18/08/2012

Bilan des 100 jours de François Hollande

Ce n'est qu'un début, continuons le combat !

                                                                                                             

Le tocsin a sonné. L'heure du bilan des 100 premiers jours de la Présidence de François Hollande est arrivée. Tous les médias titrent dans ce sens. Les commentaires fusent. On questionne déjà les Françaises et Français pour percevoir leur niveau de satisfaction. Futilités !

 

Hollande a toujours affirmé qu'il inscrivait son action sur la durée de son mandat de 5 ans. Pas de coup médiatique superficiel. Loin, les effets de manche made in Sarkozy. Dans cette actualité complexe, l'élu socialiste veut graver son changement dans le marbre et éviter la poudre aux yeux. Le jeu politique axé sur l'insignifiant est enterré. Le changement qu'il porte se concrétisera lors d'un long marathon et pas par saupoudrages aussi légers qu'inefficaces.

 

Son style est bien différent, presqu'anachronique dans cette société de l'instantané et du zapping. Le projet politique reprend le leadership sur les jeux des petites phrases tonitruantes. La réforme en profondeur supplante l'action pschitt, sans effet ni importance réelle !

 

Françoise Hollande, comme son gouvernement et sa majorité parlementaire, prennent leur temps pour réfléchir, étudier, consulter, dialoguer, puis concrétiser, avant d'évaluer et éventuellement corriger. C'est avec cette ténacité et ce sérieux que la véritable réforme de la société se déploie. Seuls les impatients peuvent être déçus ; qu'ils ne confondent pas empressement avec efficience.

 

Dans la dynamique de cette réalisation dans la durée, l'escarcelle des succès se remplit progressivement.

 

Sans viser l'exhaustivité, les exemples de réussites sont déjà nombreux ... Le comportement du politique est en mutation. Les Ministres ont réduit leur salaire dans un souci d'exemplarité et se plient à une charte éthique rigoureuse. Le train de vie des élus est réduit. La mixité est la règle au sein du Conseil des Ministres. Les femmes occupent la moitié des sièges, elles qui étaient condamnées depuis trop longtemps à n'occuper qu'un petit nombre de sièges, souvent subalternes. Hollande a mandaté le sage Lionel Jospin pour former un groupe de travail devant moraliser la vie politique et stopper le cumul des mandats politiques.

 

La loi contre le harcèlement sexuel a été ficelée rapidement. Le SMIC a été enfin augmenté, même si cette hausse reste insuffisante. L'allocation de rentrée scolaire a sui le même sort bénéfique. La retraite à 60 ans a été rétablie pour les travailleuses et travailleurs accomplissant des boulots pénibles. Une enveloppe de nouveaux postes d'enseignement a été accordée, mettant fin  aux coupes budgétaires récurrentes de la droite. L'école est redevenue une priorité pour cette nouvelle majorité de gauche. Un signe prometteur pour construire un projet d'avenir pour le pays. Le détricotage des lois fiscales sarkozystes, qui favorisaient indignement les grandes fortunes, a commencé. La police de proximité, remède pour lutter contre l'insécurité, retrouve de la vigueur dans les quartiers les plus risqués. Les loyers dans les villes asphyxiées par la spéculation sont désormais encadrés.

 

Au niveau international, la voix de la France compte, à nouveau, dans le concert des grandes puissances. Avec son humour, son sens du contact facile et son intelligence vive, François Hollande a vite trouvé sa place parmi les dirigeantes et dirigeants de la planète. Quoi qu'en dise ses adversaires, la France a pris la pole position pour favoriser la paix et la démocratie en Syrie. En Afghanistan, le nouveau Président tient sa promesse et à lancer le retrait des troupes françaises. En Birmanie, sa rencontre avec Aung San Suu Kyi est un signal fort en faveur des libertés. Dans l'Union européenne, François Hollande a impulsé la croissance, reléguant l'intégrisme « austéritaire ».

 

De nombreux chantiers se sont ouverts ou sont programmés pour faire évoluer la France, l'Europe et le monde. Le changement, c'est maintenant, même si les résultats ne sont pas tous immédiats.

 

Un seul vrai bémol ! La politique d'exclusion  menée à l'encontre du peuple persécuté des Roms. L'acharnement du Ministre de l'Intérieur Manuel Valls est une trahison aux idéaux socialistes, qui entache les débuts de l'ère Hollande. Le Président de la République ne pourra pas le laisser agir plus longtemps. La Première Secrétaire du Parti socialiste français et Maire de Lille Martine Aubry ne décolère d'ailleurs pas contre Valls. Elle a même écourté ses vacances pour venir commenter avec désarroi le démantèlement d'une résidence de Roms dans sa ville, sans qu'elle soit informée,  nonobstant son programme d'intégration des gens du voyage novateur et remportant de beaux succès.

 

Après 100 jours au pouvoir, il est bien trop tôt pour tirer un bilan crédible de l'action de Hollande. Ses débuts sont prometteurs. Le style sobre, normal et proche de la population donne un air rafraichissant à la politique et à la France. Ce n'est qu'un début ... Continuons le combat !

 

Christian Brunier, ancien député socialiste

06/08/2012

Juillet 2012-Juillet 1942 : Vél’ d’Hiv’ … Souvenons-nous !

La France a eu du mal à reconnaître sa responsabilité dans la rafle du Vél' d'Hiv'. Elle devenait muette lorsque l'on évoquait la collaboration. Elle s'étranglait en entendant parler du régime de Vichy.

 

La Patrie des Droits humains et de la Révolution française se devait pourtant d'accepter les contradictions de son passé. Chirac l'avait enfin reconnu et avait demandé pardon aux familles des victimes. François Hollande s'inscrit dans ce même élan de vérité.

 

Pour exorciser ses démons, la France doit condamner la tranche de ses citoyens qui se sont comportés comme les pires salauds durant la Seconde Guerre mondiale. Ces ignobles individus qui ont conduit à la mort des Juifs, des Tsiganes, des syndicalistes, des homosexuels, des gauchistes, des handicapés et toutes celles et ceux que l'ignominie nazie voulait exterminer. L'amnésie d'un peuple devient rapidement une immunité morale, pouvant encourager de nouvelles dérives. Se regarder dans un miroir est un moyen de corriger sa mauvaise tenue. Regretter cette face sombre de l'histoire de l'Hexagone permet de ne pas oublier et d'éduquer les jeunes, dont une majorité n'a jamais entendu parler de cette rafle et pas assez de la terreur nazie. Une telle pédagogie freinerait, voire éviterait, la résurgence des thèses extrémistes qui renaissent à travers l'Europe et le monde. Nettoyer les racines du passé sale donne de la sève pour construire un avenir meilleur.

 

« La vérité ne divise jamais. Elle rassemble », a plaidé François Hollande. Il a insisté sur le rôle majeur qu'a joué Jacques Chirac dans l'aveu de la responsabilité de la France lors de cette rafle : « La reconnaissance de cette faute a été énoncée pour la première fois, avec lucidité et courage, par le Président Jacques Chirac, le 16 juillet 1995. »

 

Pendant 17 minutes de discours, lors de la commémoration des 70 ans de la rafle au Vélodrome d'Hiver de Paris, François Hollande a rappelé que 13'000 Juifs avaient été arrêtés, durant deux jours, par la police française, regroupés au Vél' d'Hiv', puis déportés dans les camps, où la plupart ont été exterminés.

 

Le Président Hollande a qualifié clairement cet acte en le désignant de « crime », de « fanatisme », de « logique de la haine », de « trahison de valeurs » ou d' « abjection ».

 

En lavant cette souillure de l'histoire de la France, en montrant du doigt le régime de Vichy vendu à l'horreur hitlérienne, François Hollande valorise l'autre France. Celle des Justes, celle de la Résistance. Celles et ceux qui au péril de leur vie en ont sauvé d'autres. Cette France des Libertés, qui reste debout face à l'intolérance. « L'honneur fut sauvé par les Justes, par des héros anonymes qui, ici, cachèrent un voisin, qui risquèrent leur vie pour que soit épargnée celle des innocents », leur a rendu hommage François Hollande. C'est cette France libre et ouverte qui doit être un modèle. C'est cette France courageuse qui doit éclairer le chemin des générations futures.

 

Avec sa vision d'avenir, François Hollande a pris un engagement fort pour lutter contre toute forme de racisme et contre l'antisémitisme : « La République pourchassera avec la plus grande détermination tous les actes et tous les propos antisémites qui pourraient amener les Juifs de France à se sentir inquiets dans leur propre pays. Rien en la matière n'est indifférent. Tout sera combattu avec la dernière énergie. »

 

Il a tiré des parallèles pour démontrer que la haine d'hier pouvait revivre aujourd'hui si nous n'y prenons pas garde, évoquant la tuerie de Toulouse. « Il y a quatre mois des enfants mouraient pour la même raison que ceux du Vel' d'Hiv' : parce qu'ils étaient juifs », a-t-il rappelé.

 

Le socialiste Françoise Hollande tourne la triste page du mitterrandisme sur cette période noire de la France. François Mitterrand avait été membre du gouvernement de Vichy avant d'entrer en résistance, avait flirté avec l'extrême-droite avant d'adhérer au socialisme et avait été très ambigu sur la France de la collaboration durant sa Présidence. Hollande réinjecte les valeurs historiques de la gauche, si chères aux Jaurès, Moulin ou Blum. Les valeurs d'antiracisme, de solidarité, de paix, de fraternité et de résistance contre l'intolérable.

 

La Shoah n'est pas l'histoire du peuple juif, mais bien l'Histoire, notre Histoire, comme l'a clamé François Hollande. Souvenons-nous et n'oublions jamais.

 

Christian Brunier, anc. Président du Parti socialiste genevois

Lire la suite

01/08/2012

La FIFA se dévoile …

La Fédération internationale de Foot, la FIFA, autorise les femmes à jouer au foot avec un voile. Cette décision est une négation de l’émancipation de la femme et ne correspond en rien à une soi-disant liberté religieuse des femmes musulmanes. Nous pouvons lire le Coran dans tous les sens, pas de trace d’une obligation pour les femmes de porter un voile.

 

Certes, le foulard est abordé, comme dans les autres religions du Livre, comme attribut symbole d’humilité ou de pudeur, notamment pour se différencier des prostitués. C’est également le cas dans les religions chrétiennes et juives. Ce foulard est parfois porté par coquetterie.

 

D’ailleurs, dans la première période de l’Islam, ce port de voile ou de foulard n’était pas considéré comme un geste religieux. Comme le port de la barbe pour les hommes, le Coran n’oblige pas le port d’un voile pour la femme ou d’un autre attribut enfermant son visage !

 

Dans « Comprendre l’Islam », Quentin Ludwig explique : « Historiquement, le voile était seulement un signe de dignité. (…) Dans les premiers temps de l’Islam, le voile n’avait aucune portée religieuse. (…) Au départ, le voile avait essentiellement pour mission d’éviter qu’on ne confonde les femmes du Prophète avec les prostituées. »

 

Le voile (hijab) était aussi une allégorie utilisée par Mahomet pour séparer la vie privée de la vie publique. Leïla Babès, professeur de sociologie des religions et auteure de l’étude « le voile démystifié » le confirme : « Le hijab est très exactement une séparation, une tenture, séparant la vie privée du Prophète de sa vie publique. »

 

L’usage du voile est mentionné comme conseil, et pas comme obligation, pour échapper au harcèlement. Cette recommandation est circonstancielle et sans caractère éternel ou général. Elle concerne les femmes de Mahomet et non pas toutes les musulmanes. De plus, ces écrits datent d’une époque où toutes les femmes du monde portaient souvent des voiles et des foulards. Sans remonter si loin, je revois les photos de ma grand-mère française portant le foulard dans les années 60, pourtant épouse d’un communiste libertaire, féministe avant l’heure.

 

Certains idéologues de l’intégrisme islamique usurpent les écrits coraniques pour brimer les femmes, et les assouvir. Par machisme ou excès de jalousie, ils enlèvent un bout de personnalité à ces femmes pourtant si importantes dans l’histoire et l’actualité du monde musulman. Dans cet univers d’obligation, le refus de se voiler marginalise les résistantes, passant pour des femmes de petite vertu.

 

En prétendant faussement que le Coran oblige la femme à se masquer son visage, on enlève le libre choix des femmes de porter ou non un tel attribut. Les femmes sont plongées dans un système pervers de contrainte, bien contraire à l’esprit de liberté impulsé à la création par la religion musulmane.

14:43 Publié dans Sports | Tags : fifa, voile, religion, islam | Lien permanent | Commentaires (0)