31/10/2015

Journée d’information grand public GEothermie 2020. Mon discours :

Messieurs les Conseillers d’Etat,

Mesdames, Messieurs, Cher-ère-s ami-e-s,

 

SIG a démarré au début de la semaine de nouveaux tests de prospection du sous-sol genevois dans le cadre du programme du GEothermie2020. Ce programme, piloté par l’Etat et mis en œuvre par SIG, vise à cartographier le sous-sol genevois avec précision et à définir les endroits les plus propices à la géothermie. Nous réalisons une véritable échographie des entrailles de la terre.

 

Nous avons commencé la prospection au début de la semaine à Collex-Bossy, Versoix et à Terre Sainte. Ces tests se dérouleront dans 25 communes genevoises et 8 communes vaudoises limitrophes. Les sondages s’achèveront à la fin du mois de novembre à Meyrin.

 

Nous avons informé les communes concernées au cours de l’été. La plupart d’entre elles ont accueilli notre demande d’effectuer des tests sur leur territoire avec enthousiasme.

 

En effet, cela pourrait déboucher sur des partenariats entre les communes ou la Ville de Genève et SIG. Elles pourraient utiliser cette source d’énergie locale, propre, renouvelable et disponible 24h sur 24 pour des quartiers existants ou pour de nouveaux projets immobiliers ou urbanistiques, comme par ex, le projet La Praille-Acacias-Vernets (PAV). La géothermie pourrait également être utilisée pour chauffer les serres agricoles des maraîchers.

 

SIG a opté pour une approche prudente : d’abord réaliser de la géothermie de moyenne profondeur (-1000m) ce qui permettra de produire du chauffage et ensuite, si les résultats sont concluants, se lancer dans la géothermie de grande profondeur pour produire de l’électricité.

 

Des premiers sondages ont été effectués en août 2014 entre Chancy et Bernex sur un tronçon de 8 km. Les résultats sont encourageants : il pourrait y avoir de l’eau chaude en quantité suffisante pour développer la géothermie dès 500 mètres de profondeur, soit moins profond que présumé. Par conséquent, et c’est une excellente nouvelle, l’eau chaude renfermée dans le sous-sol du bassin genevois sera plus facilement accessible que prévue.

Même si les premiers résultats sont prometteurs, nous ne comptons pas précipiter le développement de la géothermie à Genève. Les forages exploratoires n’auront lieu que lorsque la cartographie des sites sera terminée, c’est-à-dire dès 2018. Quant à la phase d’exploitation, elle débutera ultérieurement en fonction des résultats.

 

SIG a déjà engagé 20 millions dans cette phase de prospection. Cet engagement est une preuve de notre détermination à promouvoir les énergies renouvelables et à développer des énergies propres au niveau local, meilleures pour la planète et notre porte-monnaie.

Les commentaires sont fermés.