pour qu'ils renoncent à leur ambition exacerbée par leur frénésie de pouvoir.  « La femme est l'avenir de l'homme » chantait le poète Ferrat. Que les socialistes reprennent en chœur et en cœur cette belle maxime.

 

Christian Brunier, ancien Président du Parti socialiste genevois et ancien député

 

femmes socialistes.jpg