01/04/2017

Un kilowattheure pas cher et écolo !

L’électricité est de plus en plus exposée au marché. Certains pensent que la concurrence peut s’avérer positive dans un domaine économique à forte tradition monopolistique. Pourtant, la vigilance doit être de rigueur. Il faut savoir, tout d’abord, que le marché peut s’avérer vertueux quand l’économie fonctionne. Hors, dans le monde énergétique actuel, le modèle économique est chaotique : le gaz de schiste est extrait sans critère écologique ; la vente de charbon hyper polluant se poursuit ; les nouvelles énergies renouvelables sont massivement subventionnées en Allemagne, déstabilisant les prix européens. Ces distorsions rendent complètement fou ce marché. Dans ce contexte, la concurrence est très perverse. Un exemple éloquent. Dans les appels d’offres de fourniture d’électricité, plusieurs clients sur le marché libéralisé ne comparent que le prix du kilowattheure. Ce benchmarking est bien limité, du moins sur deux aspects. Primo, quel produit compare-t-on ? Un steak acheté chez le boucher, local, bio, dont l’animal a été élevé, en liberté, dans les pâturages, nourri sainement est-il comparable au morceau de viande industrielle, vendue dans un hypermarché low-cost ? Evidemment non ! Le KW/h vit les mêmes contradictions. Un électron renouvelable, traçable, ayant un label écologique exigeant, comme « Naturemade star », n’a rien à voir avec un KW/h nucléaire ou produit à base de charbon. Ces prix ne peuvent donc pas être mis en compétition, sans autres analyses. Si la guerre des prix est ouverte, celle des quantités ne vit que ses prémisses. Cependant, pour l’énergie, ce critère est primordial. Le dumping sur les prix ne dure pas longtemps. Il est pratiqué, par certaines firmes, pour gagner l’affaire. Ensuite, les conditions financières fluctuent énormément et souvent reprennent un peu l’ascenseur. Il est, par conséquent, beaucoup plus durable, de diminuer les quantités consommées. Un prix cassé ne dure généralement qu’un an à trois ans. Une mesure d’économie d’énergie possède une durée de vie de 14 ans, en moyenne. En diminuant la consommation énergétique, vous diminuerez votre impact négatif sur la planète, mais, en plus, vous ferez du bien à votre porte-monnaie. Rappelons-nous toujours que le kilowattheure qui est le meilleur pour la planète et pour nos factures est celui que nous ne consommons pas ! Christian Brunier Directeur général de SIG

Les commentaires sont fermés.