19/09/2014

Chaire en efficience énergétique

 

Mon discours à la Faculté des sciences - Institut des sciences de l’environnement - Université de Genève, à l’occasion de l’inauguration de la chaire en efficience énergétique :


Madame la Conseillère Fédérale, Madame la Conseillère d’Etat, Mmes et M. les député-e-s, Monsieur le Recteur de l’Université, M. le Professeur de cette belle chaire universitaire, Mesdames et Messieurs, Cher-ère-s ami-e-s,


A mon tour, je vous souhaite la bienvenue à ce bel événement.

SIG est active depuis de nombreuses années dans les champs du développement durable et de l’efficience énergétique. Nous avons initié la gamme SIG Vitale de produits électricité. Grâce à l’impulsion de ces produits verts, l’énergie fournit, à Genève par SIG, comprend 0% de nucléaire, est 100% traçable, est totalement certifiée et à 93% renouvelable. Nous avons lancé le gaz vert, dont le CO2 est totalement compensé. Nous menons l’un des programmes d’économies d’énergies les plus performants d’Europe, à travers éco21. Bref, le Développement durable beaucoup en parle, nous, nous en faisons. 

Mais, si nous atteignons ces objectifs, c’est grâce à notre clientèle qui s’engage en faveur d’un monde plus durable et équilibré. Nous sommes son partenaire d’énergies local et bio, à l’image de ce qui se passe dans l’agro-alimentaire. Cet engagement sincère et déterminé a été salué notamment à travers l’obtention de plusieurs Watts d’Or, distinction des meilleures performances énergétiques décernée par de l’Office Fédéral de l’Energie, et de Prix solaire suisse.

Cette expérience nous permet d’identifier les principaux moteurs de la transition énergétique. Le menu doit se composer tout d’abord :

 

  1. d’une forte volonté politique. Celle-ci ne manque pas, tant au niveau Suisse avec le projet de Stratégie énergétique 2050 que SIG soutient, qu’à Genève avec le plan de législature du Conseil d’Etat qui définit comme prioritaire l’atteinte d’une société à 2000W sans nucléaire vers 2050, ce qui revient à diviser par 2 notre consommation d’énergie d’ici 35 ans ;

     

  2. des moyens financiers pérennes. Pour l’instant le modèle d’affaires permettant de considérer l’efficience comme une ressource à activer en priorité est en discussion tant au niveau fédéral qu’au niveau cantonal. Nous ne réussirons pas cet énorme défi sans définir des modèles économiques soutenant cette dynamique politique, tant au niveau des programmes d’efficience énergétique que de la promotion des énergies renouvelables. L’adéquation entre ambition et moyens doit être au rendez-vous pour réussir ;

     

  3. des talents, des professionnels de haut niveau dans des champs d’activités nouveaux et de la recherche permettant de disposer de technologies et concepts innovants.

 

C’est autour de ce dernier point que nous avons souhaité renforcer notre partenariat avec l’Université de Genève en soutenant cette chaire d’efficience énergétique. J’aimerais rappeler que son financement est réalisé sur 2 axes : un dédié à la chaire en préservant totalement la liberté académique, l’autre sous forme de mandats de recherche pour financer des projets répondant à des besoins spécifiques identifiés par SIG pour la collectivité genevoise.

 

SIG, c’est aujourd’hui 1700 collaboratrices et collaborateurs au service du confort de la population genevoise, au service de la compétitivité des entreprises et organisations de la place, porteurs des valeurs de service public et de développement durable.

 

Ce qui nous tient à cœur est principalement de :

 

  • Diminuer les surconsommations inutiles des Genevoises et Genevois, ainsi que les factures associées ;

  • Participer à la création de richesses et d’emplois au niveau local ;

  • Renforcer la sécurité d’approvisionnement énergétique du canton. 

 

Aujourd’hui nos sociétés sont à un tournant énergétique majeur. Nous sommes convaincus que ce partenariat SIG-Université de Genève sera une pièce maîtresse qui permettra à Genève de gagner le défi de la transition énergétique.    

 

Rappelons-nous que le KWh le plus écologique et le moins cher, est celui que nous ne consommons pas.  Alors osons, nous engager dans cette voie, celle d’un avenir durable pour les générations futures.                                                                         

 

Christian Brunier, Directeur général de SIG

 


 

Les commentaires sont fermés.