08/05/2012

Mon 6 mai ...

« Pour être aimé, il faut savoir être aimable. »

François Hollande

 

Notre bébé chatte, Jazzy, fête ses un an !

 

Je me lève à 5h.45. Impossible de dormir. Je suis trop excité par cette journée potentiellement de retour de la gauche en France et par mon court séjour dans la plus belle ville du monde : Paris.

 

Message reçu de Dani Solana : Bonsoir Christian, j'appartiens au gouvernement basque libéré, par nous, les socialistes. Tu peux imaginer ma sensibilité et mon admiration envers Hollande, et ma répulsion envers la droite et les nationalismes. En Espagne, où nous avons un grand espoir en Hollande, nous souffrons des coups de l'extrême-droite du président Rajoy avec ses amis néoconservateurs de l'église catholique. Pour nous la victoire de Hollande est vitale pour récupérer la sinistre Europe et battre l'expansion de la droite raciste, xénophobe, homophobe et réactionnaire. Tous avec Hollande !

 

Second tour de la Présidentielle française : Je donne une petite dose de solidarité et de justice sociale à la France. A 8h. 39, je vote pour François Hollande.

 

A la sortie du bureau de vote, un petit enfant regarde les affiches des deux candidats, montre Hollande et dit à son papa : « Lui, il a une tête plus sympa. Et c'est mieux écrit (ciblant avec son doigt l'écriture du slogan). » Il ira loin ce p'tit.

 

11h.49 Je prends connaissance des premiers résultats. Ils proviennent de Guadeloupe et sont nets : Hollande 71,03% des voix, Sarkozy 28,07%. Ça commence bien ! François Hollande arrive aussi en tête à Saint Pierre et Miquelon (65,31% contre 34,69%), en Martinique (68,46% contre 31,54%), en Guyane (62% contre 38%) et à Saint Martin (51,5% contre 48,5%). Mon beau-fils nous confirme ces chiffres par téléphone.

 

A peine le bulletin glissé dans l'urne, nous partons pour Paris, en TGV, dans l'espoir de fêter ce soir la victoire du socialiste François Hollande. Dans le train, j'écris, notamment un projet de texte sur la « désadministration » des entreprises. Nous logeons en plein du cœur du Quartier Latin, zone estudiantine et animée du beau Paris.

 

Vers 18 h, mon fils m'appelle alors que le métro arrive. Les premières estimations globales sont publiées sur le site Web de la Tribune de Genève. François Hollande a gagné. Nos sourires sont radieux, même si nous en étions persuadés depuis quelques jours. C'est bon, Sarko, malgré ses actes de prostitution sur les terres du Front national, est dehors !

 

A la Bastille, les scènes et stands se mettent en place dans ce lieu symbolique de la Révolution française. Mais aussi haut site de fête, puisque le 14 juillet 1790, les Révolutionnaires avaient planté une tente au milieu des ruines et posé un écriteau mentionnant « Ici on danse ». C'est là que les socialistes fêtèrent déjà leur prise de pouvoir en mai 1981. Nous allons boire un coup et avaler un plat de charcuterie pour fêter cette victoire historique pour la France, le socialisme et espérons-le pour le peuple français.

 

En mai 1981, Jacques Attali raconte que la chanteuse Dalida, en déplacement au Koweït, avait appelé les proches de Mitterrand pour connaître le résultat avant l'annonce officielle. Le camp Mitterrand avait appris la victoire par la SOFRES, célèbre institut de sondages, quelques minutes avant. Dalida, transcendée par l'élection socialiste, avertit ensuite le tout Paris, depuis le Golfe persique.  En apprenant, avant nos ami-e-s parisien-nes, la nouvelle via les médias helvétiques, nous devenons, assez discrètement, les Dalida de 2012.

 

Des milliers de personnes arrivent pour entendre l'annonce des résultats à 20 heures précises. Même si nous connaissons  le score, avec une quasi certitude, nous frémissons en patientant jusqu'à l'affichage sur les écrans géants du portrait du nouveau Président. Il est l'heure, la victoire est annoncée. Le visage de François Hollande s'affiche. Notre joie éclate. Nous sautons de joie comme des cabris. Sur « France 2 » et sur plusieurs chaînes reprenant les images de la plus grande chaîne publique, dont les Télévisions suisses, Ariane et moi apparaissons durant plusieurs secondes les bras levés en direct à la téloche et sur les écrans géants de la Bastille. Nous sommes fous de joies, comme lors du 10 mai 1981, alors que je n'avais même pas 18 berges. Malgré les problèmes de communications, celles-ci étant saturées sur la Place de la Bastille, nous recevons un tas de sms et de messages Facebook d'amis nous ayant vu à la TV.

 

En mai 1981, les socialistes, durant la fête de la victoire de Mitterrand criaient « Mitterrand, du soleil ! », tant la pluie s'abattait sur Paris. Ce soir le ciel est gris, mais la pluie épargne la Bastille, ce qui n'est pas le cas au rassemblement des supporters de Sarko où les parapluies sont ouverts lorsque leur leader arrive pour prononcer un discours exceptionnellement digne et serein. Même la météo est du côté du PS.

 

François Hollande va prononcer son discours depuis sa ville de Tulle, son bastion de Corrèze. La Place de la Bastille passe du brouhaha au silence en quelques secondes. Nous écoutons le nouveau Président socialiste : Mes chers concitoyens, Les Français, en ce 6 mai, viennent de choisir le changement en me portant à la présidence de la République. Je mesure l'honneur qui m'est fait et la tâche qui m'attend. Devant vous, je m'engage à servir mon pays avec le dévouement et l'exemplarité que requiert cette fonction. J'en sais les exigences et, à ce titre, j'adresse un salut républicain à Nicolas Sarkozy qui a dirigé la France pendant cinq ans et qui mérite à ce titre tout notre respect. J'exprime ma profonde gratitude à toutes celles et à tous ceux qui ont, par leurs suffrages, rendu cette victoire possible. Beaucoup attendaient ce moment depuis de longues années, d'autres, plus jeunes, ne l'avaient jamais connu. Certains avaient eu tant de déceptions, les mêmes tant de souvenirs cruels. Je suis fier d'avoir été capable de redonner espoir. J'imagine ce soir leur émotion, je la partage, je la ressens. Et cette émotion doit être celle de la fierté, de la dignité, de la responsabilité. Le changement que je vous propose, il doit être à la hauteur de la France. Il commence maintenant. Aux électeurs, et ils sont nombreux, qui ne m'ont pas accordé leur suffrage, qu'ils sachent bien que je respecte leurs convictions et que je serai le président de tous. Ce soir, il n'y a pas deux France qui se font face. Il n'y a qu'une seule France, une seule nation, réunie dans le même destin. Chacune et chacun en France, dans la République, sera traité à égalité de droit et de devoir. Aucun enfant de la République ne sera laissé de côté, abandonné, relégué, discriminé. Et la promesse de la réussite sera honorée pour l'accomplissement pour chacun, pour sa vie et pour son destin personnel. Trop de fractures, trop de blessures, trop de ruptures, trop de coupures ont pu séparer nos concitoyens. C'en est fini. Le premier devoir du président de la République est de rassembler et d'associer chaque citoyen à l'action commune pour relever les défis qui nous attendent. Et ils sont nombreux, ils sont lourds. Le redressement d'abord de notre production pour sortir notre pays de la crise, la réduction de nos déficits pour maîtriser la dette, la préservation de notre modèle social pour assurer à tous le même accès aux services publics, l'égalité entre nos territoires, je pense aux quartiers de nos villes et aux départements ruraux, la priorité éducative, l'école de la République qui sera mon engagement, l'exigence environnementale, la transition écologique que nous devons accomplir, la réorientation de l'Europe pour l'emploi, pour la croissance, pour l'avenir. Aujourd'hui même où les Français m'ont investi président de la République, je demande à être jugé sur deux engagements majeurs: la justice et la jeunesse. Chacun de mes choix, chacune de mes décisions se fondera sur ces seuls critères: est-ce juste? Est-ce vraiment pour la jeunesse? Et quand, au terme de mon mandat, je regarderai à mon tour ce que j'aurai fait pour mon pays, je ne me poserai que ces seules questions: est-ce que j'ai fait avancer la cause de l'égalité? Est-ce que j'ai permis à la nouvelle génération de prendre toute sa place au sein de la République ? J'ai confiance en la France, je la connais bien. J'ai pu autour de cette France-là, que j'ai visitée, que j'ai rencontrée, mesurer à la fois les souffrances, les difficultés de bien trop nombreux de nos concitoyens et en même temps, j'ai pu relever tous les atouts, toutes les forces, toutes les chances de notre pays. Je nous sais capable, nous peuple de France, de surmonter les épreuves, de nous redresser, nous l'avons toujours fait dans notre histoire, nous avons toujours su surmonter les épreuves, nous y réussirons encore pour les cinq ans qui viennent. Les valeurs de la République, la liberté, l'égalité, la fraternité, la dignité humaine, l'égalité aussi entre les hommes et les femmes, la laïcité. Tout cela, c'est autant de leviers pour nous permettre d'accomplir la mission qui est la mienne. J'ai évoqué tout au long de ces derniers mois le rêve français, il est notre histoire, il est notre avenir, il s'appelle tout simplement le progrès, la longue marche pour qu'à chaque génération, nous vivions mieux. Ce rêve français qui est celui que vous partagez tous de donner à nos enfants une vie meilleure que la nôtre. C'est ce rêve français que je vais m'efforcer d'accomplir pour le mandat qui vient de m'être confié. Mais aujourd'hui même, responsable de l'avenir de notre pays, je mesure aussi que l'Europe nous regarde, et au moment où le résultat a été proclamé, je suis sûr que dans bien des pays européens, cela a été un soulagement, un espoir. L'idée qu'enfin l'austérité ne pouvait plus être une fatalité, et c'est la mission qui désormais est la mienne, c'est-à-dire de donner à la construction européenne une dimension de croissance, d'emploi, de prospérité, bref d'avenir et c'est ce que je dirai le plus tôt possible à nos partenaires européens et d'abord à l'Allemagne, au nom de l'amitié qui nous lie et au nom de la responsabilité qui nous est commune. Mesdames, messieurs, chers concitoyens, nous ne sommes pas n'importe quel pays de la planète, n'importe quelle nation du monde, nous sommes la France. Et, président de la République, il me reviendra de porter les aspirations qui ont toujours été celles du peuple de France, la paix, la liberté, le respect, la capacité de donner au peuple le droit aussi de s'émanciper de dictatures ou d'échapper aux règles illégitimes de la corruption. Eh bien oui, tout ce que je ferai sera aussi au nom des valeurs de la République partout dans le monde. Le 6 mai doit être une grande date pour notre pays, un nouveau départ pour l'Europe, une nouvelle espérance pour le monde. Voilà le mandat que vous m'avez confié. Il est lourd, il est grand, il est beau. J'aime mon pays, j'aime les Français et je veux qu'entre nous, il y ait cette relation, celle qui permet tout et qui s'appelle la confiance. Enfin, avant de vous quitter, mais je reviendrai, je veux saluer tous ceux qui m'ont permis d'être ce que je suis aujourd'hui: ma famille, ma compagne, mes proches, tout ce qui fait finalement la force d'âme d'un homme ou d'une femme au moment où il brigue une grande responsabilité, et là, au moment où je vais l'exercer. Je salue aussi les forces politiques, le mouvement que j'ai dirigé. Je suis socialiste, j'ai toujours voulu le rassemblement de la gauche mais, plus largement, le rassemblement de tous les républicains. Et je salue les humanistes qui ont permis aussi notre victoire ce soir. Enfin, je salue mon département de la Corrèze. Je vous dois tout, vous m'avez toujours apporté vos suffrages, et encore pour cette élection, je pense que nous serons le département qui m'a donné le plus, non pas en nombre, mais en ampleur par rapport à la population. Je salue ma ville de Tulle, la ville que j'ai dirigée, là où nous sommes. Vous m'avez permis par la légitimité du suffrage de pouvoir convaincre aujourd'hui tous les Français. Mais désormais, je suis au service de la France et je suis mobilisé dès à présent pour réussir le changement. Telle est ma mission, tel est mon devoir. Servir, servir la République, servir la France, servir au-delà de nous-mêmes, servir les causes, les valeurs que, dans cette élection, j'ai portées et qui auront à être entendues ici en France, et partout en Europe et dans le monde. Vive la République et vive la France !

 

Explosion de joie ! Le public est transporté. Surtout les jeunes. Je suis heureux de voir l'espoir naître dans leurs yeux. La Présidente des Vert-e-s genevois-es Emilie Flamand nous retrouve dans le public. La foule est gigantesque à la Bastille. Sur la grande scène, proche de nous, des artistes se produisent : Anaïs, Yael Naïm, Yannick Noah, Axel Bauer, ... Plusieurs leaders de la gauche se succèdent pour crier leur joie : Ségolène Royal, Martine Aubry, Cécile Duflot, Eva Joly, Jean-Marc Ayrault, Harlem Désir, Bertrand Delanoë, Arnaud Montebourg, Lionel Jospin, Robert Hue .... Le meilleur est assurément Benoît Hamon.

 

Enfin, après de longues heures d'attente, le héro du jour débarque, avec sa compagne Valérie Trierweiler. La Bastille exulte. Il est minuit 40. Chut, il parle : « Vous êtes une foule immense. Moi, je vous ai entendus, j'ai entendu votre volonté de changement. Je veux vous exprimer ma gratitude. Merci peuple de France. Merci de m'avoir permis d'être votre président de la République. (...) » Ensuite, François Hollande promeut les valeurs de la République. Le Président fait vibrer la foule : « Souvenez-vous de ce jour toute votre vie. Il doit donner envie à d'autres peuples en Europe. Dans toutes les capitales, au-delà des chefs d'Etat, il y a des peuples qui n'en peuvent plus de l'austérité. »

 

Le discours terminé, un tonnerre d'applaudissements et de cris se fait entendre. Nous allons boire une bière, crevant de soif après des heures coincés au milieu des supporters de Hollande. La soirée est magnifique.

Les commentaires sont fermés.