16/03/2013

L’Inde, terre de viol ?

Un nouveau viol collectif sordide a eu lieu, vendredi soir, en Inde. Cette fois-ci, la victime est une Suissesse de 40 ans. Un couple helvétique logeait sous tente, marquant une étape dans son périple en vélo à travers ce gigantesque territoire. Des hommes sont rentrés en force pour voler le couple, tabasser l’homme et violer la femme. Cette agression est un acte crapuleux. Elle s’inscrit aussi dans les violations constantes des droits des femmes dans ce pays.

 

Il suffit de se promener dans les rues indiennes pour se rendre compte du manque de respect que plusieurs hommes éprouvent envers la gent féminine. Soit elles sont ignorées, soit regardées comme des bêtes. Le mépris transpire.

 

Les thèses extrémistes religieuses, voire tribales, dénaturant de manière rétrograde l’hindouisme, le sikhisme ou l’islamisme, dénigrent la femme.

 

Les discriminations moyenâgeuses sont légion. Dans certaines régions, les filles sont massivement privées du droit à l’éducation. La violence conjugale est fréquente. La pauvreté frappe davantage les femmes que les hommes. Les femmes sont souvent exploitées à l’extrême comme force de travail. Plusieurs sont vitriolées par des hommes jaloux. Selon un Rapport des Nations Unies pour la Population, 70% des Indiennes mariées, âgés entre 15 et 50 ans, seraient battues et/ou subiraient des sévices sexuels. Le harcèlement sexuel et les attouchements sont fréquents. Le sexisme est inscrit dans certaines croyances.

 

Ce même fondamentalisme religieux frustre les hommes, bridant leur sexualité. A force d’interdits, les Indiens accumulent les déplaisirs. La tendresse est prohibée dans les lieux publics. La séduction est blasphématoire. 80% des unions sont le fruit de mariages arrangés et forcés. Impossible de laisser parler l’amour librement. Les sentiments sont emprisonnés. Ce contexte est un terreau fertile à la propagation de la bestialité.

 

Dépossédés du droit au désir, certains humains plongent dans la perversité et l’animalité barbare. Ces viols dégueulasses à répétition dans le pays de Gandhi sont une résultante de ce contexte d’intolérance religieuse.

 

A ceci s’ajoute un manque cruel de femmes. La dot pesant lourdement sur les finances des familles, les femmes enceintes prennent fréquemment la voie de l’avortement lorsque l’échographie montre la venue d’une petite fille. La population se masculinise dangereusement. L’équilibre des sexes est mis à mal.

 

L’Inde doit rejeter ces délires mystico-religieux. Cette belle et grande nation doit retrouver ses racines non-violentes gandhiennes, son idéal amoureux inspiré par le Kâma-Sûtra, et surtout donner la place que les femmes méritent. La femme est l’avenir de l’homme, en Inde, comme dans le reste du monde.  

Commentaires

Un poncif par ligne, vous battez tous les records...
"Cette agression est un acte crapuleux.". Merci de nous l'apprendre, Christian Brunier. Vous êtes un phare pour nos esprits brumeux...

Écrit par : Géo | 16/03/2013

J'ai envie de relever par ce commentaire que je suis ravi du contenu de ce site. Une ré-fondement de la mentalité est nécessaire pour ce pays... c'est parce que c'est la mentalité est sûrement la source du crise existante actuellement

Écrit par : habillages de vitrines | 27/03/2013

Les commentaires sont fermés.