18/01/2013

Où sont les filles ?

Quand tu te promènes dans les rues en Inde, tu ne vois que des petits mecs. Les petites filles sont une denrée rare. La dot en est responsable. Avoir une fille coûte cher. Les traditions archaïques obligent la famille de la mariée à amener, dans la gerbe de la noce, une dot importante, souvent dévastatrice financièrement. Pour éviter cette situation, de plus en plus, des femmes procèdent à des échographies. Dès qu’une fille apparaît, l’avortement devient trop souvent une solution. Ces 10 dernières années, ce type de tests radiographiques ont augmenté de 80% dans ce pays.

 

Ce système de dot est pourtant prohibé par la loi indienne. La tradition, très pesante sur le fonctionnement humain de cette grande nation, oblige que de nombreux cadeaux et de grosses sommes d’argent accompagnent la jeune mariée. Un proverbe hindi illustre cette dérive : «  Elever une fille, c’est comme arroser le jardin de son voisin. »L’avortement sélectif devient la solution d’éviter cet appauvrissement économique.

 

Cette masculinisation de la société indienne est inquiétante pour l’avenir de la plus grande démocratie du monde. Cette pénurie de filles déséquilibre totalement les rapports humains et crée de grandes frustrations. Trouver une femme devient difficile, dans ce pays où, de surcroît, 80% des unions sont forcées ou arrangées.

 

Selon un rapport de l’Organisation de Nations unies, déjà près de 100 millions de naissances de filles auraient été avortées, sans raison médicale, dans toute l’Asie, essentiellement en Chine populaire et en Inde. Dans le pays de Gandhi, 5 millions d’avortements de fœtus féminins y sont pratiqués chaque année.

 

Comment construire une société harmonieuse à l’avenir avec un tel déséquilibre des sexes ? L’Inde se trouve devant un sacré problème. Seule la remise en cause de ces traditions moyenâgeuses sortira l’Inde de ce bourbier.

17:59 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.