04/01/2013

Le brouillard envahit nos vacances indiennes

« La non-violence sous sa forme active consiste en

une bienveillance envers tout ce qui existe. C’est l’Amour pur. »

Mahatma Gandhi

 

Notre réveil ressemble à un levé londonien. Le brouillard a envahi la région …

 

Nous quittons Agra pour aller visiter Fatehpur Sikri, à 35 km, mais à plus d’une heure de route, vu les difficultés de circuler et le brouillard. Ce site, dans l’Etat de l’Uttar Pradesh, fut la Capitale de l'empire moghol de 1571 à 1584. Les vestiges de cette « ville de la victoire » forment encore un grand ensemble architectural. L'une des plus grandes mosquées indiennes, Jama Masjid, y trouve place en son sein.

 

Cette cité monumentale, construite, en grès rouge, sous le règne d’Akbar, parfaitement conservée, forme un merveilleux hommage à l’architecture majestueuse de l’Inde du XVIème siècle. Le site est, bien évidemment, classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco. Eblouissant !

 

L’empire moghol a marqué l’apogée de l’expansion musulmane en Inde. Il prit son essor sous le règne d’Akbar. Jalâluddin Muhammad Akbar, né en le 15 octobre 1542, était un empereur ouvert d’esprit, épris de réformes, bâtisseur et amoureux de l’art. Les artistes étaient très présents dans sa cour. Musulman, il était d’une très grande tolérance, notamment au niveau religieux. Il épousa d’ailleurs des femmes hindoues, musulames et une chrétienne. Il leva l’interdiction de construire des temples hindous. Il interdit les rituels d’odieux sacrifices de veuves hindoues et les mariages consanguins. Il abolit l’esclavage et l’impôt auquel étaient soumis les non Musulmans. Il accorda de l’autonomie aux régions à une époque où le centralisme et le monopole des pouvoirs étaient la règle. Sur certains dessins, on le voit tenant une colombe dans la main, symbole de paix.

 

Ce complexe est composé de plusieurs bâtiments somptueux.  Découverte du Diwan-i-Am. Cet édifice, de grès rouge et de marbre, construit entre 1631 et 1640, est la première manifestation urbanistique de l’amour de Shâh Jahân pour sa dulcinée, avant de déployer sa passion folle en imaginant le Taj Mahal. L’empereur moghol utilisait ce bâtiment comme salle d’audience. La façade se compose de neuf arches majestueuses, débouchant sur trois nefs. Anup Talao est un bassin (le bassin incomparable) proche du Diwan-i-Am. Sur les avancées sises sur cette étendue d’eau, des musiciens et des poètes s’y produisaient pour divertir les habitant-e-s de cet endroit pharaonique. Le Diwan-i-Khas était la salle des audiences privées où se réglaient les affaires d’Etat. Le pilier central de cette bâtisse est décoré avec style. Avec son design indo-iranien, les fleurs composent la base de ce décorum.

 

Le palais de cinq étages est le Pauch Mahal. Superbe ! Chaque niveau est soutenu par de gros piliers. Dans le pavillon du haut, dominant l’ensemble des palais, étaient hébergées les femmes du harem impérial. Ces multiples épouses logeaient également au Palais de Birbal, se trouvant aussi sur ce site prestigieux. Des sculptures de la vie sauvage, de la nature et des oiseaux ornent le pavillon de la Sultane Turque. Un auguste portail s’ouvre sur le Palais de Jodh Baî, nom de l’une des épouses d’Akbar. Le Palais de Mariyam, la Maison dorée, hébergeait la maman de l’Empereur.

 

La Grande Mosquée, Jama Masjid, est l’endroit sacré de Fatehpur Sikri. Sa cour intérieure est imposante, 111 mètres sur 139 mètres. Le tombeau du soufi Salim Chishti (1478-1572)  y trône. Selon la légende, ses bénédictions favorisaient la procréation. Construit initialement en grès rouge, sous le règne d’Akbar, ce mausolée a été recouvert ensuite de marbre blanc. Dans ce tombeau, Ariane formule trois vœux et effectue une offrande …

 

Le Buland Darwaza est la « Sublime Porte de la Victoire ». Sa hauteur s’élève à 40 mètres.  Elle commémore les victoires d’Akbar. On y monte par un escalier monumental.

 

Les animaux vivent dans la rue. Cochons, buffles, singes, chiens errants, moutons ou chèvres se mélangent à la population et à la circulation. Et naturellement, les célèbres vaches sacrées  

 

La pauvreté hante la rue. La région Uttar Pradesh est rongée par la corruption. La malhonnêteté gouvernementale est ici une tradition. Et La population en pâtit énormément. L’économie est à l’arrêt. Le chômage est terrible. La redistribution fiscale est excessivement faible. La sécurité sociale est inexistante. La fracture sociale est incommensurable entre les plus pauvres et les nantis. L’analphabétisme est conséquent. De nombreux gosses ne sont pas scolarisés. Tout est bordélique et sale. L’aménagement du territoire est un immense désastre. Nous sommes scandalisés par cette détresse sociale.

 

Pause à l’hôtel. A la TV, nous entendons que Gérard Depardieu qualifie la Russie de Poutine de « grande démocratie ». Comme la Corée du Nord ? Nous ressortons avec le soleil.

 

Nous en prenons plein les yeux en arrivant au Fort Rouge d’Agra. Ce palais en grès rouge est classé patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1983. Deux portes s’ouvrent sur cette gracieuse cité : la Porte de Dehli et la Porte d’Amar Singh. Simple fort, construit au 11ème siècle par les Hindous, il passa, au 16ème siècle, aux mains des Moghols. Il fut alors transformé en palais. Ce monument se situe à 2,5 km du Taj Mahal. Dans son périmètre, une enceinte de 2,5 km de long, plusieurs bâtiments impressionnants sont regroupés. Le Palais Jahangir est un édifice de style hindou, dont les ocres rouges, réchauffent les cœurs. Les moulures en marbre blanc confèrent de la classe à cet immeuble. Le Hauz-i-Jahangir est le bassin à éléphants. La Shish Mahal est le Palais du verre. En grande partie, hammam, ses colonnades furent pillées par les Britanniques qui les emportèrent sur leur île. Mumtaz Mahal, la passion amoureuse de Shâh Jahân, résidait prioritairement dans une tour octogonale, le Masammam Burj. Le Khas Mahal était le Palais de Shâh Jahân. Il est composé de trois pavillons, un en grès rouge plaqué de stuc et deux en marbre blanc. Son plafond est un hommage aux couleurs. Juste devant cette demeure, le Jardin des Raisins déroule son tapis vert, avec plus que deux de ces ceps.

 

Trois Mosquées de grand style honorent le Fort Rouge. La Nagina Masjid a été construite par Aurangzen. Mina Masjid est une petite Mosquée. A côté, voici la Moti Masjid, la « Mosquée de la Perle ». Construite aussi sous l’impulsion de Shâh Jahân, c’est lui qui la baptisa, trouvant que ce site brillait comme une perle. Il est vrai que sa blancheur est  étincelante. Elle contraste magnifiquement avec le ciel enfin bleu. Ce bâtiment est dominé par trois coupoles bulbeuses.

 

Plusieurs jeunes indiens me demandent d’être photographié à leurs côtés. Ils apprécient les clichés avec les touristes. Et plus particulièrement, avec ceux, ayant une crinière grise. La curiosité et l’attrait sont encore plus grands, lorsque la personne n’est pas encore un vieillard. Je corresponds parfaitement à ce signalement. Un proverbe indien confirme cette attirance : « On ne peut atteindre la connaissance que quand les cheveux sont gris. » Je suis d’accord avec ce dicton et ça m’arrange !

DSCN1009.JPG

14:19 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.