22/01/2013

Ron Carter, un génie du swing !

Allons voir, au Victoria-Hall de Genève, le Pape de la contrebasse de jazz : Ron Carter. Il touche les cordes avec volupté et dégage un plaisir jouissif. Peut-être parce que son instrument évoque la forme d’une silhouette féminine. Il est accompagné d’un big band de haut vol : le WDR Big Band, des Allemands venant de Cologne. Ron Carter, en star n’ayant plus rien à prouver, laisse beaucoup de place pour que chaque musicien puisse faire éclater son talent. Les individualités sont remarquables, mais jamais au détriment du collectif. Ça swingue. Ça déménage. Tout est bon ! Mon léger état grippal disparaît, transporté par cette musique.

 

Ron Carter s’impose par son style tout en décontraction, en classe et en humilité. Son charisme envahit la scène, tandis que ses cordes scandent les sons de la liberté musicale la plus grande. Il assume son rôle de pivot dans la rythmique de cet orchestre. Sans porter ombrage aux autres. Tout sonne rond, équilibré, harmonieux.

 

Du haut de ses 76 ans (en mai prochain), qu’il porte dans un costume de jeunesse éternelle, cette figure historique du jazz a enregistré près de 2'500 à 3'000 albums. Il a joué avec les plus grands : d’Herbie Hancock à Wayne Shorter, de Thelonious Monk à Art Farmer, de George Benson à Freddie Hubbard, de Billy Cobham à Stan Getz.

 

Ce mythe du jazz valorise ses compagnons de la soirée. Lorsque l’un des musiciens se lance dans un chorus, Ron Carter le soutient, parfois le guide. Il le fait briller. L’ancien contrebassiste de Miles Davis a un son hors du commun, allant jusqu’à « délirer » sur un air classique en plein solo. Grâce à sa dextérité et son sens mélodique, il peut prolonger des impros, seul, en subjuguant le public.

 

Et puis, la section de saxs accomplit une parade, les trompettistes tapent dans les aigus, les trombonistes jonglent avec leur coulisse, et là, Ron Carter se fond dans la section rythmique.

 

Nous passons une très, très, très belle soirée. Comme seul le jazz est capable de nous l’offrir.

carter.jpg

17:32 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.